Blog auto > Sport-auto > Des F1 avec un cockpit fermé… Débattons.

Des F1 avec un cockpit fermé… Débattons.

Des F1 avec un cockpit fermé… Débattons.
15/10/2014

Faut-il fermer les cockpit de F1 ? La question ressurgit depuis l’accident de Jules Bianchi. Réfléchissons à haute voix.

Vous l’avez remarqué, nous nous sommes abstenus de polémiquer sur le tragique accident de Jules Bianchi à Suzuka. Cela fait parti de notre ligne éditoriale, ne pas en rajouter sur des évènements douloureux. Néanmoins, nous avions envie de réfléchir sur l’idée de monoplaces de F1 avec des cockpit fermés. Une idée qui n’a pas 10 jours, mais qui s’est toujours heurtée aux conservatismes. Discipline reine, la F1 n’a pas besoin de cela… Et puis, de tous temps les F1 ont évolué avec un cockpit ouvert… Alors pourquoi changer ?

La sécurité ?

C’est l’argument massue de ceux qui voudraient voir des cockpits fermés en Formule 1. La SÉCURITÉ ! Nul ne sait si Jules Bianchi s’en serait mieux sorti si sa Marussia était fermée d’un dôme protecteur. En quoi serait-il ce dôme ? Une forme de plastique hyper résistant et léger ? Avec des armatures un fibres de carbone ? Cela aurait-il empêché la Marussia de s’encastrer sous le tracteur ? Non, l’arceau de la monoplace n’a pas résisté ; alors un pare-brise amélioré… Néanmoins, la semaine dernière, Fernando Alonso évoquait le « strike » de Romain Grosjeanà Spa en 2012, lorsque la roue arrière de sa Lotus passa à quelques centimètres du casque de l’Espagnol. Dans ce cas, le cockpit fermé aurait peut-être changé les choses si la chance avait tournée. Et puis Felipe Massa, en 2009, n’aurait pas perdu un an.

L’aérodynamique ?

En la sortant du contexte, l’idée de fermer un cockpit de Formule 1 a un véritable intérêt aérodynamique. Le poste de pilotage est l’un des endroits les plus compliqué d’une discipline où la chasse à la performance, à l’économie de carburant et à la préservation pneumatique prévaut… Cela-dit, les répercutions pourraient se prolonger sur le reste de l’aérodynamique de la monoplace. Quid, par exemple de l’aileron arrière ? Adrian Newey s’est penché sur la question dès 2010. Le résultat fait penser à une Formula E.

Le mythe de la Formule 1 ?

La F1 a toujours évolué casque au vent. Revenir sur une telle marque de fabrique pourrait être considéré comme une nouvelle édulcoration d’une discipline qui a toujours rebondi après une tragédie. Au point que si Jules Bianchi venait à décéder, il serait le premier pilote de F1 mort en course depuis un certain Ayrton Senna, en 1994. Cela fait 20 ans. On ne l’a peut-être pas suffisamment souligné que dans une discipline qui va bien au-delà des 300 km/h tout en envoyant parfois plus de 5G, aucun pilote ne s’est tué en course depuis deux décennies. Car la Formule 1 a toujours su apprendre de ses erreurs et des drames au point de devenir, plus que jamais un sport où la Technologie est roi. Pensez-vous que Kimi Raïkkönen s’en saurait aussi bien sorti avec le même accident qu’à Silverstone, il y a seulement 10 ans ? Il en résulte un paradoxe. Celui d’un sport aussi dangereux qui a succombé à l’hygiéniste contemporain. Au point de trop le dénaturer ?


À propos de l'auteur

Benjamin Philippe

Benjamin Philippe

L'auto, c'est une passion, ma passion ! Rédacteur du blog Autosphere, je partagerai avec vous l'actualité automobile, vous ferai rencontrer nos métiers. Une expérience automobile enrichie, c'est un partage ! Faîtes moi part de vos histoires, nous les mettrons en valeur ! La voiture de mes rêves ? Celle pour y loger toute ma famille et mon labrador ou celle purement égoïste ?

Commentaires