Blog auto > Sport-auto > Peugeot > Carlos Sainz, cette légende vivante du rallye

Carlos Sainz, cette légende vivante du rallye

Carlos Sainz, cette légende vivante du rallye
16/01/2018

En tête du Dakar avec près d’une heure d’avance sur son premier poursuivant, Carlos Sainz pourrait remporter son deuxième Dakar après l’édition 2010. Une légende vivante du rallye qui prouve à 55 ans que son coup de volant est toujours aussi vif.

Au sein de la dream team Peugeot présente sur le Dakar, Carlos Sainz fait presque figure d’anonyme. Il faut dire qu’entre Sébastien Loeb et Stéphane Péterhansel, il peut sembler compliqué de se faire une place au soleil. Une problématique qui concerne aussi Cyril Despres. Toujours est-il qu’après l’abandon de Sébastien Loeb et les mésaventures de Peterhansel, c’est bien l’Espagnol qui caracole en tête après la 9e étape, grâce notamment à ses succès lors des 6e et 7e étapes, avec près d’une heure d’avance (56 minutes et 37 secondes) sur son premier poursuivant, Nasser Al-Attiyah sur Toyota. Seul nuage dans ce ciel bleu, une pénalité de 10 minutes au général pour avoir percuté le quad de Kees Koolen. Un accrochage que conteste l’Espagnol et son écurie. Un appel est en cours.

Encyclopédie automobile, palmarès ahurissant

Tandis que Junior fait ses armes en Formule 1 avec une étonnante précocité, Carlos Sainz fait preuve d’une longévité rare, signe d’une indéniable capacité d’adaptation. Même si le sport automobile permet des carrières plus longues, on aurait compris que l’Espagnol se mette en retrait depuis déjà plusieurs années. Car les premiers résultats en sport automobile de Carlos Sainz remontent au début des années 80 lorsqu’il enchaine les titres nationaux en Formule Seat et Renault. Mais c’est avec Ford (une Sierra RS Cosworth) qu’il devient performant en rallye, avec le titre national en 1987 et 1988. C’est en 1990 que Carlos Sainz connait réellement la gloire. Au volant d’une Toyota Celica GT-4 ST185, il remporte 4 victoires en championnat du monde, est le premier non-nordique à remporter le rallye de Finlande et s’adjuge son premier titre mondial. A la lutte avec Juha Kankkunen, il glane une seconde couronne en 1992.

En compagnie de Luis Moya, Carlos Sainz se trompe peut-être en filant chez Lancia en 1993 avant de retrouver de sa superbe en 1994 et 1995 chez Subaru au volant de la mythique Impreza 555. Et s’il remporte 4 victoires durant cette période (dont le Monte-Carlo 95), c’est Colin McRae qui est sacré par sa régularité (2 victoires, 5 podiums au total sur 8 courses). La fin des années 90 et le début des années 2000 voient l’Espagnol se balader entre Ford et Toyota avant de changer co-pilote et découvrir Citroën en 2003. Avec la Xsara WRC, il remporte ses deux dernières victoires en championnat du monde, Turquie 2003 et Argentine 2004, arrêtant ainsi son compteur à 26 victoires (un record alors). Une telle longévité lui permet d’établir des nombreux records : 196 départs, 139 terminés dans les points, 17 championnats de suite avec au moins un podium entre 1989 et 2005 (comme Stig Blomqvist), 12 championnats avec au moins une victoire (comme Markku Alen et Sébastien Loeb). Une légende vivante vous dit-on !

Diversification

Pilote de rallye reconnu, Carlos Sainz a diversifié ses activités dans les années 2000, peut-être aussi parce que son co-pilote de toujours, Luis Moya, a pris sa retraite. Outre sa victoire à l’édition 1997 de la Race of Champions, il découvre le rallye raid. A partir de 2005, il s’associe à Volkswagen. Sur un Touareg TDI qui faisait fureur alors, il découvre le Dakar et remporte 4 étapes dès sa première participation en 2006. Et s’il commet une erreur terrible qui lui coûte la victoire en 2009 (alors qu’il semblait avoir course gagnée), il triomphe en 2010. En parallèle, Carlos Sainz s’impose à la transibérique en 2007, remporte le Rallye d’Europe centrale en 2008, le Rallye dos Sertoes au Brésil et le Silk Way Rally eurasien en 2009 et recommence en 2010.

Après un court passage en buggy avec Timo Gottschalk, Carlos Sainz est incorporé dans la dream team Peugeot de retour au Dakar. Pour autant, au volant d’un 2008 DKR ou d’un 3008 DKR, l’Espagnol n’a pas encore vu la ligne d’arrivée ! Plus pour longtemps ?


À propos de l'auteur

Benjamin Philippe

Benjamin Philippe

L'auto, c'est une passion, ma passion ! Rédacteur du blog Autosphere, je partagerai avec vous l'actualité automobile, vous ferai rencontrer nos métiers. Une expérience automobile enrichie, c'est un partage ! Faîtes moi part de vos histoires, nous les mettrons en valeur ! La voiture de mes rêves ? Celle pour y loger toute ma famille et mon labrador ou celle purement égoïste ?

Commentaires