Blog auto > Sport-auto > Ce week-end, il faudra penser à Jules Bianchi

Ce week-end, il faudra penser à Jules Bianchi

Ce week-end, il faudra penser à Jules Bianchi
22/05/2015

Le grand cirque de la Formule 1 fait étape ce week-end en Principauté pour l’un des rendez-vous les plus attendus du calendrier sportif. L’occasion de se rappeler que l’année dernière, Jules Bianchi réalisa un exploit sensationnel en prenant la 9e place au volant de sa Marussia. Et si l’écurie est toujours là (sous le nom de Manor), le Français demeure dans le coma.

Il y a à peine 20 kilomètres entre Nice et Monaco et pourtant, les deux villes paraissent très éloignées l’une de l’autre lorsque l’on porte le nom de Bianchi. Tandis que les monoplaces en découdront dans les rues de la Principauté, la famille Bianchi passera une nouvelle journée au chevet de Jules, toujours dans le coma, comme c’est le cas depuis 8 mois et son accident à Suzuka.

D’espoirs en interprétations

À l’approche du Grand Prix de Monaco où Jules Bianchi avait brillé l’an passé, la presse a cherché à prendre des nouvelles du pilote. Au micro de RMC, Mauro Bianchi (grand-père de Jules) s’est exprimé : « On attend, on espère. Les médecins ne se prononcent pas. Dans un cas pareil, les familles voient toujours des petites choses, on voit des mouvements qu’il peut faire sur son lit, on interprète… C’est toute la problématique : Est-ce qu’il va revenir ? C’est ça qui nous fait mal et qui est pesant pour nous ». La radio indique également qu'une partie de la famille Bianchi a choisi de s'éloigner de la Côte d'Azur ce week-end afin de se préserver du tumulte de la F1.

Ne pas l’oublier

Ce week-end à Monaco, l’ambiance sera au souvenir de Jules Bianchi. Non pas qu’il est considéré comme mort, mais plutôt de se souvenir afin de ne pas laisser la situation de Jules Bianchi dans l’indifférence. Toutes les monoplaces arboreront un « JB17 » en ce sens. Jules Bianchi sera de toutes les conversations, ou presque. L’année dernière, le Français a avait pris la 8e place sur la piste après s’être élancé 19e. Pénalisé de 5 secondes à l’arrivée pour une première pénalité effectuée sous régime de voiture de sécurité, le Français avait marqué les 2 premiers de sa carrière, les 2 premiers points de Marussia en 45 courses. Devenue Manor, l’écurie rendra un hommage tout particulier à celui qui n’y est pas pour rien si la structure existe toujours via le prize-money obtenu par ses 2 points.


À propos de l'auteur

Benjamin Philippe

Benjamin Philippe

L'auto, c'est une passion, ma passion ! Rédacteur du blog Autosphere, je partagerai avec vous l'actualité automobile, vous ferai rencontrer nos métiers. Une expérience automobile enrichie, c'est un partage ! Faîtes moi part de vos histoires, nous les mettrons en valeur ! La voiture de mes rêves ? Celle pour y loger toute ma famille et mon labrador ou celle purement égoïste ?

Commentaires