Blog auto > Sport-auto > Peugeot > Et si Peugeot revenait au Mans ?

Et si Peugeot revenait au Mans ?

Et si Peugeot revenait au Mans ?
25/07/2017

Dans les colonnes du Dauphiné Libéré, le directeur de Motorsport au sein du groupe PSA (Jean-Marc Finot) laisse entendre qu’un retour de Peugeot en endurance n’est pas impossible.

Cet été, le monde du sport gravite autour de deux questions. La première est la possible arrivée de Neymar au PSG. La seconde est le possible retrait de Porsche du championnat du monde d’endurance (WEC). La conséquence première serait dans rendre la catégorie reine LMP1 bien triste. Un an après le retrait d'Audi, Toyota se retrouverait seul. Ce qui permettrait enfin aux Japonais remporter une course qui leur échappe depuis 1985 !?

Peut-être que Porsche attendra néanmoins un an ou deux avant de s’en aller. Voilà qui permettrait à Peugeot de préparer un projet solide avec pour seul et unique but de remporter les 24 Heures du Mans.

Pourquoi Peugeot est parti ?

Avant de savoir pourquoi Peugeot reviendrait, il convient de se rappeler pourquoi la firme au lion s’est retiré. C’était en janvier 2012, Peugeot annonçait son départ de manière fracassante afin de réagir à un contexte économique tendue en Europe. En ce sens, PSA stoppait le programme d’endurance avant d’annoncer la fermeture de l’usine PSA d’Aulnay-sous-Bois (93). Depuis, Carlos Tavares a permis au PSA de se relancer sauf que l’engagement sportif fut ré-orienté vers le Dakar. Avec deux succès de rang.

Les conditions pour que Peugeot revienne

Venons-en aux propos de Jean-Marc Finot. Le directeur de Motorsport PSA a répondu aux questions du Dauphiné Libéré sur le possible retour de Peugeot au Mans. Trois conditions lui semblent préalabls à un retour dans la Sarthe : « Il faut que le groupe PSA ait retrouvé le chemin de la rentabilité, que Peugeot ait gagné le Dakar et que la réglementation permette d’accéder à la compétition à un coût raisonnable ». S’agissant des deux premières conditions, c'est mission accomplie ! La troisième condition est plus aléatoire, d'autant qu’il faut tenir compte de l’avis des salariés du groupe : « On ne peut pas demander à nos salariés de se battre au quotidien pour faire des économies, et améliorer la performance des usines, et dépenser dans le même temps des sommes folles comme cela était possible avec l'ancienne réglementation. Ce ne serait pas décent ». Ajoutons à cela qu'il faut en avoir l'envie et prendre la décision d’arrêter l'aventure avec le Dakar. En ce sens, Peugeot n'a jamais vraiment été fidèle avec un type de course mais a plutôt su gagner là où la règlementation le permettait à l’instant T en rallye, rallye-raid et endurance*.

Combien ça coûte l'endurance ?

Si les catégories LMP2 et GTE sont soumises à d’importantes contraintes budgétaires, la catégorie LMP1 n’a pas vraiment de plafond. À moins d'une entente (comme ce fut le cas entre Porsche et Toyota sur le développement des monocoques), rien n’empêche Porsche et Toyota d’aligner les millions en développement, soufflerie et séances d’essais. Officiellement, ni Toyota, ni Porsche ni même Audi (jusqu’à l’année dernière) n’indiquent leurs budgets. Un indice néanmoins, il se dit que le budget d’Audi Sport en endurance était de 300 millions d’euros. Gloups !

Combien de temps ça prend pour être compétitif ?

Cela tombe sous le sens, ce n’est pas en 5 minutes qu’un constructeur décide, développe et s'aligne aux 24 Heures du Mans. Qui plus est dans la catégorie reine. Jean-Marc Finot explique : « Il faut 6 mois pour définir l’architecture et choisir les concepts, une petite année pour faire toutes les études de détail, réaliser les pièces et assembler le véhicule, et un peu plus de six mois pour effectuer toute un batterie d’essais » Vous l'avez compris, si Peugeot décide demain de revenir au Mans, la voiture prendra au mieux le départ de l’édition 2019.

* Peugeot Sport c'est notamment 3 victoires au Mans (1992, 1993 et 2009), 5 titres constructeurs en WRC (1985, 1986, 2000, 2001 et 2002) ou encore 6 Dakar (1987, 1988, 1989, 1990, 2016 et 2017).

Avec le Dauphine Libéré

Illustration : motors.all-free-photos.com


À propos de l'auteur

Benjamin Philippe

Benjamin Philippe

L'auto, c'est une passion, ma passion ! Rédacteur du blog Autosphere, je partagerai avec vous l'actualité automobile, vous ferai rencontrer nos métiers. Une expérience automobile enrichie, c'est un partage ! Faîtes moi part de vos histoires, nous les mettrons en valeur ! La voiture de mes rêves ? Celle pour y loger toute ma famille et mon labrador ou celle purement égoïste ?

Commentaires