Blog auto > Technologie > Dans les années 50, GM imaginait la voiture autonome

Dans les années 50, GM imaginait la voiture autonome

Dans les années 50, GM imaginait la voiture autonome
26/05/2015

Une décennie après la seconde guerre mondiale, les États-Unis ont connu une période de prospérité faite de courses technologiques et d’optimisme. En 1956, chez General Motors, on imaginait déjà la conduite autonome pour 1976 dans un étonnant film aux allures de comédie musicale.

Près de 50 ans plus tard, ce film « Key to the Futur - la clé du futur » d’un peu moins de 9 minutes parait terriblement kitsch ! Un jugement de valeur, certes, sur lequel il convient d’aller plus loin. Au delà, des chansons de la famille modèle américaine (la mère et la fille à l’arrière, papa et fiston à l’avant…) et l’opérateur (à la tenue quasi militaire), General Motors voyait poindre l’automobile autonome. Pour illustrer son propos, le constructeur américain employa son concept Firebird II à la carrosserie en titane et fonctionnant par un générateur à gaz.

Le GPS, l’info-traffic en ligne et le mode autonome

Ce que General Motors n’a pas vu arriver à l'époque, c’est la révolution Internet, la miniaturisation et les commandes tactiles. Des détails techniques au regard d’une philosophie qui voyait juste en dépit d’un opérateur dans une tour de contrôle d’autoroute. Pour le reste, General Motors a vu arriver le GPS avec cartographie des routes, l’info-traffic « en ligne » et donc le « pilotage automatique », comme on a dit durant des décennies à la place de « conduite autonome ». GM prédit l'importance que prendra la relation entre le conducteur et son environnement.

Optimisme

Dans un monde de joies, de pensées positives et de chansons, General Motors prédisait un avenir radieux, fait de berlines confortables, de technologies au service de l’Homme et d’effets spéciaux dignes des Thunderbirds (avec 10 ans d’avance) ! Quant à la première voiture véritable voiture autonome de GM, il faudra finalement attendre 2017 avec la Cadillac Super Cruise.

Il faut dire qu’en 1956, l’Amérique en a fini avec la chasse aux communistes du Maccarthysme, découvre Elvis Presley, les Castro sont refoulés de Cuba par les troupes de Batista tandis que Nikita Khrouchtchev est surtout occupé à mater les pays du rideau de fer (notamment la Hongrie). La crise du canal de Suez ne fit basculer le monde dans une situation bien plus électrique qu’à l’automne.

Via Jalopnik


À propos de l'auteur

Benjamin Philippe

Benjamin Philippe

L'auto, c'est une passion, ma passion ! Rédacteur du blog Autosphere, je partagerai avec vous l'actualité automobile, vous ferai rencontrer nos métiers. Une expérience automobile enrichie, c'est un partage ! Faîtes moi part de vos histoires, nous les mettrons en valeur ! La voiture de mes rêves ? Celle pour y loger toute ma famille et mon labrador ou celle purement égoïste ?

Commentaires