Blog auto > Actualités > Les constructeurs automobiles allemands affichent une insolente santé

Les constructeurs automobiles allemands affichent une insolente santé

Les constructeurs automobiles allemands affichent une insolente santé
01/06/2017

Alors que la moitié des acteurs du secteur dans le monde sont dans le rouge, les constructeurs automobiles allemands surfent sur le cycle économique en affichant une rentabilité exceptionnelle comme le rapporte une étude du cabinet Ernst & Young.

Alors que l’excédent commercial allemand s’attire les foudres du président Trump, l’étude menée par Ernst & Young ne devrait pas calmer les nerfs de la Maison Blanche. Avec un déficit de 34 milliards de dollars par an avec l’Allemagne, l’industrie automobile américaine fait pâle figure sur son terrain face à leurs homologues d’outre-Rhin. Une tendance qui se confirme à l’international.

BMW et Mercedes, les constructeurs les plus rentables au Monde

Aidés par un euro faible, les constructeurs allemands ont capitalisé sur leur positionnement Premium pour améliorer leur taux de marge en 2016 qui s’établit désormais à 6,3% contre 4,1% l’année précédente. C’est donc sans surprise que leur marge opérationnelle remonte à des niveaux historiquement hauts. BMW arrive en tête avec des marges de 11,3% tandis qu’avec une marge opérationnelle de 10,4% le groupe Daimler suit de près et à 7,8% celle de Volkswagen apparaît plus en retrait.

Avec de telles marges opérationnelles, le bénéfice opérationnel de Volkswagen, BMW et Daimler fait un bond de près de 30%. Une situation qui contraste favorablement avec la baisse moyenne du bénéfice opérationnel de 7% des constructeurs américains, la modeste augmentation de 3% des firmes japonaises ou des pertes annuelles affichées par la moitié constructeurs mondiaux.

Au cours de l’année 2016, les constructeurs allemands ont également comblé une bonne partie de leur déficit de chiffre d’affaires vis à vis de leurs homologues japonais. Avec des ventes mondiales de 464,7 milliards de dollars en 2016 contre 505,8 millions pour les constructeurs japonais, l’écart se réduit à 41,1 milliards contre 83,4 milliards en 2015.

Avec le lancement de nombreuses nouveautés, une croissance à deux chiffres en Chine et une image d’icône de réussite sociale, cette insolente santé des constructeurs allemands devrait encore se confirmer en 2017.


À propos de l'auteur

Pierre Marie Coupry

Pierre Marie Coupry

Commentaires