Blog auto > Essais > J’ai roulé à gauche tout le week-end !

J’ai roulé à gauche tout le week-end !

J’ai roulé à gauche tout le week-end !
08/11/2016

Ce n'est pas à proprement parlé un exploit pour le genre humain, mais le week-end dernier autour d’Edimbourg, j'ai pour la première fois de ma vie roulé à la britannique. Volant à droite, conduite à gauche. Expérience.

La vie d’un automobiliste est jalonnée de grandes premières depuis l’obtention du permis de conduire. La première fois en Porsche, la première fois sur un circuit, la première fois sur l'Autobahn, la première fois avec un nouveau né à bord... Et la première fois en Grande-Bretagne. Autant de moments qui conjuguent stress et excitation. Le week-end dernier, j’ai pour la première fois de ma vie roulé à gauche. Et si je ne suis pas le premier qui roule usuellement à droite à passer à gauche, cette grande première fut accompagnée d’une certaine appréhension.

Rouler à gauche, ça se prépare !

Si je me suis posé la question toute la semaine dernière sur ce qu’il allait m’arriver sur les routes écossaises, ce n’est évidemment que la veille au soir que je mène une minutieuse enquête sur les habitudes de conduite des Britanniques. Un oeil sur internet, l’autre sur les matchs de League Europa ! Toute mon attention se fixe néanmoins sur la grande question que je me posais. Si on roule à gauche, la priorité est-elle aussi à gauche ? Nos voisins britanniques ont réglé le problème en faisant en sorte qu’à chaque intersection, le régime de priorité est dictée par des feux tricolores, des Stop ou des Cédez le passage. Seule contre-exemple, les fameux roundabouts. Les ronds-point où il faut céder le passage à droite avant de le prendre par la gauche, dans le sens des aiguilles d’une montre. Toujours.

Même pas peur !

Le sens de la circulation, le volant à droite… Qu’est-ce qui change d’autre à bord de cette Vauxhall Astra ? On m’avait conseillé d’opter pour une boîte automatique... mais ça c’était après avoir réservé. Du coup, à quoi ressemble une boîte manuelle anglaise ? Est-elle inversée afin que la première soit le rapport le plus proche de mon genou ? Et bien non ! La boîte manuelle semble identique aux nôtres. La première en haut, à gauche. La cinquième, en haut à droite… La seule différence, notable, est que les rapports se passent avec la main gauche. Perturbant ? Un peu oui. Surtout parce que je viens d’enchainer plusieurs erreurs. Sur la parking, j’approche par le côté passager, le réflexe pour tirer la ceinture de sécurité avec la main droite aboutit à un geste dans le vide ! Comme pour la boîte mécanique, les pédales se situent dans le même ordre que chez nous. De gauche à droite : Embrayage, frein et accélérateur. Surprise !

L’immense conseil que je pourrais formuler à quiconque découvrant les îles britanniques par la route, c’est d’être accompagné ! En effet, rien de mieux qu’un passager à mes côtés pour me rappeler, parfois sur le ton de la boutade, qu’on roule à gauche. Qu’en tournant à droite à une intersection, il faut aller chercher loin la file de gauche. Si je veille au grain à la sortie de l’aéroport, ce rappel ne fut pas inutile tout au long du week-end. Les premiers kilomètres miles se passent en douceur, j’arrive rapidement à me décontracter au volant. C’est avec un large sourire que je découvre la conduite à gauche. Je ne suis pas inquiet, je n’ai plus d’appréhension… Je trouve finalement cette situation amusante.

Plus compliqué en ville

Finalement, sur une voie rapide, il n’y a rien de bien compliqué. Découvrant l’endroit, j’ai naturellement tendance à rouler un peu moins vite que les limitations ne l’autorisent. C’est en arrivant en ville que l’affaire se corse. Les intersections, le marquage au sol, les panneaux diffèrent (comme dans chaque pays) en plus de rouler à gauche. Avec mon co-pilote, le travail d’équipe est efficace. Enfin presque. Peu habituée à se retrouver à gauche, ma passagère ne cesse de me signaler qu’on passe très (trop) près des voitures sur le bas côté. Tout du moins à son goût. Suis-je parti à la faute ? 3 fois sur un week-end de 3 jours. Les deux premières fois en tournant (pas assez) à gauche à une intersection dans le Old Edimbourg. La troisième fut autrement plus effrayante. À la sortie d’une magnifique mais très fraîche ballade à Pentland Hills, je reprends la route A702 par la droite. Entre l’alerte générale de ma passagère et les appels de phares de la voiture venant d’en face, je rétablis rapidement la manoeuvre en apnée avant qu’un long soupire me rappelle que dans un tel choc des cultures, la vigilance doit être maximale à chaque fois qu’on prend le volant, qu’on se retrouve à une intersection.

Y compris au volant, je vous recommande vivement la visite d’Edimbourg et de ses alentours. J’en garde un excellent souvenir à l’exception des deux PV de stationnement reçus. 30£ (environ 34€). Chacun.

Des amendes payées en ligne où d’ailleurs la contravention est justifiée par une série de clichés de la voiture, du panneau indiquant la règlementation visible depuis mon stationnement et même de mon ticket horodateur périmé. Imparable !


À propos de l'auteur

Benjamin Philippe

Benjamin Philippe

L'auto, c'est une passion, ma passion ! Rédacteur du blog Autosphere, je partagerai avec vous l'actualité automobile, vous ferai rencontrer nos métiers. Une expérience automobile enrichie, c'est un partage ! Faîtes moi part de vos histoires, nous les mettrons en valeur ! La voiture de mes rêves ? Celle pour y loger toute ma famille et mon labrador ou celle purement égoïste ?

Commentaires