Blog auto > Essais > Volvo > Essai VolvoV40 D3 Summum. Une suédoise qui ne laisse pas de glace.

Essai VolvoV40 D3 Summum. Une suédoise qui ne laisse pas de glace.

Essai VolvoV40 D3 Summum.  Une suédoise qui ne laisse pas de glace.
24/07/2014

Je loue souvent des voitures. A ce titre, j’ai eu l’occasion de parcourir l’ensemble des gammes du segment M1 de tous les constructeurs, de la C4 à la Focus et de l’Astra à la Qashqai, généralement avec le petit moteur diesel, et la finition intermédiaire. Autant de voiture banalement efficaces, pétries de qualités, certes, mais assez semblables les unes aux autres en termes de ressenti.

Et puis au cours d’un déplacement, j’ai été surclassé. Et on m’a aimablement confié une voiture qui ne foisonne pas dans les parcs de loueurs. Une Volvo V40, avec le moteur 2.0 150ch D3 en finition Summum.

Déjà séduit par la ligne de cette voiture et son positionnement intéressant à la lisière du premium, il me tardait de voir si l’image que j’en avais correspondait à ses prestations. D’autant plus que malgré l’apriori favorable que je nourris globalement pour la marque de Göteborg, je n’avais jamais eu l’occasion de prendre le volant d’un de ces produits scandinaves (enfin sino-scandinaves désormais).

NJUT

C’est une lapalissade, mais faire beau et générer une ambiance spécifique est une vraie gageure. Au-delà des lignes extérieures, qui restent assez caractéristiques d’une marque, je vous mets au défi d’identifier l’habitacle d’une voiture une fois dissimulé le logo sur le volant. Pas dans une Volvo. Cette V40 est typique du design scandinave, et se reconnait les yeux fermés. Déjà les sièges sont beaux, conçus d’un bloc, et recouverts d’un cuir de bonne qualité. 

Ensuite la planche de bord, épurée, avec ses gros boutons, et sa console centrale flottante, flatte l’œil, sans se déparer d’une élégante distinction. Enfin, le design des éléments que l’on touche le plus souvent – levier de vitesse et volant – a fait l’objet d’attention et est très abouti. Le pommeau du levier est notamment très original, avec son aspect en verre, avec la grille gravée, et rétro-éclairée.

Bref, on s’y sent bien, valorisé avec discrétion, sans outrance, mais avec un vrai sentiment de qualité et de durabilité.

A L’IMPOSSIBLE NUL N’EST TENU

Une fois passée la séduction de sa ligne extérieure, et l’agrément perçu de l’habitacle, mettons-nous au volant.

Là, force est de reconnaitre que tout n’est pas parfait. Le coffre n’est pas bien grand, certains plastiques ne sont pas géniaux, le GPS a un graphisme digne d’un Minitel, la ligne basse de la voiture implique une habitabilité restreinte en hauteur et les suspensions très fermes font ressentir avec précision la moindre bouche d’égout dans vos vertèbres… Quant à la consommation, difficile d’en juger sur 2 jours d’utilisation, mais je n’ai pas eu le sentiment qu’elle soit particulièrement pondérée.

Bref, cette voiture n’est pas parfaite, loin de là. Mais elle donne envie d’abattre des kilomètres…

A la conduite, cette voiture fait plaisir, tout tombe bien sous la main, la commande de boite est très bien étagée, et souple (même un ayatollah de la BVA comme moi n’a pas trop râlé contre la boite), la tenue de route saine, et le moteur a toutes les ressources nécessaires pour reprendre en toute sécurité.

PAS BESOIN D’AUTORADIO…

Parlons-en, du moteur. Singularité de plus en plus rare en ces temps de downsizing à tout va, c’est un 5 cylindres. Plus personne ou presque ne produit de 5 cylindres. Audi, longtemps féru de cette architecture, l’a abandonnée, et Volvo, dernier mohican du fait, la remplace par une nouvelle gamme de 4 en ligne turbocompressé.

Pourtant, que c’est agréable, un 5 cylindres, c’est souple, et rond… Et surtout ça fait un très beau bruit… Perceptible en accélération, mais aussi audible au ralenti, le grondement sourd du moteur régale les oreilles et donne l’impression de conduire un véhicule d’une gamme bien supérieure. A tel point qu’on n’a de cesse de baisser la vitre pour mieux l’entendre ronronner…

Alors en conclusion, certes cette voiture n’est pas parfaite, mais elle m’a donné envie de prendre son volant juste pour le plaisir de conduire, sans autre but que de se promener… Ca faisait très longtemps que je n’avais pas eu cette sensation, même au volant de modèles bien plus prestigieux.

Alors rien que pour ce plaisir de conduite, et cette singularité pas si courante dans un marché standardisé à outrance, la Volvo V40 mérite toute votre attention si vous cherchez une compacte de caractère… 


À propos de l'auteur

Commentaires