Blog auto > Actualités > De moins en moins indispensables les salons automobiles ?

De moins en moins indispensables les salons automobiles ?

De moins en moins indispensables les salons automobiles ?
16/12/2015

En cette fin d’année, de nombreux constructeurs communiquent sur leurs évènements pour l’année 2016. Certains décident de se passer de certains salons automobiles pour mieux se concentrer sur des évènements plus directs et sur mesure.

MINI, Volvo, Ford… ces constructeurs repensent actuellement la façon dont il faut communiquer auprès du grand public et de certaines cibles de choix. Il y a une petite semaine, Ford a annoncé faire l’impasse en 2016 sur le Mondial de l’Automobile de Paris, tout comme Volvo qui l’a annoncé il y a près d’un an. Hier, ce fut au tour de MINI d’annoncer son retrait des salons de Detroit et de Genève en 2016, bien que sa venue à New-York et Paris soit maintenue.

L’aube des difficultés ?

L’absence d’un constructeur automobile d’un salon automobile emblématique comme Detroit, Genève, Paris/Francfort ou Pékin ne pouvait signifier qu’une seule chose il y a encore quelques années : Des (grandes) difficultés financières. L’exemple le plus notable de ces dernières années fut le retrait de quasiment tous les palais des expositions de Lotus à compter de 2012, y compris Genève, le paradis de la sportive de luxe.

Non, Volvo opère un spectaculaire redressement, Ford se positionne à des niveaux au-delà de 2006 tandis que MINI a le vent en poupe et bénéficie de la protection d’une maison-mère à la santé resplendissante : BMW.

Changer la façon de communiquer

L’idée n’est pas de faire des économies mais de dépenser les budgets communication et marketing d’une autre façon. D’ailleurs, ces derniers sont parfois en augmentation comme l’a indiqué Ford France dans un communiqué la semaine dernière : « Nous augmentons aujourd’hui notre engagement et nos investissements en France (de l’ordre de 50%) pour inciter les consommateurs à emprunter de nouvelles voies ». La firme à l’ovale bleu va effectivement s’adresser au grand public et à ses clients d’une autre façon (rappelons que son nouveau slogan est #PrendreUnVirage) grâce à son retour au 24 Heures du Mans, 50 ans après le triplé historique des Ford GT mais aussi en allant à la rencontre de cibles très précises via le Mobile World Congress de Barcelone, le Gamescom de Cologne ou le forum LeWeb de Paris. Des évènements moins gigantesques qu’un salon auto à portée mondiale et plus humains. 

L’image de marque sera une priorité. « Nos études montrent d’ailleurs que l’opinion positive de la marque augmente quand les clients découvrent et essayent nos modèles. C’est donc la bonne stratégie pour développer le succès de la marque en France » indique Paul Flanagen, le patron de Ford France.

Même son de cloche chez MINI où l’on préfère créer ses « propres évènements plutôt que se présenter sur les salons comme le veut la tradition » est-il souligné par une source proche du dossier (comme on dit) citée par les Anglais d’Autocar.

Chez Volvo, ces arguments étaient évoqués dès la fin 2014. Dans Pro L’Argus, le président de Volvo Car France (Yves Pasquier-Desvignes) déclarait ceci : « La stratégie repose sur une augmentation du budget marketing mais avec une utilisation plus optimale ». Au cours d’une annonce sur sa stratégie globale, le constructeur suédois a annoncé s’en tenir pour 2016 à une présence sur 3 salons : Detroit, Genève et Pékin. Là-aussi, l’idée est de se démarquer de la confusion générée par la multitude des informations lors d’un grand salon en communicant seul, sur un évènement créé ou associé à grands renforts d'outils digitaux et life style.

Notons que ces constructeurs ne tirent pas un trait définitif sur l’ensemble des salons, il faudra toujours présenter les nouveaux modèles. Sans insister.

Le Mondial de l’Automobile de Paris en danger ?

L’avenir des grands salons pourrait être remis en question à moyen terme. En ce qui nous intéresse, le rendez-vous de Paris n’est semble-t-il pas en danger, du moins selon son commissaire général, Thierry Hesse qui déclarait en marge de l’annonce de Volvo que « la passionné d’automobile veut voir, essayer, sentir l’odeur du cuir, toucher la carrosserie… Il existe toute une logique dans un salon qui ne va pas disparaître à cause d’internet ». 

Est-ce votre avis également ?


À propos de l'auteur

Benjamin Philippe

Benjamin Philippe

L'auto, c'est une passion, ma passion ! Rédacteur du blog Autosphere, je partagerai avec vous l'actualité automobile, vous ferai rencontrer nos métiers. Une expérience automobile enrichie, c'est un partage ! Faîtes moi part de vos histoires, nous les mettrons en valeur ! La voiture de mes rêves ? Celle pour y loger toute ma famille et mon labrador ou celle purement égoïste ?

Commentaires