Blog auto > Actualités > Renault > Que va faire Renault au Pakistan ?

Que va faire Renault au Pakistan ?

Que va faire Renault au Pakistan ?
22/11/2017

Renault a annoncé en début de semaine son implantation au Pakistan grâce à un partenariat avec le groupe émirati Al-Futtaim.

En 2016, Renault a vendu 3,5 millions de véhicules dans 127 pays. Un 128e s’ajoutera bientôt au bilan comptable avec le Pakistan. Un marché automobile qui serait en pleine expansion selon la marque au losange. Le taux de croissance annuel (voitures particulières et utilitaires) serait de l’ordre de 10% même si les volumes restent faibles pour ce pays de 200 millions d’habitants avec 211 000 véhicules écoulés l’année dernière selon le cabinet Inovev.

Premier européen

Dans son communiqué, Renault insiste sur le fait d’être le premier constructeur européen à s’implanter au Pakistan. Un marché largement dominé par les Japonais Toyota, Honda et Suzuki. Vous notez que Nissan est absent de cette liste. Pour autant, Renault ne s’implante pas dans le pays tout seul mais grâce à un partenariat une société des Emirats Arabes Unis, Al-Futtaim, qui fait dans le commerce, l’immobilier et les services financiers en plus de l’automobile. C’est dont Al-Futtaim Automotive Pakistan qui construira, non loin de Karachi et à compter du premier trimestre 2018, une usine « aux standards du groupe Renault ». Cette dernière devrait produire (assembler ?) ses premières voitures en 2019 sans que l’on sache pour le moment de quels modèles il s’agit. On pense forcément à la Kwid, la citadine (très) low-cost créée en Inde pour le monde entier sauf l'Europe. On pense également au Duster, au pick-up Alaskan ou encore aux Sandero et Logan.

Quels objectifs ?

Renault s’est bien gardé de communiquer des ambitions chiffrées sur son implantation au Pakistan. Par ailleurs un pays pas forcément très stable sur l’ensemble de son territoire en plus d’être loin de représenter un modèle de démocratie et de vivre ensemble.Pour autant, une classe moyenne serait en train d'émerger, désireuse comme partout de s'équiper (voiture, high-tech, mobilier, loisirs, vacances...).

Et si Carlos Ghosn, PDG de l’alliance Renault-Nissan, assurait au début de l’été dernier que « cela n’a jamais été un objectif » de devenir numéro 1 mondial, on comprend néanmoins qu’il s’agit d’une étape dans une stratégie plus globale qui pourrait, à terme, faire de l’alliance Renault-Nissan le tout premier groupe automobile au monde en termes de véhicules produits (et vendus). En 2016, l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi a écoulé 9,96 millions de véhicules. Le groupe devrait en 2017 franchir le cap des 10 millions de véhicules et accompagner les groupes Volkswagen et Toyota dans ce club très fermé.

Avec Renault et AFP


À propos de l'auteur

Benjamin Philippe

Benjamin Philippe

L'auto, c'est une passion, ma passion ! Rédacteur du blog Autosphere, je partagerai avec vous l'actualité automobile, vous ferai rencontrer nos métiers. Une expérience automobile enrichie, c'est un partage ! Faîtes moi part de vos histoires, nous les mettrons en valeur ! La voiture de mes rêves ? Celle pour y loger toute ma famille et mon labrador ou celle purement égoïste ?

Commentaires