Blog auto > Actualités > Vers une “carte vitale de l’automobile” ?

Vers une “carte vitale de l’automobile” ?

Vers une “carte vitale de l’automobile” ?
05/07/2017

Pour rassurer professionnels et particuliers, le CNPA planche sur un projet de carnet de santé numérique qui retrace l’ensemble des révisions, réparations et sinistres de votre automobile depuis sa mise en circulation.

Lors de sa réélection à la présidence du lobby des professionnels des services de l’automobile fin juin, Francis Bartholomé, le président du CNPA, a présenté les lignes directrices de l’organisation pour les années à venir.

L’organisation milite pour différentes réformes qui auraient de profondes conséquences pour les consommateurs.

Créer la carte vitale de l’automobile

L’idée de compiler l’historique des véhicules de sa sortie d’usine à sa fin de vie n’a rien de nouveau. C’est ce que proposent les services Car-pass en Belgique ou HPI au Royaume-Uni. Il permet de rassurer les particuliers et les professionnels sur l’état de santé réel d’un véhicule lors de sa vente d’occasion en proposant des informations qualitatives sur son kilométrage réel, la fréquence des révisions ou l’éventualité de réparations suite à un sinistre ou des pannes.

Pour lancer ce vaste chantier, le CNPA attend la position de la CNIL sur le sujet des accès aux données techniques des véhicules. Cette décision attendue en septembre prochain est centrale au développement de la voiture autonome en France ainsi qu’à la création de ce carnet de santé automobile.

Renforcer le rôle du contrôle technique

Si la carte vitale des automobiles sera alimentée par les différents acteurs de la filière des services automobiles, les centres de contrôle technique font déjà valoir que de nombreuses données collectées ne sont actuellement pas exploitées. “Le contrôle technique est un métier encore sous exploité et sous utilisé par l’État,” déclare Bernard Bourrier, le président du métier contrôle technique au CNPA et PDG d’Autosur, à notre confrère CT Magazine. Par exemple, le kilométrage relevé lors d’un contrôle technique pourrait ainsi faire l’objet d’une attestation lors de la vente d’un véhicule.

Cette progression des services supplémentaires que pourrait offrir les centre de contrôle technique est au centre d’une vaste opération de revalorisation de la filière. Elle est à mettre en perspective avec la volonté affichée depuis quelques années par le CNPA d’annualiser les contrôles techniques afin de sécuriser un parc vieillissant. Une proposition qui a fort heureusement bien peu de chances d’aboutir à court terme tant la profession connaît une crise des vocations.


À propos de l'auteur

Pierre Marie Coupry

Pierre Marie Coupry

Commentaires