Blog auto > Essais > Renault > Road-trip au Danemark

Road-trip au Danemark

Road-trip au Danemark
16/11/2017

Le week-end dernier, je suis parti 3 jours au Danemark. L’idée n’était pas seulement de visiter Copenhague mais bien de me balader autant que possible. Du coup, j’ai loué un Renault Kadjar et parcouru plus de 450 km entre Fionie et Seeland. Impressions.

Le week-end dernier, l’hiver n’avait pas encore envahi le Danemark. Les températures variaient entre 4 et 6°. Frais donc mais pas insurmontable. Toujours est-il que mon Kadjar de location était prêt pour affronter l’hiver. Pneus hiver chaussés et surtout sièges chauffants pour les passagers avant ! 1,5l dCi et 110 chevaux, mon Kadjar Beige Dune mérite son profil de SUV compatible à la ville en se faufillant facilement partout. La prise en main doit être rapide, l’aéroport de Copenhague n’est qu’à 7 kilomètres du centre-ville ! En ce samedi, la circulation est fluide sur les larges artères comme le Hans Christian Andersen Boulevard séparant le fameux parc d’attractions Tivoli de l’hôtel de ville. Pour le reste, Copenhague favorise les mobilités douces au cœur de la ville. Considérée comme l’une des plus longues rues commerçantes d’Europe, Strøget est fermée aux automobiles depuis 1962 !

Comme bien des villes du nord de l’Europe, l’automobile n’est pas franchement la bienvenue. Amsterdam est bien plus autophobe que Copenhague, certes, mais l’on voit bien aux montants stratosphériques des parcmètres, des parkings souterrains et des amendes de stationnement que l’idée est de favoriser le vélo, le bus, la marche… Du coup, mon road-trip danois s’arrête là pour ce samedi. Dimanche, nous prenons la route d’Helsingør afin de visiter le château de Kronborg, celui où se déroule la tragédie de William Shakespeare, Hamlet. Environ 45 kilomètres de route nous attendent. Les grandes artères nous conduisent à l’autoroute dont la vitesse maximale autorisée est de 110 km/h en dépit de larges et nombreuses voies. 

Il en résulte une impression de lenteur pour le conducteur français que je suis et peut-être pas seulement pour moi puisqu’un contrôle radar mobile nous attend à la sortie de la ville. Le plus surprenant dans tout cela est certainement de constater à mon retour que le dispositif était toujours en place 4 heures plus tard alors qu’en France, les contrôles radar mobiles durent tout au plus 2 heures. Dès lors, le régulateur / limiteur de vitesse semble indispensable. Je me demande néanmoins pourquoi Renault a placé son dispositif sur le Kadjar juste en dessous du frein de parking tandis que le réglage s’effectue sur la branche gauche du volant. Si on ne connait pas, on peut passer des heures à le chercher (qui plus est en roulant) avant de tomber dessus par hasard. Le fait est, aussi, que les commandes sur le volant (en plus de la branche arrière commandant à la radio) donnent déjà une impression surchargée.

87 euros le PV de stationnement !

Si j’ai échappé par miracle au flash, je n’ai pas échappé à l’amende de stationnement sur le parking du château de Kronborg. Comprenez mon étonnement ! Alors qu’aucun signalement ne l’indique visiblement, le parking du château de Kronborg est payant. Même le dimanche. Et l’amende en forme de ruban jaune est salée ! 650 DKK, soit 87 euros qu’il convient de régler auprès d’une société privée (Europark) ! Je pourrais évoquer que le Danemark (comme l’Irlande et le Royaume-Uni) n’a pas signé la directive Cross Border qui permet de faire suivre les PV d’un pays européen à un autre. Sauf que le loueur de la voiture a mes coordonnées bancaires.

D’autant que de retour à Copenhague, j’ai eu droit à un second PV de stationnement. Tout du moins, c’est que je pensais. En réalité, j’ai reçu une amende de 510 DKK, soit 68 euros parce que je me suis garé à moins de 10 minutes d’une intersection. Là-aussi ça pique ! Nul n’est censé ignorer la loi, mais lorsque celle-ci est inscrite en danois, c’est tout de même beaucoup plus compliqué ! Du coup, c’est à pieds que nous sommes allés voir, de nuit, à quoi ressemble Christiania, la fumeuse ville libre autoproclamée en 1971.

