Blog auto > Sport-auto > 10 raisons de s’intéresser à la NASCAR

10 raisons de s’intéresser à la NASCAR

10 raisons de s’intéresser à la NASCAR
17/02/2015

Le week-end prochain, le Daytona 500 marquera le coup d’envoi du championnat 2015 de NASCAR. Discipline méconnue en France (voire en Europe), voici 10 (plus ou moins) bonnes raisons de s’y intéresser.

1 - Une course chaque week-end !

Le moins que l’on puisse dire c’est que la National Association for Stock Car Auto Racing est un grand cirque particulièrement bien organisé avec pas moins de 36 courses, soit un rendez-vous presque chaque week-end entre la fin février et la mi-novembre. Pas besoin de patienter 2 semaines, voire 3, entre deux courses.

2 - À la rencontre d’une Amérique méconnue.

La NASCAR c’est avant tout le sport automobile d’une partie de l’Amérique. Les États du sud synonymes de virilité pour ne pas dire l’éloge de l’Amérique républicaine que l’on peut caricaturer par les armes à feu, les trucks et un certain entre soi. Cela dit, l’organisation tente de dépasser cette image de marque de l’après-guerre en s’efforçant de s’ouvrir au plus grand nombre. Les audiences TV sont en hausse.

3 - Un rendez-vous familiale.

À l’instar du super bowl, chaque course de NASCAR est l’occasion de réunions de familles ou d’amis autour du barbecue à la maison ou à proximité du circuit. Ambiance saucisse froide et bière tiède.

4 - Le spectacle ovale

L’immense majorité des courses se disputent sur ovale dont la longueur peut varier de 1 à 2 miles (3,2 km). Si le spectacle pourrait vite devenir ennuyeux, la proximité des nombreux concurrents occasionne dépassements et contacts. Par ailleurs, la NASCAR fait étape sur des circuits routiers, notamment à Watkins Glen (7-9 août).

5 - Tout le monde marque des points, même le dernier !

La NASCAR, c’est un peu "l’école des fans" ! La répartition des points est limpide, chacun des 43 engagés marque des points ! 43 points pour le premier, 1 pour le dernier. Ce système avantage clairement les pilotes les plus réguliers. 1 point supplémentaire est donné à chaque pilote ayant mené la course au moins un tour, 1 point bonus est donné au pilote qui a le plus mené la course. On peut théoriquement être champion sans remporter la moindre course. Vous pouvez suivre le championnat sur Motors TV.

6 - On n’hésite pas à recréer du suspens en fin de championnat.

Depuis 2004, La NASCAR recré du suspens avant les dernières courses avec « The Chase ». Une chasse qui consiste en un système d’élimination à partir des 16 meilleurs pilotes de la saison sur 4 manches permettant de rendre de l’homogénéité au classement de la Sprint Cup.

7 - 4 constructeurs… comme en F1 !

Trois constructeurs américains s’opposent en NASCAR en plus de Toyota : Dodge, Ford et Chevrolet, motoriste dominant ces dernières années. Comme dans toutes les disciplines, des normes sont imposées : Au moins 1 542 kg et 850 chevaux fournis par un V8 enfermé dans un châssis tubulaire. 

8 - Danica Patrick

Symbole d’une NASCAR ouverte à tous en pilotant depuis 2011 dans la discipline, Danica Patrick fut la première femme engagée à plein temps (en 2013 par Stewart Haas Racing), elle est la première à réaliser une pole position (à Daytona). Son meilleur résultat en course est une 6ème place à Atlanta. Considérée par certains comme une vitrine féminine et visée par de nombreux quolibets, c’est oublier que Danica Patrick a gagné en IndyCar.

9 - Un sport de contact !

Si le drapeau jaune et la neutralisation sont souvent de sortie, c’est parce que la NASCAR est un sport de contact ! Les voitures se frottent à plus de 250 km/h et les sorties de piste sont nombreuses et ceci dès le départ lancé ! Un spectacle ahurissant que le film « Jours de Tonnerre » (de Tony Scott et avec Tom Cruise) montre bien. Sinon, il y a cette vidéo dénichée sur youtube qui résume le championnat 2014.

10 - Une série européenne.

Si la NASCAR est constituée d’une première division (Sprint Cup), d’une deuxième division (Nationwide), d’une série Truck et de séries régionales, la NASCAR s’est exportée au Mexique, au Canada mais également en Europe. La NASCAR Whelen Euro Series est constituée de 12 courses (2 courses lors de 6 rendez-vous dont le Tours Speedway). Les engagées s’affrontent avec une voiture dont tous les éléments mécaniques sont identiques. Une série lancée en 2009, où les Français ont souvent brillé (Lucas Lasserre et Éric Hilary furent titrés). Christophe Dechavanne, François Delecour et même Carole Montillet y ont également figuré.


À propos de l'auteur

Benjamin Philippe

Benjamin Philippe

L'auto, c'est une passion, ma passion ! Rédacteur du blog Autosphere, je partagerai avec vous l'actualité automobile, vous ferai rencontrer nos métiers. Une expérience automobile enrichie, c'est un partage ! Faîtes moi part de vos histoires, nous les mettrons en valeur ! La voiture de mes rêves ? Celle pour y loger toute ma famille et mon labrador ou celle purement égoïste ?

Commentaires