Blog auto > Actualités > Comme un symbole, les constructeurs quittent les Champs-Elysées

Comme un symbole, les constructeurs quittent les Champs-Elysées

Comme un symbole, les constructeurs quittent les Champs-Elysées
29/12/2017

Il n’y a pas si longtemps encore, 6 grands groupes automobiles ou constructeurs étaient présents sur la plus prestigieuse avenue de Paris. En 2018, ils ne seront plus que 3.

Ces derniers jours, nous avons appris que Citroën fermait son C_42. Un établissement spectaculaire qui cultivait la passion de la marque aux chevrons. L’immeuble possédé depuis 1927 n’avait pas vocation à vendre des voitures. Ni même à être rentable. Cette fermeture d’un showroom automobile sur les Champs-Elysées est la troisième en peu de temps. En effet, Mercedes a annoncé quitter les Champs en 2016. Les locaux sont récupérés par H&M. Avant cela encore, en 2015, c’est Peugeot qui a quitté la Grande Armée, l’avenue prolongeant les Champs-Elysées par-delà de l’Arc de Triomphe. Ne reste plus dans le quartier que le Rendez-vous Toyota, l’Atelier Renault et Motor Village. Il faut dire que la vitrine du groupe FCA n’est ouverte sur le rond-point des Champs-Elysées que depuis 2010.

Un emplacement stratégique devenu encombrant

Qu’il semble loin où le glamour automobile triomphait sur les Champs-Elysées. Il n’y a pas si longtemps, on prêtait même à Volkswagen l’ambition folle d’établir un magnifique show-room en lieu et place de l’ancien Virgin Mégastore. Le problème, c’est que se loger sur les Champs-Elysées a un coût stratosphérique ! A l’heure où les constructeurs tentent de rationaliser les dépenses (moins de salons automobiles, du sport automobile moins cher, provisionner les éventuels amendes suites à des scandales de moteurs truqués…) il parait fou de vouloir verser 4 à 8 millions d’euros de loyer annuel pour une vitrine comme celle que Mercedes a eu, surtout quand l’idée principale n’est pas de vendre mais de montrer. Imaginez un peu ce qu’aurait payé Volkswagen chaque année avec les milliers de mètres carrés du 52 Champs-Elysées ! Finalement, ce bâtiment deviendra de nouvelle Galeries Lafayette.

Jusqu’en 1962, le salon de l’automobile de Paris se tenait au Grand Palais. A mi-chemin entre la place de la Concorde et le Rond-point des Champs-Elysées avec la vue sur les Invalides en prime ! Il était alors évident qu’avoir un show-room à deux pas était stratégique. Cette idée a perduré jusqu’au début des 2010 en dépit du déménagement du salon parisien porte de Versailles. Mais voilà, avec la crise financière d’abord et puis les assauts anti-bagnole continus de la mairie de Paris, il fallait se rendre à l’évidence. L’automobile n’a plus sa place sur la plus belle avenue du monde. En vitrine d’abord, avant de ne plus pouvoir y circuler tout bonnement ? L’image serait terrible pour un constructeur, un symbole de l’aveuglement sur les temps qui changent. Aux enseignes prestigieuses et historiques de l’automobile qui souhaitaient vendre du rêve s’imposent désormais celles des leaders de la confection de t-shirts nés de l’exploitation de la misère de l’autre bout du monde. Mais au moins les écolos de la mairie de Paris auront bonne conscience, l’air sera à peine moins pollué qu’avant.


À propos de l'auteur

Benjamin Philippe

Benjamin Philippe

L'auto, c'est une passion, ma passion ! Rédacteur du blog Autosphere, je partagerai avec vous l'actualité automobile, vous ferai rencontrer nos métiers. Une expérience automobile enrichie, c'est un partage ! Faîtes moi part de vos histoires, nous les mettrons en valeur ! La voiture de mes rêves ? Celle pour y loger toute ma famille et mon labrador ou celle purement égoïste ?

Commentaires