Blog auto > Conseils > HistoVec, le site gouvernemental pour vérifier l’historique d’un véhicule d'occasion.

HistoVec, le site gouvernemental pour vérifier l’historique d’un véhicule d'occasion.

HistoVec, le site gouvernemental pour vérifier l’historique d’un véhicule d'occasion.
06/11/2018

Pleinement opérationnel le 1er décembre 2018 et sous la responsabilité du ministère de l’Intérieur, HistoVec devra permettre de fiabiliser la vente de véhicules d’occasion. Notamment entre particuliers.

Lorsqu’on vend son véhicule à un particulier, ce dernier est le plus souvent très exigent. C’est vrai avec les professionnels de l’automobile comme nous. C'est aussi le cas entre particuliers. Parce que les fraudes demeurent, le ministère de l’Intérieur lance HistoVec. Un site dont la vocation est de rassurer le futur acquéreur sur le véhicule qu’il s’apprête à acheter.

Gratuit mais incomplet

En attendant son lancement officiel le 1er décembre, le site est d’ores et déjà en ligne dans une version Beta, signifiant qu’il y a de probables erreurs (ce qui n’empêche pas d’avoir déjà des avis d’usagers…). L’occasion nous est néanmoins offerte de l’essayer et de voir comment ça marche. En saisissant son nom, son prénom, sa date de naissance, la plaque d’immatriculation de sa voiture ainsi que le numéro de formule présent sur le certificat d’immatriculation, on est censé obtenir un rapport sur l’état administratif du véhicule d’après le Système d’Immatriculation des Véhicules, le SIV. Si la démarche doit aider le vendeur à crédibiliser son véhicule, l’acheteur peut anticiper la démarche et en faire la demande directement au vendeur ou en passant par le site qui propose un lien en ce sens.

Le document n'est pas imprimable. La raison est de vouloir éviter… les fraudes. Autre information importante, le site ne fonctionnera qu’avec les véhicules dont les plaques d’immatriculation sont au format AA-123-AA, apparu en 2009. En tout cas dans un premier temps.

Le rapport confirmera d’abord l’identité du véhicule (marque, modèle, couleur, puissance fiscale, propriétaire actuel, première immatriculation, vignette Crit'Air, nom du propriétaire…), précisera si l’auto a été importée ou non, le nombre de propriétaires (avec précision des périodes) mais aussi la situation du véhicule vis-à-vis d’éventuels gages, oppositions, suspensions et procédures. L’acquéreur sera enfin averti d’une situation de vol du véhicule comme de la carte grise (vol, perte et duplicata). Le service est gratuit.

Le système serait prometteur si à ce pedigree s’ajoutaient des éléments qui permettraient de fiabiliser le kilométrage du véhicule à l’instar du CarPass belge ou du HPI anglais (et comme chez la plupart de nos voisins). Des systèmes où le kilométrage de chaque véhicule est renseigné à chaque fois qu’une facture d’entretien ou de réparation est éditée. Pour cela, il convient toujours de s’en remettre à un carnet d’entretien à jour et au dossier « factures voiture » accompagnant la vente.

Promis en janvier dernier à l’issue du Comité Interministériel de la Sécurité Routière, cette mesure visant à fiabiliser les informations d’un véhicule mis en vente faisait l’objet d’une demande imposée par la Commission Européenne à la France qui avait jusqu’à la fin 2018 pour se mettre en conformité.

- Zoom sur le Car Pass belge.


À propos de l'auteur

Benjamin Philippe

Benjamin Philippe

L'auto, c'est une passion, ma passion ! Rédacteur du blog Autosphere, je partagerai avec vous l'actualité automobile, vous ferai rencontrer nos métiers. Une expérience automobile enrichie, c'est un partage ! Faîtes moi part de vos histoires, nous les mettrons en valeur ! La voiture de mes rêves ? Celle pour y loger toute ma famille et mon labrador ou celle purement égoïste ?

Commentaires