Blog auto > Actualités > Mini > La Mini, cette voiture partie dans tous les segments…

La Mini, cette voiture partie dans tous les segments…

La Mini, cette voiture partie dans tous les segments…
10/08/2017

Devenue familiale, 5 portes ou encore cabriolet, la Mini transformée en marque MINI a largement évolué depuis 1959. Jusqu’à se perdre ?

Voici un étonnant cas d’école. De modèle, la Mini de la British Motor Corporation de 1959 (avant d’être produite sous licence par Morris, Austin, Riley…) est devenue une marque premium contrôlée par BMW, ce qui lui permettra d’être électrifiée en 2019. Ce qui est étonnant, ce sont les différentes émotions que cette marque a créé sur son propre héritage. Pour certains, MINI n’aurait jamais du voir le jour afin que l’on entretienne le culte d’une sympathique citadine avec des roues 10 pouces. Qu’on loue ad vitam le mythe de John Cooper et des 3 victoires de suite au rallye Monte-Carlo entre 1965 et 1967.

Pour d’autres, le renaissance de la MINI sous la direction de BMW fut une belle chose. En 2001, la nouvelle MINI vivait avec son temps mais conservait l’ADN originel. La première Cooper S a fait l’unanimité ! C’est après que cela a déconné… Clubman, Countryman, Roadster, Paceman jusqu’au sacrilège ultime de la MINI 5 portes. La sur-segmentation à l’allemande a frappé.

Tout le monde aime MINI !

Il est étonnant de constater qu’on aime globalement tous la Mini d’hier et la marque MINI d’aujourd’hui, cela doit expliquer les 5,3 millions d’exemplaires produits jusqu’à la fin des 90’s. Cependant, nous avons à peu près tous quelque chose à redire. Vous me direz, c’est exactement pareil avec d’autres constructeurs ! Je ne suis pas si certain. La Mini s’est inscrite dans la culture populaire comme l’une des citadines les plus adorables de l’Histoire automobile. Mieux, une citadine avec du tempérament. Le cinéma, le sport automobile, le Swinging London, Steve McQueen et même Enzo Ferrari ont contribué à dessiner une icône du XXe siècle. Dans une Angleterre qui sortait difficilement au rationnement, la Mini avait pour elle de consommer peu (5 à 10l/100 km) et de ne coûter que 520£ à sa sortie, ce qui en monnaie constante fait 8 648£, soit près de 9 600€.

De nos jours, il faut tabler sur 16 700€ pour une Mini One de 75 chevaux, la grande majorité de la gamme débute au-delà des 20 000€ et cela avant même les différents packs d’options et accessoires de personnalisation. Mais comment comparer ? Les normes, les matériaux employés, la fiabilité, la fiscalité… tout a changé.

Retour aux sources ?

Indiscutablement premium, personnalisable et onéreuse mais aussi sportive et sexy, MINI a certainement trahi les idéaux du créateur de la Mini, Alex Issigonis (même si l’ingénieur anglais n’a pas dessiné une voiture low cost) sur l’autel de la rentabilité clinique façon BMW. Qu’on apprécie ou pas, les faits sont là. Pour autant, il n’y a pas si longtemps, on s’est demandé si Mini n’allait pas tenter un retour aux sources avec le concept Rocketman présenté en 2011. Il s’agissait d’une mini MINI, trois portes, de moins de 3,50 mètres (moins de 50 cm plus grande la première Mini). Il se disait alors qu’un partenariat avec Toyota (pour sa IQ) était envisageable. 

On l’aurait aimé dans un rôle de Smart ForTwo bien plus sécurisante avec un dynamique 3 cylindres 1,5l délivrant jusqu’à 136 chevaux ! Ou même une version électrique si c'est ce vers quoi il faut aller pour rouler en centre-ville. Semble-t-il que ce modèle ne verra jamais le jour. La faute à la plate-forme UKL incapable de s’adapter à un modèle de moins de 3,80 mètres. Il faudra ainsi vivre avec son temps.


À propos de l'auteur

Benjamin Philippe

Benjamin Philippe

L'auto, c'est une passion, ma passion ! Rédacteur du blog Autosphere, je partagerai avec vous l'actualité automobile, vous ferai rencontrer nos métiers. Une expérience automobile enrichie, c'est un partage ! Faîtes moi part de vos histoires, nous les mettrons en valeur ! La voiture de mes rêves ? Celle pour y loger toute ma famille et mon labrador ou celle purement égoïste ?

Commentaires