Blog auto > Actualités > Porsche > Émotions autour d’une Porsche incendiée

Émotions autour d’une Porsche incendiée

Émotions autour d’une Porsche incendiée
02/05/2016

C’est l’une des images les plus marquantes de la semaine passée. Cette Porsche 911 Type 996 Carrera 4S en flammes dans les rues de Nantes, dans le sillage du cortège des manifestants contre la loi Travail. Certains y ont vu un symbole du patronat en feu. D’autres n’ont pas hésité à populariser un hashtag #JeSuisPorsche. Tout ce qui est excessif n’est-il pas insignifiant ?

En détaillant la photo prise par Loic Venance pour l’AFP dans les rues de Nantes, on remarque forcément les immenses flammes et l’épaisse fumée noire qu’il se dégage de l’habitacle de cette Carrera 4S. Tout ressemble à un jet de cocktail Molotov. On remarque aussi que les feux arrière ont été éclatés. Signe d’un acharnement dont la débilité n’est pas seulement explicable par un phénomène de foule. À gauche, certains manifestants et/ou casseurs immortalisent également cette Porsche en feu. Est-ce leur oeuvre ? On devine dans l’attitude de l’homme plus avancé que les autres une certaine forme de jouissance.

La Porsche d’un électricien de 30 ans

Dans un contexte de manifestation contre la loi Travail, une Porsche en feu est du pain béni pour les médias comme pour les manifestants plus radicaux. On y voit un symbole de patronat abattu par le prolétariat… La revanche des sans dents contre ceux qui se goinfrent sur la sueur des ouvriers. Sauf que Le Figaro est parvenu à retrouver le propriétaire de cette Porsche. Et non, il n’y a pas eu de grand soir... Le témoignage de Pascal, un électricien de 30 ans, est à rebrousse poils d’un vieux cliché de propriétaire de luxueuse voiture, un riche vieux bonhomme méprisant, cigare à la bouche. Il s’agit d’un passionné, qui était non loin de la Préfecture pour immatriculer un véhicule professionnel. Il parle de voiture « plaisir », tout en soulignant la cote de son modèle variant « entre 35 000 et 42 000€ ». Car oui, l’idée de la voiture plaisir se propage aussi en France et il n’y a pas forcément besoin d’être riche à millions pour cela.

Un symbole de lutte sociale ?

Ce n’est pas la première fois qu’une voiture est détruite par des manifestants/casseurs, peu importe la marque. Et ce n’est pas la dernière. Pourtant, comment ne pas y voir un symbole. Pourquoi n’est-ce pas la Peugeot située jusque devant qui est partie en fumée (elle a néanmoins souffert) ? De manière mesurée, ce genre d’image fait mal à la France. À l’image qu’elle renvoie, un peu comme l’affaire de la chemise arrachée chez Air France, en janvier dernier. Un symbole de réussite partant en fumée sous la colère de gauchistes. Ce n'est pas bien de réussir dans la vie ?

À l’inverse, le hashtag #JeSuisPorsche se veut excessif, prouvant bien ce qu’est devenue la solidarité post attentats de janvier 2015, #JeSuisCharlie. Il supporte la comparaison avec d'autres catastrophes. Fallait-il y voir de l'ironie ? Non, ce n'était pas l'esprit.

Oui, une belle voiture détruite fait forcément un pincement au coeur. Dans de telles conditions c’est même rageant et génère énormément d’empathie pour Pascal. Faut-il pour autant débattre sur les « gens qui n’ont pas de cerveau » (dixit une amie de Pascal) et déballer tout un tas de conclusions définitives à l’abris du travail de la police et des assurances ? Que ce soit Beaumarchais ou Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord, « tout ce qui est excessif est insignifiant ».


À propos de l'auteur

Benjamin Philippe

Benjamin Philippe

L'auto, c'est une passion, ma passion ! Rédacteur du blog Autosphere, je partagerai avec vous l'actualité automobile, vous ferai rencontrer nos métiers. Une expérience automobile enrichie, c'est un partage ! Faîtes moi part de vos histoires, nous les mettrons en valeur ! La voiture de mes rêves ? Celle pour y loger toute ma famille et mon labrador ou celle purement égoïste ?

Commentaires