Blog auto > Actualités > Comment les Américains et l’OPEP ont fait baisser le prix du carburant.

Comment les Américains et l’OPEP ont fait baisser le prix du carburant.

Comment les Américains et l’OPEP ont fait baisser le prix du carburant.
05/12/2014

Vous l’avez certainement noté, les prix de l’essence comme du gazole ont baissé. Ils sont même au plus bas depuis 2010 selon les chiffres du ministère de l’Écologie et de l’énergie. Un cycle vertueux pour les consommateurs né de la conjugaison de plusieurs éléments internationaux.

En décembre 2013, le prix moyen du litre de gazole était de 1,33€. Le 3 décembre 2014 (mercredi dernier), il était de 1,20€, soit une baisse de 13 centimes du litre représentant une économie de 6,50€ pour un plein de 50 litres. Une baisse qui devrait se poursuivre. Selon l’Union Française des Industries Pétrolières (UFIP), les pompes françaises n’ont pas encore intégré toutes les baisses du baril de pétrole sur l’année.

Prix du pétrole en baisse

Depuis le 2 juin et un pic à 105,28$ (environ 85€), le cours du baril de pétrole n’a cessé de baisser, s’établissant ce matin à 66,23$ (aux alentours de 53€). Une baisse très significative pour une matière première qui entre pour 33% dans le prix final du carburant à la pompe. D’où une baisse des prix qui n’apparait pas en adéquation. Mais pourquoi le cours du pétrole baisse-t-il alors que l’Asie consomme toujours plus ? La réponse vient de plusieurs facteurs, principalement deux. Le premier vient des États-Unis où la production de pétrole de schiste est arrivée au point de rendre le pays moins dépendant du pétrole étranger tout en demeurant le premier consommateur mondial. Les chiffres se bousculent, mais pour faire simple, avec un prix moyen du gallon d’essence (3,78 litres) passant de 3,7 à 2,7$ (de 2,99 à 2,18€) sur un an c’est comme si l’économie américaine et les Américains avaient bénéficié d’une baisse d’impôts de 75 milliards de dollars (60 milliards d’euros) !

Le second facteur principal et la volonté farouche de l’OPEP (l’Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole) de maintenir sa cadence de production à 30 millions de barils par jour en dépit de la concurrence du pétrole de schiste américain. Ainsi, avec une offre plus forte que la demande, les prix baissent. En Europe aussi, la baisse du pétrole favorise l’économie. Selon le FMI, une baisse de 25% du pétrole se concrétise par un gain de 0,8% de croissance pour le continent. Enfin, compte tenu de niveau élevé des taxes en France, ce chiffre tombe à 0,2%.

Les limites du pétrole de schiste

L’embellie actuelle grâce au pétrole de schiste va-t-elle durer ? Pour beaucoup, non et pour une bonne raison. Alors que les gisements de pétrole les plus importants sont détenus par les pays de l’OPEP (durée de vie pouvant aller jusqu’à 25 ans), les gisements de schiste ont une durée de vie beaucoup plus courte. Environ 5 ans avec une baisse de la production dès la deuxième année. Vous pensez bien que compte tenu de cet élément, les États-Unis forent à tout va, causant au passage des dommages considérables à la nature et au cadre de vie des gens vivant à proximité. Mais l’on sait bien que les considérations écologiques s’envolent dès qu’il s’agit du prix du carburant…


À propos de l'auteur

Benjamin Philippe

Benjamin Philippe

L'auto, c'est une passion, ma passion ! Rédacteur du blog Autosphere, je partagerai avec vous l'actualité automobile, vous ferai rencontrer nos métiers. Une expérience automobile enrichie, c'est un partage ! Faîtes moi part de vos histoires, nous les mettrons en valeur ! La voiture de mes rêves ? Celle pour y loger toute ma famille et mon labrador ou celle purement égoïste ?

Commentaires