Le pont du Grand Belt

Vous l’avez compris, ce dimanche fut particulièrement hostile pour mon porte feuille. Quelles surprises allaient alors me réserver le lundi ? Nous avions planifié d’aller voir le pont du Grand Belt (ou Storebæltsforbindelsen). Un ouvrage monumental de 18 kilomètres qui relie l’île de Seeland (où se trouve Copenhague) et l’île de Fionie (où se trouve notamment la troisième ville du pays, Odense) en passant au-dessus du détroit du Grand Belt, sur le mer Baltique. L’ouvrage est proprement hallucinant. Bien que reposant sur des bases communes, le Grand Belt se compose en réalité en trois parties. Côté est, le majestueux pont suspendu long de 6 790 mètres. Les deux énormes pylônes culminent à 254 mètres au-dessus de la mer et constituent à ce jour encore les plus hauts édifices du Danemark (à l’exception de quelques tours radio). De jour comme de nuit leur contemplation est stupéfiante ! Du côté ouest, se trouve un pont de 6 611 mètres où aux deux doubles-voies s'ajoutent deux lignes ferroviaires. D’où viennent-elles ? D’un tunnel de 8 kilomètres sortant de l’île artificiel de Sprogø liant les deux ponts et où se trouve également un phare. 

Inauguré en 1998 avec 5 ans de retard, ce pont reste à ce jour l’un des plus longs du monde et toujours d’Europe. Cet édifice est très emprunté (parce que point de passage obligé pour qui veut traverser le détroit) en dépit d’un péage onéreux de 240 DKK, soit 32 euros.

Arrivé en Fionie, nous faisons un arrêt dans la première ville, Nyborg. L’occasion d’aller se balader sur une plage danoise, de contempler le gris de la mer Baltique, d’en prendre plein les yeux, de fixer une mouette semblant s’amuser de ne pouvoir progresser vent de face. Après un rapide déjeuner, nous poursuivons notre route jusqu’à Odense. En arrivant dans la banlieue de la troisième ville du pays, nous découvrons des routes en mauvais état, des travaux partout et des immeubles plus hauts qu’à Copenhague bien que ne dépassant pas les 6 ou 7 étages. Je remarque aussi qu’à chaque habitation, il y a un jardin avec des jeux d’enfants. 

Le centre-ville d’Odense est pavé et très largement piéton. Nous n’y sommes restés que deux heures, à regret. Cette ville semble agréable à vivre. Il nous faut retourner à l’aéroport de Copenhague. 145 kilomètres tout de même, à la nuit tombée.

140 km à 110 km/h de nuit.

Nous avons de la chance en France de pouvoir rouler à 130 km/h sur la plupart des autoroutes du pays. De nombreux pays européens limitent leurs autoroutes à 120, voire 110 km/h comme c’est le cas au Danemark. Ces dernières sont néanmoins gratuites et en très bon état avant les rigueurs de l’hiver. Avec des voies larges et des paysages monotones, rouler à 110 km/h lorsqu’on est habitué à rouler à 130 est très ennuyeux. Les yeux piquent, la nuque se détend, le menton baisse, je baille… Bref, la fatigue gagne d’autant qu’à cette période de l’année, en Danemark, il fait nuit noire avant 17 heures !

Le road-trip au Danemark, une bonne idée ?

J’ai une attirance pour les pays du nord de l’Europe. Je comprends néanmoins qu’on préfère la douceur de Lisbonne à cette époque de l'année. Toujours est-il que si vous souhaitez vous y rendre, il vaut mieux se contenter des transports en commun et du vélo si vous ne sortez pas de Copenhague. Pour autant, le Danemark, ce n’est pas que la capitale et il y a des milliers de choses à voir. La voiture reste le meilleur moyen de les découvrir. Reste à vous préparer pour connaître les subtilités du code de la route local et de vous faire à l’idée qu’il n’y a pas de hasard. Si vous vous exposez à recevoir une amende, vous la recevrez ! Les forces de l’ordre et les opérateurs privés semblent très zélés ! Côté carburants, l’essence comme le diesel ont un prix comparable à ce qui se pratique en France à savoir environ 1,40 euro pour un litre de 95 et environ 1,20 pour le litre de gazole. Personnellement je garde un formidable souvenir de ce week-end.


À propos de l'auteur

Benjamin Philippe

Benjamin Philippe

L'auto, c'est une passion, ma passion ! Rédacteur du blog Autosphere, je partagerai avec vous l'actualité automobile, vous ferai rencontrer nos métiers. Une expérience automobile enrichie, c'est un partage ! Faîtes moi part de vos histoires, nous les mettrons en valeur ! La voiture de mes rêves ? Celle pour y loger toute ma famille et mon labrador ou celle purement égoïste ?

Commentaires