Blog auto > Sport-auto > Porsche > Porsche renoue avec son Histoire

Porsche renoue avec son Histoire

Porsche renoue avec son Histoire
14/06/2015

De par les moyens engagés depuis son retour, voir Porsche remporter les 24 Heures du Mans n’est pas un surprise en soit. Ce qui l’est un peu plus, c'est la manière. Un doublé au terme d’une course aux allures de sprint de 24 heures.

Il n’a donc fallu que 2 ans à Porsche pour remporter son 17e succès aux 24 Heures du Mans après son retour (45 ans après le premier). De quoi se ré-affirmer comme le plus grand constructeur dans la Sarthe en dépit de l’outrageuse domination de Audi depuis 2000 et ses 13 succès. D’autant que c’est la n°19 qui l’emporte, l’équipe supplémentaire engagée par Porsche pour l’occasion. Le trio vainqueur est composé de Nick Tandy, Nico Hülkenberg (oui le pilote de F1) et Earl Bamber (27 ans de moyenne d’âge). Et dire que si Fernando Alonso avait rejoint l’aventure Porsche au Mans, cela aurait été dans cette voiture. Honda a refusé… Quand ça veut pas.

Les Allemandes et les autres

Ce que l’on retiendra de cette 83e édition des 24 Heures du Mans, c’est le duel intense livré par Audi et Porsche loin, très loin devant des Toyota dépassées et des Nissan à l’étrange architecture pour des voitures aussi puissantes (moteur en position avant et traction). Les Porsche se sont montrées rapides, les Audi avaient cachées leur jeu et l’étaient également comme le démontra la n°7 avec un André Lotterer en état de grâce en début de course. 

André Lotterer qui au volant de son Audi n°7 a même réussi la performance de battre le record du tour au bout de 21 heures en 3’17’’475. C’est plus de 2 secondes plus rapide que Loïc Duval en 2010 !

Sauf que Le Mans est une course comme nulle autre au monde. Si être rapide est important, il faut également passer à travers les gouttes. Citons l’impressionnant accrochage de l’Audi n°8 entre les mains de Loïc Duval peu avant Indianapolis (vidéo), le stupide Stop & Go reçu par la Porsche n°17 (aux mains de Mark Webber) pour le dépassement d’une GT sous drapeau jaune ou encore ce tout droit de la Porsche n°18 à Mulsanne. Mais hormis ces quelques accrochages, les Audi ont brillé par leur capacité à suivre des Porsche aux accélérations étonnantes. Derrière, les Toyota croisaient les doigts pour une pluie de météorites ou une invasion de sauterelles. Nissan pour ne pas se retrouver derrière toutes les LMP2.

D’autres ont eu moins de chance comme Roald Goethe au volant de l’Aston Martin n°96 violemment sorti à Maison Blanche peu avant 8 heures du matin et emmené au PC médical (plus de peur que de mal).

Ou ce spectaculaire embrasement de la Ferrari n°66 au beau milieu de la nuit. La voiture du team JMW Motorsport (GTE Am) a finalement pu reprendre la piste et terminer 36e.

Que retenir de cette 83e édition ?

Au-delà du doublé Porsche, du fair-play de Audi et de l’inexistence des Japonais, ces 24 Heures du Mans ont confirmé le regain d’intérêt du grand public pour l’endurance (263 500 spectateurs et de bonnes audiences pour Eurosport). Est-ce un hasard si le Président François Hollande s’est risqué à des sifflets peu avant le départ ? Le progrès technologique dispose ici d’une magnifique vitrine tandis que la bagarre a été au rendez-vous à tous les niveaux. Le podium en LMP2 se tient dans le même tour tandis que la catégorie GTE Pro a offert de magnifiques passes d’armes pour au final voir la dernière Corvette C7R s’imposer au détriment d’Aston Martin malchanceuses. En GTE Am, C’est Ferrari qui s’impose au terme d’un combat épique avec la Porsche 911 RSR d'un certain Patrick Dempsey plus que jamais considéré comme un pilote à part entière.

L’année prochaine, Porsche et Audi seront toujours là, mais nul doute que Toyota aura rattrapé au moins une partie de son retard. Quid de Nissan dont le projet semble intenable ? En GT, Ford a officialisé son retour dès l'année prochaine avec la version course de la nouvelle GT. La rumeur dit qu’il ne s’agirait que d’une première approche (sur deux ans) avant monter en LMP1. Chiche ?

Tous les résultats

LMP1 :

- Porsche 919 Hybrid n°19 (Nico Hülkenberg, Earl Bamber et Nick Tandy)

- Porsche 919 Hybrid n°17 (Timo Bernhard, Mark Webber et Brendon Hartley)

- Audi R18 e-tron quattro n°7 (Marcel Fässler, André Lotterer et Benoît Tréluyer)

LMP2 :

- KCMG - Oreca 05 Nissan n°47 (Matthew Howson, Richard Bradley et Nicolas Lapierre)

- Jota Sport - Gibson 015S Nissan n°38 (Simon Dolan, Mitch Evans et Oliver Turvey)

- G-Drive Racing - Ligier JS P2 Nissan n°26 (Roman Rusinov, Julien Canal et Sam Bird)

GTE Pro :

- Corvette Racing - GM - Chevrolet Corvette C7R N°64 (Oliver Gavin, Tommy Milner et Jordan Taylor)

- AF Corse Ferrari 458 Italia n°71 (Davide Rigon, James Calado et Olivier Beretta)

- AF Corse Ferrari 458 Italia n°51 (Giammaria Bruni, Toni Vilander et Giancarlo Fisichella)

GTE Am :

- SMP Racing - Ferrari 458 Italia n°72 (Victor Shaytar, Andrea Bertolini et Aleksei Basov)

- Dempsey - Proton Racing - Porsche 911 RSR n°77 (Patrick Dempsey, Patrick Long et Marco Seefried)

- Scuderia Corsa - Ferrari 458 Italia n°62 (William Sweedler, Townsend Bell et Jeffrey Segal)


À propos de l'auteur

Benjamin Philippe

Benjamin Philippe

L'auto, c'est une passion, ma passion ! Rédacteur du blog Autosphere, je partagerai avec vous l'actualité automobile, vous ferai rencontrer nos métiers. Une expérience automobile enrichie, c'est un partage ! Faîtes moi part de vos histoires, nous les mettrons en valeur ! La voiture de mes rêves ? Celle pour y loger toute ma famille et mon labrador ou celle purement égoïste ?

Commentaires