Blog auto > Essais > Jaguar > Essai Jaguar XF : Charme à l’anglaise

Essai Jaguar XF : Charme à l’anglaise

Essai Jaguar XF : Charme à l’anglaise
17/12/2014

Troisième épisode de nos essais de Noël avec une familiale aussi luxueuse qu’efficace, la Jaguar XF dans sa version V6 3.0 D S Portfolio délivrant 275 chevaux.

Dès lors que j’ai réellement commencé à m’intéresser à l’automobile, j’ai été fasciné par Jaguar. Certainement parce que j’aime l’Histoire et les histoires. Reste que dans les années 90, les voitures de Coventry étaient sinon ennuyeuses, au moins la triste vitrine d’une filiale de Ford qui ne savait pas vraiment comment utiliser le charme anglais. En passant sous la coupe de l'Indien Tata, le pire était à craindre. Du moins pour certains. Mais en ayant recours au diesel, au downsizing et au génie de Ian Callum, Jaguar a grandi et s’impose désormais comme un sérieux rival face aux Allemands. 

Certes l’équilibre des forces demeure largement en faveur du trio Audi-BMW-Mercedes, mais force est de constater qu’avec la XF, l’écart s’est réduit*. C’est pourquoi mon troisième essai des voitures que l’on aimerait avoir au pied du sapin au matin du 25 décembre s’est porté sur la berline anglaise, dans sa version V6 3.0 D S Portfolio. 275 chevaux sagement orchestrés dans un luxe certain et prêtés par SAFI Paris 19.

Le cérémonial du démarrage

Une large gueule ouverte, un regard souligné de LED, deux sorties d’échappements symétriques, des optiques tout en horizontalité… Cette Jaguar XF a du charisme. D’autant plus avec son Black Pack, son Pack Aérodynamique ainsi que ses étriers de freins rouges. Berline oui, mais berline agressive ! Pourtant, on change radicalement d’esprit à bord. C'est une Jaguar, cela ne fait aucun doute ! 

Le charme anglais opère, mais reconnaissons que certains estimeront que le cuir et le bois sont surchargés par l’aluminium, l’Alcantara et les touches chromées alors que l’ouverture de la boîte s’effectue sur pression d’un discret bouton sur la planche de bord. C’est en est  paradoxal !

Puis il y a le cérémonial du contact ! Le bouton Start - Stop s’illumine de rouge à la façon d’un coeur qui bat. Tandis que le moteur démarre, les buses d’aération s’ouvrent alors que surgit de la console centrale la commande rotative de la boîte ZF à 8 rapports. Il y a un côté vaisseau spécial dont je ne pourrai jamais me lasser. Vos enfants aussi.

Au volant de la XF

En dépit d’un imposant couple de 600 Nm, la XF s’avère plutôt lourde en ville. 1 835 kg à la pesée en dépit d’ouvrants en aluminium ! Mais la direction précise et le châssis plutôt rigide procure un confort remarquable, y compris dans la gestion des rapports et le silence du moteur. La confiance vient rapidement d’autant que les proportions sont rapidement assimilées. Ce n’est pas si courant sur les grandes berlines, mais au cas où les radars veillent au grain avec une marge de sécurité très importante. Un piéton passant près du pare-choc au feu rouge peut le déclencher ! 

Mon kilométrage sur autoroute fut limité, mais il est rapidement apparu que la cavalerie montait rapidement au front et de manière grisante tout en offrant une stabilité une nouvelle fois remarquable. Cerclés d’un bleu apaisant, les comptes tours apparaissent banals au fil des kilomètres. Dommage.

Le doute est venu sur une Nationale où le dynamisme a semblé souffrir du poids. Ce sont finalement les passagers qui vous en seront reconnaissant. Vous savez, vos enfants !

Confort pour tous ?

Votre chère progéniture ne manquera pas de place, ni de confort à l’arrière, tout comme les adultes. Le seul bémol vient de la hauteur sous plafond, problématique pour ceux qui font plus de 1m80. Cx quand tu nous tiens… En revanche, le coffre est aussi large que profond. Je peux même parler de surprise! Vous pouvez y loger plusieurs chaises pliantes dans le sens la longueur ! 500 litres bien calculés (jusqu’à 963 en rabattant la banquette) qui relèvent haut la main le défi de la poussette en l’absence de hayon.

Le véhicule de démonstration que j’ai essayé affiche 64 900 euros. Une somme qui comprend la peinture métal, les rétroviseurs à mémoire, les jantes 20 pouces Kalimnos Black ou encore le siège conducteur chauffant avec réglage lombaire, mémoire de forme… Neuve, la XF V6 3,0 S D Portfolio est partir de 70 200€. La concurrence allemande est 5 000 à 8 000 euros moins chère. Mais pour ce prix là, vous pourrez reconnaître votre voiture dans le parking au premier coup d’oeil, les passants aussi.

*Il le sera d’autant plus avec la future XE.

Essai Porsche Cayenne S diesel : Enthousiasmant !

Essai Audi TT : Troisième vie


À propos de l'auteur

Benjamin Philippe

Benjamin Philippe

L'auto, c'est une passion, ma passion ! Rédacteur du blog Autosphere, je partagerai avec vous l'actualité automobile, vous ferai rencontrer nos métiers. Une expérience automobile enrichie, c'est un partage ! Faîtes moi part de vos histoires, nous les mettrons en valeur ! La voiture de mes rêves ? Celle pour y loger toute ma famille et mon labrador ou celle purement égoïste ?

Commentaires