Blog auto > Sport-auto > Honda > Fernando Alonso en excès d'optimisme ?

Fernando Alonso en excès d'optimisme ?

Fernando Alonso en excès d'optimisme ?
22/07/2016

À quelques jours du Grand Prix de Hongrie, Fernando Alonso a confié son intention de se battre pour le titre mondial en 2017. Et toujours au volant d’une McLaren-Honda !

Certes, dans l’histoire de la Formule 1, on peut trouver des champions improbables, tout du moins imprévus au regard des forces en présence l’année d’avant. Le plus bel exemple récent reste Jenson Button, champion du monde en 2009 au volant d’une Brown GP dont la monoplace ne fut officiellement prête que fin février, quelques semaines avant le premier Grand Prix… Jenson Button remporta pourtant 6 des 7 premières courses de l’année avant de gérer une fin de championnat pas si évidente. À l’issue du championnat 2009, Brawn GP devient Mercedes Grand Prix…

Tout ça pour dire qu’un champion du monde de F1 surprise est rarissime, surtout dans la F1 actuelle. Dans l’immense majorité des cas, le champion du monde est le pilote qui a la meilleure voiture et qui parvient à dominer son partenaire. C’est le cas de Lewis Hamilton (Mercedes), de Sebastian Vettel (Red Bull) et avant lui encore de Fernando Alonso avec Renault. L’Espagnol, toujours considéré à juste titre comme l’un des meilleurs pilotes du plateau, s’est néanmoins senti poussé des ailes à l’approche du rendez-vous du Hungaroring, peut-être en se rappelant que c’est en Hongrie qu’il remporta son premier succès en F1, c’était le 24 août 2003 à bord d’une R23 (avec laquelle il avait également réalisé la pole).

Jouer le titre en 2017 ?

Dans des propos rapportés par Autosprint, l’Espagnol assure vouloir « remporter le championnat du monde, l’année prochaine ». Oui, la MP4-31 de 2016 est plus fiable que l’année dernière (c’était pas dur…), elle a même inscrit (en cumulant les points de Jenson Button) 32 points, ce qui déjà mieux que tout le championnat 2015. Pour autant, Fernando Alonso n’est-il pas en flagrant délit d’excès d’optimisme ? La réponse de l’intéressé, toujours dans Autosprint : « Nous sommes peut-être l’équipe qui a le plus progressé sur les 12 dernières mois. Le problème est que les autres constructeurs ont travaillé pendant 36 mois et il n’est pas facile de reprendre l’avantage avec moitié moins de temps ». Jusque là, nous sommes d’accord. Nous sommes plus sceptiques avec la suite, même si la réglementation de 2017 devrait avantager les adversaires de Mercedes afin de ré-équilibrer les débats : « Nous avons réussi la fiabilisation, mais nous manquons toujours de performance. Elle viendra l’année prochaine. Et je suis sûr que le temps viendra où nous serons les meilleurs de tous ». À bientôt 35 ans, Fernando Alonso est-il dans l’auto-persuasion ? À défaut, Fernando Alonso songera à partir sur d’autres circuits, comme son ami Mark Webber. L’Espagnol n’a jamais caché son intérêt pour Le Mans et Indianapolis permettant ainsi un taquet à la réglementation actuelle, trop dans la gestion des pneus : « Voyons si les choses évoluent favorablement l’an prochain… Je suis ouvert à une autre orientation à long terme ».

Source : Autosprint


À propos de l'auteur

Benjamin Philippe

Benjamin Philippe

L'auto, c'est une passion, ma passion ! Rédacteur du blog Autosphere, je partagerai avec vous l'actualité automobile, vous ferai rencontrer nos métiers. Une expérience automobile enrichie, c'est un partage ! Faîtes moi part de vos histoires, nous les mettrons en valeur ! La voiture de mes rêves ? Celle pour y loger toute ma famille et mon labrador ou celle purement égoïste ?

Commentaires