Blog auto > Actualités > Chevrolet > Industrie Auto US : Comment une perte de 9,3 millards en a économisé 105.

Industrie Auto US : Comment une perte de 9,3 millards en a économisé 105.

Industrie Auto US : Comment une perte de 9,3 millards en a économisé 105.
07/01/2015

C’est certainement l’évènement le plus controversé du premier mandat de Barack Obama, le sauvetage de General Motors et Chrysler de la faillite en 2009. Le département du Trésor a livré fin 2014 les chiffres définitifs du programme de financement de l’industrie automobile avec une perte de 9,26 milliards d’euros, soit 7,81 milliards d’euros. Mais il apparait que cette opération a permis d'économiser bien plus. 

En 2009, le gouvernement américain vola au secours de General Motors et Chrysler lourdement endettés après la crise de subprimes de 2007-2009. Pour sauver l’industrie automobile américaine, l’administration Obama prêta 79,68 milliards de dollars (66,9 milliards d’euros) à ces constructeurs en échange d’une participation majoritaire, des actions préférentielles et une ligne de crédit. En évitant la faillite, en licenciant lourdement et financés de la sorte, GM comme Chrysler n’ont pas tardé à renouer avec les bénéfices. Dans l’opposition républicaine, il était scandaleux que l’État vienne au secours de ces entreprises qui auraient dû, selon eux, être liquidées puis ré-organisées dans le secteur privé. Vue d’Amérique, Obama sembla plus que jamais un socialiste, insulte suprême aux USA !

Protection des emplois indirects

GM commença à rembourser sa dette dès novembre 2010 pour la solder en décembre 2013. Juin 2011 pour Chrysler dans le cadre de son alliance avec Fiat. Les comptes ont été faits alors. Le Trésor n’a récupéré que 70,42 milliards de dollars (59,15 milliards d’euros) expliqués par la dépréciation de certains actifs et surtout la chute du cours des actions de ces deux entreprises. La différence est donc de 9,26 milliards de dollars (7,84 milliards d’euros). Considéré hors contexte, ce chiffre a de quoi faire bondir le contribuable américain, mais dans ses récentes conclusions, le Centre pour la Recherche Automobile (CAR) indique que sans l’intervention de l’État, ce sont 2,6 millions d’emplois qui auraient disparus rien qu’en 2009. 1,5 million d’autres en 2010. Des emplois indirects de l’industrie automobile comme les sous-traitants sur plusieurs niveaux. Ce serait finalement pas moins de 105 milliards de dollars (89 milliards d’euros) qui furent potentiellement économisés en taxes, assurance chômage et dépenses de santé. Comme quoi, l’intervention de l’État ce n’est pas toujours mal…

Avec Motor Authority


À propos de l'auteur

Benjamin Philippe

Benjamin Philippe

L'auto, c'est une passion, ma passion ! Rédacteur du blog Autosphere, je partagerai avec vous l'actualité automobile, vous ferai rencontrer nos métiers. Une expérience automobile enrichie, c'est un partage ! Faîtes moi part de vos histoires, nous les mettrons en valeur ! La voiture de mes rêves ? Celle pour y loger toute ma famille et mon labrador ou celle purement égoïste ?

Commentaires