Blog auto > Actualités > Les (petits) dommages collatéraux de la voiture électrique en Norvège

Les (petits) dommages collatéraux de la voiture électrique en Norvège

Les (petits) dommages collatéraux de la voiture électrique en Norvège
28/08/2014

Avec sa législation très favorable, la Norvège est devenue le premier marché de la voiture électrique au monde. Sauf que les avantages offerts commencent à poser quelques soucis au quotidien.

Face à un véhicule thermique classique lourdement taxé, l’automobiliste norvégien a le choix avec la voiture électrique et tout une myriade d’avantages dont l’absence de TVA (à 25%), la gratuité du stationnement ou encore la gratuité des péages urbains. Des avantages commerciaux et d’utilisation qui font ressortir 2 chiffres dans l’enquête d’une association pour la voiture électrique citée par le site de l’Argus : 48% des propriétaires ont opté pour l’électrique essentiellement pour économiser de l’argent quand seulement 27% des sondés invoquent l’argument écologique en premier.

Saturation des couloirs de bus, déficit de 500 millions d’euros.

Grâce à ces mesures, l’État norvégien va atteindre avec 2 ans d’avance son objectif de voir 50 000 voitures électriques en circulation dans le pays (en 2017). 32 000 VE sont d’ores-et-déjà en circulation et représentent 13% du marché auto depuis le début de l’année. Résultat, avec une voiture électrique pour 160 habitants, la Norvège est le pays le mieux équipé au monde. Sauf que le succès de l’électrique a des dommages collatéraux. D’un point de vue pratique, les chauffeurs de bus rouspètent de voir leurs couloirs de bus saturés de voitures électriques, aux heures de pointe, tandis que le manque à gagner pour l’État (notamment en TVA) se chiffrerait désormais à plus de 500 millions d’euros. « Il se pourrait que l’on fasse des ajustements à la baisse à l’avenir » a indiqué le Premier Ministre, Erna Solberg, au quotidien VG. Une mesure qui n’entrera pas en vigueur avant 2018 puisque les avantages actuels sont gravés dans la loi jusqu’à la fin 2017. Mais qu’est-ce que 500 millions d’euros de manque à gagner alors que le gouvernement norvégien a annoncé fin 2013 un excédent budgétaire annuel équivalent à 10,6% du PIB, soit environ 40,3 milliards d’euros (d’après Le Figaro du 14 octobre 2013). Cela laisse rêveur !

Avec L'Argus


À propos de l'auteur

Benjamin Philippe

Benjamin Philippe

L'auto, c'est une passion, ma passion ! Rédacteur du blog Autosphere, je partagerai avec vous l'actualité automobile, vous ferai rencontrer nos métiers. Une expérience automobile enrichie, c'est un partage ! Faîtes moi part de vos histoires, nous les mettrons en valeur ! La voiture de mes rêves ? Celle pour y loger toute ma famille et mon labrador ou celle purement égoïste ?

Commentaires