Blog auto > Actualités > Elle court, elle court la rumeur (Semaine 170)

Elle court, elle court la rumeur (Semaine 170)

Elle court, elle court la rumeur (Semaine 170)
16/12/2017

Tous les samedis, nous sélections trois rumeurs apparues durant la semaine. Avec notre indice de crédibilité, de 1 à 3 pour le plus concevable, nous essayons d’y voir plus clair.

Aston Martin vers la catégorie LMP1 ?

Des réflexions sont en cours afin d’adapter le règlement des LMP1 à plus de concurrence. Et le Patron d’Aston Martin, Andy Palmer, de mettre la pression en se déclarant intéressé via la Valkyrie dans un entretien à Autocar.

Indice de crédibilité : 1

A présent que Toyota se retrouve seul grand constructeur en LMP1, consécutivement aux départs d’Audi et Porsche, Andy Palmer estime que si la règlementation pouvait inclure des prototypes dérivés de modèles de route, comme la Valkyrie, cela pourrait l’intéresser. Le Patron d’Aston Martin pousse plus encore la réflexion en imaginant un duel entre Valkyrie, McLaren P1 et Ferrari LaFerrari. Sur le papier, cela parait très intéressant bien que semblant écarter Toyota. Faut-il que la catégorie LMP1 s’adapte à ce point pour que perdure l’endurance ? Cela parait contradictoire à la recherche continue d’efficacité mécanique des dernières années. En l’état, l’idée est plutôt d’aider les écuries de LMP2 à monter en LMP1 par moins de contraintes des budgets maitrisés.

Esteban Ocon chez Mercedes en 2019 ?

Meilleur rookie du championnat 2017, Esteban Ocon a impressionné chez Force India. Protégé de Mercedes, le Français pourrait obtenir un volant chez Mercedes en 2019 comme l’estime Sport Auto.

Indice de crédibilité : 2

Ce qui permet la réflexion, c’est de constater qu’Esteban Ocon comme Valtteri Bottas n’ont plus qu’un an de contrat avec Force India et Mercedes. Si Lewis Hamilton va prolonger son contrat dans les prochaines semaines, on peut se dire que la trajectoire de progression de Bottas et Ocon pourrait se croiser en 2018. Dès lors, le Finlandais apparaitrait (encore plus) en difficultés à se maintenir chez Mercedes au profit du jeune Français qui ne sera néanmoins pas le seul prétendant à ce baquet.

Ferrari vers les 10 000 voitures par an ?

Du temps de Luca Di Montezemolo, la production de Ferrari a été plafonné à 7 000 unités par an afin de préserver la valeur des véhicules et entretenir l’exclusivité. Depuis 2014, ce plafond de verre a volé en éclats avec Sergio Marchionne. Introduction en bourse et demande toujours plus forte ont conduit la marque au cheval cabré à revoir ses objectifs à la hausse. Pour 2017, 8 400 Ferrari verront le jour contre 8 000 l’an passé. La barre des 9 000 devrait être atteinte dès l’an prochain avec des embauches et pourquoi pas un premier SUV comme le rapporte Bloomberg. Le hic, c’est qu’à ce rythme, Ferrari va se heurter au cap des 10 000 modèles par an lui imposant les normes d’émissions des constructeurs généralistes.

Indice de crédibilité : 1

Ferrari a toujours su entretenir son mythe et son exclusivité. Mais voilà, aujourd’hui vouloir une Ferrari neuve c’est au bas mot un an de délais de livraison et cela ne devrait pas s’arranger à moins de significativement augmenter la production. Le hic, c’est qu’à 10 000 modèles par an, l’Union Européene imposera à Ferrari 95 g/km de CO2 émis en moyenne sur la gamme à compter de 2021. Autant dire que c’est inimaginable en l’état pour Ferrari. Gageons que Ferrari ne produira jamais plus de 9 999 voitures par an avant un hypothétique passage à l’électrique.

- Les rumeurs de la semaine dernière


À propos de l'auteur

Benjamin Philippe

Benjamin Philippe

L'auto, c'est une passion, ma passion ! Rédacteur du blog Autosphere, je partagerai avec vous l'actualité automobile, vous ferai rencontrer nos métiers. Une expérience automobile enrichie, c'est un partage ! Faîtes moi part de vos histoires, nous les mettrons en valeur ! La voiture de mes rêves ? Celle pour y loger toute ma famille et mon labrador ou celle purement égoïste ?

Commentaires