Blog auto > Technologie > Bientôt une boîte noire dans votre auto ?

Bientôt une boîte noire dans votre auto ?

Bientôt une boîte noire dans votre auto ?
06/12/2018

Et si le moindre de nos faits et gestes automobiles étaient compilés dans une boîte noire sur le modèle des avions ? C’est le projet de réglementation européenne qui sera prochainement débattue au parlement de Strasbourg.

À bord de la dernière génération de Citroën C3 se trouve une Connected Cam. Et si pour s’en servir il faut télécharger une application qui n'a rien d’obligatoire, elle permet de manière ludique de prendre des photos de coins visités, de les partager sur les réseaux sociaux mais aussi de manière plus concrète de capturer les 90 secondes autour d’un incident/accident permettant ainsi de justifier sa bonne foi, s’il y a lieu d’être. Ce gadget s’inspire largement de la dash cam. Ce dispositif qui filme la route sous un angle proche du conducteur, niché près du rétroviseur intérieur (quand elle n'est pas dedans). Selon les modèles, s’ajoutent des données comme la date, l’heure, la vitesse, la position GPS, enregistrement du son, un mode infra rouge, vision nocturne… Si en France, le succès de cette technologie est relatif, il l’est bien davantage dans d’autres pays, les USA en tête. Youtube regorge de vidéos « buzz & insolite » capturées par Dash Cam. Ce troisième oeil de la route permet aussi de faire baisser le montant de l’assurance auto selon le principe que les images serviront à vous donner raison… ou vous charger et que dans tous les cas, les conducteurs conscients qu'ils sont filmés (pour ainsi dire) ont tendance à rouler plus prudemment. L’idée directrice est que la Dash Cam remplit un rôle de boîte noire. De l’expression désignant les enregistreurs de vol constamment recherchés lorsqu’un avion s’écrase (ou connait une avarie moins grave). Mouchard vous avez dit ?

Sécurité routière

Et si cette notion de boîte noire était généralisée à toutes les voitures produites et/ou commercialisées en Europe ? C’est l’idée qui a germé au Conseil Européen. Le Parlement de Strasbourg est d’ailleurs prié de débattre d’ici le début 2019 de son éventuelle application. Selon le journal anglais Express, cette boîte noire auto devra enregistrer un certain nombre de données (vitesse et activation d’aides à la conduite ou non) autour et pendant un accident. Officiellement, afin de permettre de lutter comme l’insécurité routière. De là à imaginer que ces données pourraient également servir à verbaliser des infractions ou même tomber entre les mains des assureurs pour moduler leurs tarifs, il n’y a qu’un pas… Sera-t-il possible de désactiver le système ? Le texte élaboré préconiserait que cela soit à minima très compliqué, à l’arrêt et avec le frein de parking actif.

Et la vie privée dans tout ça ?

Obligatoire, la boîte noire automobile peut apparaître comme allant à l’encontre de la vie privée du conducteur et de ses occupants. On divine une opposition de principe entre l’idée d’une pièce supplémentaire de la maison que représente l’automobile et celle que cette pièce en plus circule sur la voie publique. Au XXIe siècle, beaucoup répondront aussi que si on n’a rien à se reprocher, on n’a rien à cacher… Un raisonnement un peu trop simpliste alors que le règlement général sur la protection des données (RGPD) a chamboulé de nombreuses pratiques en entreprise, tous secteurs confondus. Accepterez-vous que l’ensemble de vos trajets soient filmés de l’intérieur sans qu’on vous demande votre avis ?

Bonus : Pourquoi la boîte noire est orange ?

Oranges (ou à la rigueur rouges), les enregistreurs de vol de l’aviation sont également bardés de bandes réfléchissantes. L’idée est de pouvoir plus facilement les retrouver parmi les décombres au milieu d’un champ, d’une montagne, au fond de la mer… Et bien que de cette couleur, il arrive parfois que les deux boîtes noires ne soient pas retrouvées.

Pourquoi dit-on boîte noire alors ? On pourrait y voir un rapport avec la Black Mailbox au Nevada (objet de tant de fantasmes sur les ovnis et la zone 51), il n’en est rien. Il faut en fait se tourner vers les premiers enregistreurs de vol développés par François Hussenot durant la seconde guerre mondiale et commercialisés sous le nom de hussenographes à partir de 1947. Il s’agissait alors de prendre des photos, vue du ciel. Les pellicules devant être protégées de la lumière, elles étaient enfermées dans des compartiments noirs. Boîtes noires.


À propos de l'auteur

Benjamin Philippe

Benjamin Philippe

L'auto, c'est une passion, ma passion ! Rédacteur du blog Autosphere, je partagerai avec vous l'actualité automobile, vous ferai rencontrer nos métiers. Une expérience automobile enrichie, c'est un partage ! Faîtes moi part de vos histoires, nous les mettrons en valeur ! La voiture de mes rêves ? Celle pour y loger toute ma famille et mon labrador ou celle purement égoïste ?

Commentaires