Blog auto > Conseils > Comment financer son véhicule d’occasion ?

Comment financer son véhicule d’occasion ?

Comment financer son véhicule d’occasion ?
06/05/2014

À chaque problème, sa solution. C’est aussi simple que cela. Professionnel ou particulier, d’occasion ou neuve et selon une large palette de moyens, il existe cinq méthodes de financement pour l’achat d’un véhicule.

Le paiement comptant

C’est la solution la plus simple, mais qui concerne à vrai dire le moins de gens ! Vous voulez une voiture, elle coûte tant, vous faites un chèque de tant parce que vous avez les liquidités. Et si cela représente une ponction sur d’éventuels autres investissements, le paiement comptant a pour avantages de vous éviter d’avoir une dette envers un organisme prêteur, de vous compliquer la vie en formalité administrative et de faire immédiatement de vous le propriétaire de la voiture, plus que jamais libre du kilométrage de votre auto. Et puis, le concessionnaire en face de vous sera toujours ravis de réaliser une vente de ce genre.

Le crédit

C’est le grand classique de la vente automobile aujourd’hui, le plus répandue, et proposé par les banques ou les concessionnaires selon un cadre légal. Vous empruntez la somme nécessaire à l’achat du véhicule (qui est directement versée au vendeur) et vous remboursez par mensualités la somme + intérêts (loyer). Contrairement à quelques légendes urbaines, vous êtes bel et bien immédiatement propriétaire du véhicule tout en préservant vos économies pour d’autres investissements.

Cependant, la mensualité de votre crédit sera plus forte qu’avec une location avec option d’achat (du fait de l’engagement de rachat du véhicule) et les formalités administratives peuvent s’avérer fastidieuses.

La location avec option d’achat (ou LOA)

C’est la formule qui se démocratise le plus en France ! Près d’une transaction sur dix en France se fait dans le cadre d’une Location avec Option d’Achat. Tout d’abord, il convient de préciser que LOA, location avec promesse de vente, bail avec option d’achat, crédit bail ou leasing sont des synonymes. Il s’agit d’un contrat entre l’acquéreur du véhicule (personne physique ou morale) et l’entreprise vendeuse concernant l’utilisation d’un véhicule. Si c’est bien votre nom qui est sur la carte grise, le propriétaire de la voiture demeure le concessionnaire.

Dans le cadre d’une LOA, vous payez un loyer qui prend généralement en compte la dépréciation du véhicule et ceci selon une formule mensuelle ou trimestrielle. Progressive, constante ou dégressive. Vous pouvez néanmoins participer au financement par un apport personnel qui sera majoré sur votre mensualité ou bien en faisant un dépôt de garantie (15% du prix du véhicule) pouvant servir à lever l’option d’achat à la fin d'un contrat pouvant durer entre 24 et 60 mois.

Ainsi, la mensualité d’une LOA peut s’avérer inférieure à la mensualité d’un crédit. Vous pouvez également opter pour un lissage des mensualités, dont la première échéance ne sera payée qu’après réception du véhicule. Enfin, la LOA vous permet de régulièrement changer de véhicule puisque se déroulant sur une période de 2 à 5 ans.

Mais une LOA génère aussi des inconvénients, à commencer par le fait que vous n’êtes pas propriétaire de la voiture dans laquelle vous roulez, mais c’est bien à vous de payer la carte grise ou encore l’assurance ! Qui plus est le véhicule doit être conservé dans un bon état jusqu’à restitution (sous peine de frais de remise en état) et dans le cadre d’un kilométrage défini à l’avance sous peine, là aussi, de pénalité.

La Location Longue Durée (LLD)

Louer un véhicule sans l’acheter à échéance, c’est possible. Il s’agit de la Location Longue Durée ou LLD. Le contrat est conclu entre une personne physique et le concessionnaire sur une durée allant de 12 à 72 mois et selon un forfait kilométrique, d’entretien, d’assurance et d’assistance. Le client s’acquitte, à l’instar d’une LOA, d’un loyer mensuel. Bien sûr, il est important de respecter le kilométrage conventionné et d’être très attentif à l’état du véhicule, mais en contrepartie, une LLD permet de changer régulièrement de véhicule, de n’absolument pas se soucier de sa revente et de pouvoir budgétiser clairement et régulièrement ce poste de dépense. Comme pour une LOA, la prémière mensualité n’est payée qu’à partir de la réception du véhicule.

Le crédit « ballon »

Proposé par les banques et les concessionnaires, le crédit ballon est assez comparable à une LOA ou une LLD. Il s’agit d’un crédit in fine, devant être remboursé intégralement à l’issue d’une échéance entre 12 et 48 mois. Le principe permet de verser de faibles mensualités au début et de renouveler régulièrement le véhicule tout en tenant compte d’un forfait kilométrique précis. Arrivé à échéance du crédit, quatre options s’offrent au client :

- Acheter comptant le véhicule à un tarif convenu à l'avance. Vous soldez l'option d'achat. 

- Renouveler le contrat bail. 

- Rendre le véhicule au professionnel qui solde l'option d'achat. 

- Revendre vous-même le véhicule afin de solder le financement, en tout cas c'est possible. 

Deux inconvénients ressortent de ce type de financement. Le premier est que vous ne faites que rembourser les intérêts sans jamais rembourser le capital. À la fin du contrat, vous repartez de 0, sans bénéficier de l’apport de la revente de votre ancienne voiture. Cependant, le crédit ballon est une solution sécurisante avec une convention de rachat signée d’avance (en respectant les termes du contrat) et les mensualités sont assez faibles jusqu’à échéance. 


À propos de l'auteur

Benjamin Philippe

Benjamin Philippe

L'auto, c'est une passion, ma passion ! Rédacteur du blog Autosphere, je partagerai avec vous l'actualité automobile, vous ferai rencontrer nos métiers. Une expérience automobile enrichie, c'est un partage ! Faîtes moi part de vos histoires, nous les mettrons en valeur ! La voiture de mes rêves ? Celle pour y loger toute ma famille et mon labrador ou celle purement égoïste ?

Commentaires