Blog auto > Sport-auto > Toyota > « No Power »

« No Power »

« No Power »
20/06/2016

À 5 minutes du terme des 24 Heures du Mans, Toyota filait vers une première victoire, enfin ! Quand tout à coup, 2 mots ont résonné comme une nouvelle désillusion lorsqu’au volant de la Toyota n°5, Kabuki Nakajima s’est exclamé : « No Power ».

Difficile d’écrire un scénario plus rocambolesque pour cette 84e édition des 24 Heures du Mans. Instinctivement, cela m’a rappelé (en cette période de championnat d’Europe de foot), la finale de l’Euro 2000 entre la France et l’Italie. Lorsque Sylvain Wiltord égalisa au bout des arrêts de jeu, douchant l’enthousiasme des Italiens, Thierry Henry allant les narguer de reboucher quelques bouteilles déjà ouvertes sur le banc de touche de la Squadra Azzura. On connait la suite. Sauf qu'ici les perdants ont la sympathie de tous.

Le sort s’acharne

Dès la fin de matinée, hier, j’étais prêt à écrire une forme de mea culpa après l’article publié jeudi, « Toyota, ces serial losers des 24LM ». Les Toyota étaient les plus rapides en piste et volaient vers un double podium (1 et 3). Seule la Porsche n°2 restait dans le coup (et le même tour), une seconde moins rapide au tour. La passe d’armes de la fin de matinée fut épique et les drapeaux japonais, plutôt discrets jusque là, commençaient à fleurir en tribunes comme dans les allées du village. Cette fois-ci, c’était la bonne. Enfin ! 25 ans après le succès de Mazda qui reste finalement le seul constructeur japonais à avoir gagné au Mans.

Au Mans, la course dure 24 heures et pas 23 heures et 55 minutes. Une différence de 5 minutes qui fait à peine moins qu’un tour et demie du circuit des 24 Heures. Mais le sort s’est acharné sur la Toyota n°5 qui a rendu l’âme à 5 minutes du terme. Les mots « No Power » prononcés par Nakajima résonnent encore dans bien des têtes ce lundi matin tandis que Porsche, Marc Lieb, Romain Dumas et Neel Jani n’en reviennent toujours pas de remporter la course. Leur immense mérite fut de s’accrocher pour remporter un 18e succès de la classique sarthoise. La chance a souri aux allemands alors que la confusion de cette fin de course a d’abord laissé croire que la Toyota n°5 avait ralenti uniquement pour jouer avec la montre afin de parcourir un tour de moins. En s’arrêtant dans la ligne droite des stands, elle a entrainé une vague de « c’est pas possible » dont on se rappellera dans des années.

Losers magnifiques

C’est avec humilité que Porsche est monté sur la plus haute marche du podium. On devine que dans les têtes de certains, on avait presque envie de s’excuser de gagner de cette manière, surtout lorsque le team allemand est allé à la rencontre du Team Gazoo Racing pour un échange de poignées de main lourde… très lourde.

Ce 18e succès de Porsche au Mans reste pour l'heure anonyme tant c'est Toyota qui a perdu, au point d'attirer la sympathie de tous, à commencer par ses concurrents. Grâce à cette 84e édition des 24 Heures du Mans, le Team Gazoo Racing va entrer dans les mémoires et le coeur de beaucoup par cette image de loser magnifique. Même si Toyota voudrait gagner, juste une fois. Pour changer.

Mise à jour du 6 juillet : Toyota a enfin publié sa vidéo "hommage". 5 minutes plutôt bien montées, toujours dans l'émotion et la promesse de faire mieux en 2017. 


À propos de l'auteur

Benjamin Philippe

Benjamin Philippe

L'auto, c'est une passion, ma passion ! Rédacteur du blog Autosphere, je partagerai avec vous l'actualité automobile, vous ferai rencontrer nos métiers. Une expérience automobile enrichie, c'est un partage ! Faîtes moi part de vos histoires, nous les mettrons en valeur ! La voiture de mes rêves ? Celle pour y loger toute ma famille et mon labrador ou celle purement égoïste ?

Commentaires