Blog auto > Essais > Jeep > Nouveau Jeep Cherokee, notre essai !

Nouveau Jeep Cherokee, notre essai !

Nouveau Jeep Cherokee, notre essai !
24/04/2014

Le nom "Jeep" fait toujours autant d'effet. Aux garçons comme aux filles. Et le nouveau Jeep Cherokee avec ses sept jolies dents sur la calandre, plaît énormément. Ses feux à LED et en amande pourraient bien attirer toutes celles et ceux qui en ont marre de confondre leur SUV germanique gris avec tous les autres SUV germaniques gris. Jeep a envie de s’implanter durablement dans le petit monde ultra select des autos chères et hautes sur pattes. Et le pari sera sans doute réussi.

C’est quoi une Jeep ? Un véhicule pour affronter les massifs chaotiques du Toubkal ou une auto pour sillonner les autoroutes ? Les deux, répondent les concepteurs du nouveau Jeep Cherokee. Lorsque l’on est le pionnier du 4×4, avec Land Rover, on ne peut pas laisser filer le train de la mode du SUV sans sauter à bord. Un train qui poursuit sa route façon TGV. Car tout le monde en veut. Les clients se jettent sur la position de conduite surélevée et l’accès facilité aux places arrière comme au coffre.

Finition en net progrès

La Jeep Cherokee veut tout nous offrir : De bonnes aptitudes off-road, du confort routier à revendre et des concurrents issus du trio haut de gamme que sont l’Audi Q5, le BMW X4 et le Volvo XC60. L’auto américaine est assemblée à Detroit, mais propose un châssis originaire de Milan, ville de naissance d’Alfa Romeo. C’est la belle Giulietta qui lui fournit sa plate-forme. Quant à ses deux moteurs diesel, ils sont nés à Turin, patrie de Fiat. Normal, puisque l’ex groupe Fiat s’appelle désormais FCA (Fiat Chrysler Automobiles) et que Jeep appartient à la nouvelle entité où l’on partage tout en famille. On trouve donc deux blocs italiens de 140 et 170 cv sous le capot de l’Américaine. Des moteurs réellement latins : Plutôt bruyants mais de bonne volonté. Une nette influence transalpine sur une auto anglo-saxonne qui ne se fait pas, en revanche, au détriment de la qualité de finition. En net progrès par rapport aux précédentes générations de Cherokee, et incomparablement supérieure au niveau américain moyen. Un châssis qui lui aussi renvoie ses copines du Michigan à l’ère des chariots de pionniers. Car si le Cherokee fait ce qu’il peut, il le fait plutôt correctement. Dans les côtes de l'arrière pays niçois, j'ai apprécié sa bonne tenue de route et son faible roulis. Seule la boite auto était un peu poussive. Mais pas désastreuse non plus.

Quant au confort du nouveau Jeep Cherokee, il est tout à fait honnête pour une auto haute et lourde. Reste qu’un vaisseau de cette taille (4,62cm) devrait offrir une place maximum aux petits comme aux grands, aux valisettes comme aux grandes malles. Or, côté passagers, il ne fait pas mieux que des autos plus courtes. Et côté coffre, il fait moins bien qu’un Nissan Qashqai pourtant bien moins cher. Le prix, justement, est la seule faille du nouveau Jeep Cherokee. La première finition se vend à 34 990 euros. Réussira t-il sa percée parmi cette meute de camionnettes de luxe ? Peut-être, s'il suit l’exemple réussi du grand frère, justement nommé Grand Cherokee. En effet, ce gros SUV cartonne face aux Mercedes ML, BMW X5 et AUDI Q7.

Jeep Cherokee

De 34 990 à 57 200 euros

Moteurs diesel : 2.0L 140 ch, 2.0L 170 ch

Moteur essence : 3.2L V6 272ch.

Par Anne-Charlotte Laugier


À propos de l'auteur

Benjamin Philippe

Benjamin Philippe

L'auto, c'est une passion, ma passion ! Rédacteur du blog Autosphere, je partagerai avec vous l'actualité automobile, vous ferai rencontrer nos métiers. Une expérience automobile enrichie, c'est un partage ! Faîtes moi part de vos histoires, nous les mettrons en valeur ! La voiture de mes rêves ? Celle pour y loger toute ma famille et mon labrador ou celle purement égoïste ?

Commentaires