Blog auto > Sport-auto > Mini > Aucun prize money pour Nasser Al-Attiyah

Aucun prize money pour Nasser Al-Attiyah

Aucun prize money pour Nasser Al-Attiyah
19/01/2015

Vainqueur dimanche de son deuxième rallye Dakar, après l’édition 2011, Nasser Al-Attiyah remporte un prestigieux trophée mais aucun prize money. Scandaleux ?

Bien-sûr, le Dakar est avant tout un aventure humaine, bien loin de toute considération monétaire. Mais de l’argent il faut en dépenser pour s’aligner sur la ligne de départ (en moyenne 13 500€) avec pour l’immense majorité des concurrents, le seul l’objectif de couper la ligne d’arrivée à Buenos Aires. D’autant que devant la multitude d’équipages et de motards plus ou moins amateurs déboulent des professionnels, soutenus par des constructeurs. Au Dakar il y a deux courses, celles des pros et celles des amateurs. La cloison est étanche.

Mais entre engagés officiels et amateurs se trouvent quelques pilotes capables de briller en dépit de l’absence d’un soutien constructeur officiel. C’est le cas de Nassar Al-Attiyah. Le Qatari a triomphé dimanche, au soir d’une quinzaine qu’il a amplement dominé, faute de véritable concurrence : Leader depuis le 2e jour et vainqueur de 5 étapes. Soutenu par le Qatar et Red Bull, le vainqueur de l'édition 2011 a financé son engagement, achetant sa MINI ALL4 Racing. Même si sa situation n’a rien de comparable* avec les petits budgets de la course, aucune récompense monétaire n’est prévue pour le vainqueur du classement général, quel qu’il soit.

Les classements annexes récompensés

Économie fragile, le Dakar n’a pas prévu de récompense pour le vainqueur de la catégorie reine T1 4x4. Considérant que ces pilotes sont des professionnels, Amaury Sport Organisation (ASO) ne prévoit aucune récompense, contrairement aux pilotes des catégories inférieures. À ce titre, ASO a prévu 58 500 euros de prize money, soit environ 5 000€ par vainqueur. Rien d’exceptionnel. Du côté des motos, c'est un peu mieux ! 156 000€ de prize money dont 25 000€ pour le vainqueur Marc Coma. Le vainqueur de la catégorie Quad (Rafal Sonik) reçoit quant à lui 7 000€. Cela reste faible au regard d'autres sports, mais au moins il y a quelque chose... 

La récompense financière est ailleurs

Bien-sûr, Nasser Al-Attiyah tirera bénéfice de son aventure. En racontant son histoire, en trouvant de nouveaux sponsors, en faisant de la publicité notamment pour son pays où il est une figure emblématique. Des retombées indirectes comparables à ce qu'il se passe sur le Tour de France cycliste. Preuve s’il fallait que le vélo n’est pas un sport si individuel que cela, le vainqueur du Tour reçoit officiellement un prize money de 450 000€. Une somme que généralement n’encaisse pas le maillot jaune mais qui l’inclut dans le total des primes gagnées par l’équipe sur l’année avant partage en fin d’exercice. Le vainqueur du Tour de France gagnera bien plus dans l’économie du sport business : Publicité, sponsoring, salaires…

* Nassar Al-Attiyah est une figure du sport qatari : Président de la Qatar Motor and Motorcycle Federation, manager général du circuit de Losail, président de la Commission des rallyes-raids à la FIA… Il est également l’un des 4 athlètes qataris à avoir remporté une médaille olympique. En 2012, à Londres, il remporte la médaille de bronze en skeet individuel (du tir sur cibles mouvantes). 


À propos de l'auteur

Benjamin Philippe

Benjamin Philippe

L'auto, c'est une passion, ma passion ! Rédacteur du blog Autosphere, je partagerai avec vous l'actualité automobile, vous ferai rencontrer nos métiers. Une expérience automobile enrichie, c'est un partage ! Faîtes moi part de vos histoires, nous les mettrons en valeur ! La voiture de mes rêves ? Celle pour y loger toute ma famille et mon labrador ou celle purement égoïste ?

Commentaires