Blog auto > Actualités > Cuba, ce pays où l’automobile est un luxe

Cuba, ce pays où l’automobile est un luxe

Cuba, ce pays où l’automobile est un luxe
02/07/2014

Seulement 50 voitures ont été vendue à Cuba au cours des 6 premiers de l’année 2014 ! Il faut dire que sur la plus grande îles des Caraïbes, une Peugeot 206 vaut le prix d’une Ferrari chez nous !

À Cuba, le paysage automobile est pour le moins étrange ! La faute à une interdiction de l’importation de véhicules qui a duré près de 50 ans. C’est pourquoi, les routes de l’île offrent une savoureuse carte postale de la Guerre Froide entre Cadillac, Chrysler et Oldsmobile des années 50, bien que rutilantes et reliques communistes Lada et Moskovich. Et si les touristes raffolent de cette image d’Épinal, le régime s’est enfin rendu à l’évidence, qu’au bout de 50 ans, il fallait peut-être ouvrir le marché. Depuis le 1er janvier, les Cubains peuvent en effet importer des voitures neuves.

À Cuba, une Peugeot 206 est vendue 91 000 $

Le caractère sinistré du marché cubain, le salaire moyen de 20$ par mois et les taxes d’importations ont pour conséquence des prix ahurissants et des ventes ridicules : 50 voitures neuves (ou d’occasion) et 4 motos vendues dans les 11 concessions d’État (Cimex) sur les six premiers mois de 2014. De sacrés vendeurs, puisque le volume des ventes représente quelques 1,28 million de dollars, soit près de 24 000 dollars en moyenne par véhicule (en incluant les motos), comme le rapporte l’agence Reuters !

Plus impressionnant encore, les tarifs pour s’offrir une Peugeot sur l’île : L’équivalent de 175 000€ pour une Peugeot 4008 vendue un peu plus de 34 000€ en France. Une Peugeot 206 vous en coûtera sur l’île l’équivalent de 66 000€. 192 000€ pour une 508 disponible à partir de 24 750€ en France ! Car comme partout, le neuf est plus chère que l’occasion ! Une Lada en état de rouler coûte environ 12 000$ tandis qu’une superbe Cadillac décapotable pour promener les touristes sur le Malecon peut s’échanger contre 80 000$ !

Si le régime de Raul Castro tend un peu vers l’économie de marché depuis sa prise de pouvoir en 2011, on espère que les autres volets de l’économie du pays sont un peu mieux « planifiés ». 


À propos de l'auteur

Benjamin Philippe

Benjamin Philippe

L'auto, c'est une passion, ma passion ! Rédacteur du blog Autosphere, je partagerai avec vous l'actualité automobile, vous ferai rencontrer nos métiers. Une expérience automobile enrichie, c'est un partage ! Faîtes moi part de vos histoires, nous les mettrons en valeur ! La voiture de mes rêves ? Celle pour y loger toute ma famille et mon labrador ou celle purement égoïste ?

Commentaires