Blog auto > Conseils > Neuve ou d’occasion, faut-il encore acheter une voiture diesel ?

Neuve ou d’occasion, faut-il encore acheter une voiture diesel ?

Neuve ou d’occasion, faut-il encore acheter une voiture diesel ?
07/02/2018

Entre mauvaise presse, scandales et fiscalité qui lui tourne le dos, le diesel est sur le déclin en France comme dans le reste de l’Europe. Faut-il penser à un autre carburant pour sa prochaine auto ?

Si les chiffres mensuels du CCFA sont à prendre avec des pincettes, il y a une tendance lourde qui se confirme, celle de la régression du marché du diesel dans les ventes de véhicules neufs (particuliers comme professionnels). En janvier 2018, la part de marché du diesel en France s’est élevée à seulement 41,1% pour 52,6% d’essence (le reste pour l’hybride et l’électrique). Le résultat de près de 3 ans de remise en cause du diesel du fait du Diesel Gate (et des affaires jointes comme le récent Monkey Gate), d’une presse qui s’est emparée du sujet, d’une opinion publique concernée et des politiques qui ont tourné le dos à un carburant pourtant largement soutenu durant des décennies, que se soit dans le verbe comme dans la fiscalité et sans oublier la vignette Crit’Air, les ZCR... Si le marché de l’électrique n’en bénéficie pas, c’est la part de marché de l’essence qui en profite aujourd’hui. D’ailleurs, certains constructeurs ont annoncé bannir le diesel. En France pour Toyota. Dans le monde entier pour Porsche.

La voix de la raison ?

Le fait est que durant des années, le diesel a été sur-représenté dans le parc automobile français. Carburant plus accessible à la pompe, consommant moins mais plus cher à l’achat, le diesel est destiné à l’origine pour ceux qui roulent beaucoup. Au bas mot 20 000 kilomètres par an. Pour autant, de nombreux consommateurs se sont arrêtés aux deux premières considérations et les constructeurs en ont largement profité. Renault a proposé la deuxième génération de Twingo en diesel (en 65, 75 et 85 chevaux !). Peugeot a vendu des 107 avec 54 chevaux diesel ! Idem pour Fiat avec sa Panda II 1,3l MJT en 70 et 75 chevaux. Pas étonnant dès lors si près de 77% des voitures neuves immatriculées en 2008 en France roulaient au gazole. Depuis, les constructeurs ont enclenché la marche arrière. La 108 comme la Twingo 3 sont proposées seulement en essence même si Fiat persiste avec le diesel pour une Panda 3 commercialisée depuis 2012. Nous sommes prêts à parier que la quatrième génération ne roulera plus au gazole.

A défaut de disparaitre, le diesel sera-t-il interdit ?

Il y a plusieurs signes qui laissent augurer un funeste sort pour les motorisations thermiques, diesel comme essence. En fonction des pays, on parle de 2025 ou 2030. Dans un premier temps ce sont les grandes villes qui banniront le diesel de leurs murs comme Paris ou Lyon et dans le cadre des fameuses zones de circulation restreinte, les ZCR. Pour autant, le gazole pourrait être saqué avant l’essence afin de faire baisser les niveaux de NOx en espérant ne pas faire remonter les niveaux de CO2. On y réfléchit grandement à la Mairie de Paris.

Si vous habitez hors agglomération et que vous roulez rarement dans les grandes villes, vous ne serez que faiblement impactés. Vous pouvez poursuivre votre route en diesel, d’autant que votre profil semble correspondre avec un important kilométrage annuel. Soulignons néanmoins que les temps d’un carburant bien moins onéreux que l’essence sont révolus avec une fiscalité qui devra combler l’écart et qui sait… rendre d’ici quelques années le gazole plus cher que l’essence.

Acheter un diesel d’occasion. Bonne ou mauvaise idée ?

Dans le contexte actuel, la demande pour du diesel en neuf comme en occasion baisse tandis que l’offre est toujours très forte. Les stocks n’ont pas disparu et les ventes prennent davantage de temps. Mécaniquement, les prix ont ainsi tendance à chuter, parfois en dessous de la côte… On pourrait presque dire que vous rendez service à un concessionnaire en le soulageant d’un véhicule diesel ! Ainsi, si vous entrez dans le profil dessiné un peu plus haut, l’achat d’un diesel (surtout dans le cadre d’un financement type LOA/LLD avec une date de restitution définie) demeure pertinent et potentiellement même plus économique qu’il n’y parait. Par exemple, au hasard, pour un Kadjar d’occasion.

Inversement, il est compliqué de se séparer de sa voiture diesel, surtout entre particuliers. Si bien qu’il convient plus que jamais de considérer les offres de reprise comme la prime de conversion s’élevant jusqu’à 2 000 euros pour l’achat d’une voiture, même diesel, qu’elle soit neuve ou d’occasion pourvue qu’elle bénéficie d’une vignette Crit’Air 1 ou 2. Reste le feeling du client.

Retrouvez tous nos véhicules diesel d'occasion, révisés et garantis


À propos de l'auteur

Benjamin Philippe

Benjamin Philippe

L'auto, c'est une passion, ma passion ! Rédacteur du blog Autosphere, je partagerai avec vous l'actualité automobile, vous ferai rencontrer nos métiers. Une expérience automobile enrichie, c'est un partage ! Faîtes moi part de vos histoires, nous les mettrons en valeur ! La voiture de mes rêves ? Celle pour y loger toute ma famille et mon labrador ou celle purement égoïste ?

Commentaires