Blog auto > Buzz et insolite > Volvo > La nostalgie de la Volvo P1800S

La nostalgie de la Volvo P1800S

La nostalgie de la Volvo P1800S
08/12/2017

Il a été difficile cette semaine de résister à la vague de nostalgie après les décès de Jean d’Ormesson et de Johnny Hallyday. Si bien que ce vendredi, j’ai envie d’évoquer avec vous la Volvo P1800S popularisée dans les années 60 par la série Le Saint et pilotée par un autre grand disparu de l’année, Roger Moore.

Cette semaine, il a flotté une atmosphère assez lourde sur la France et la météo n’a pas aidé. A voir les références et les idoles du XXe siècle disparaître, on retombe facilement dans le « c’était mieux avant ». Une maxime qui s’applique parfois (souvent ?) à l’automobile même si sous certains aspects cela parait en dépit du bon sens. Toujours est-il qu’en baignant dans la nostalgie, je me suis rappelé la série Le Saint. Roger Moore, autre grand disparu de l’année 2017, y pilotait une Volvo P1800S. Une voiture que Volvo refusa de cataloguer comme sportive en préférant la considérer comme une voiture de Grand Tourisme. D’ailleurs, le S ne veut pas dire Sport mais Sverige, Suède en Français. Pour la petite histoire, le premier choix de la production se porta sur une E-Type mais Jaguar refusa.

Rien qu’a regarder ses lignes, on devine bien l’hypocrisie de Volvo alors. Cette silhouette semble parfaitement dessinée pour fendre l’air au rythme des Stooges. Et puis, la P1800 avait vu le jour dans l’optique de rajeunir (déjà) la clientèle de la marque suédoise !

En cherchant sur internet, je suis tombé sur une annonce du site bringatrailer. Une P1800S de 1967 y est mise aux enchères pour 5 jours encore. L’enchère qui l’emporte au moment où j’écris ces lignes est de 7 500 dollars, soit environ 6 400 euros. Une bouchée de pain pour une voiture bien dans son époque des swinging sixties. Ses lignes atypiques et son intérieur plutôt kitsch, semble-t-il bien pas trop mal conservé, pourrait en faire l’idole d’une nouvelle jeunesse d’autant qu’en 50 ans de carrière, elle n’affiche que 111 000 km (69 233 miles). Certes, il y a un peu de rouille, la peinture semble à refaire et l’on devine un soucis de fermeture du coffre. Quid de la mécanique ? Le moteur quatre cylindres de 2,0l offre initialement 118 chevaux. Pour autant, ces moteurs là étaient particulièrement robustes. Pour preuve, en 2013, un certain Irv Gordon a officiellement atteint les 3 000 000 miles (plus de 4,8 millions de km) au volant de sa P1800S. Comme quoi, toutes les légendes sont immortelles.


À propos de l'auteur

Benjamin Philippe

Benjamin Philippe

L'auto, c'est une passion, ma passion ! Rédacteur du blog Autosphere, je partagerai avec vous l'actualité automobile, vous ferai rencontrer nos métiers. Une expérience automobile enrichie, c'est un partage ! Faîtes moi part de vos histoires, nous les mettrons en valeur ! La voiture de mes rêves ? Celle pour y loger toute ma famille et mon labrador ou celle purement égoïste ?

Commentaires