Blog auto > Technologie > Ford > Ford joue la carte de l’illusion d’optique

Ford joue la carte de l’illusion d’optique

Ford joue la carte de l’illusion d’optique
05/10/2016

Entre les développeurs des nouveaux véhicules et les photographes espions, c’est un véritable jeu de je t’aime, moi non plus. Chez Ford, on a développé un nouveau type de camouflage censé générer des illusions d’optique.

Peut-on parler d’une vaste hypocrisie qui entoure le développement de nouveaux modèles et tout le camouflage qui les entoure ? Je m’explique… Les constructeurs ne veulent pas spécialement qu’on dévoile leurs nouveautés avant qu’elles soient prêtes (selon le calendrier défini) alors que c’est le métier des photographes espions de nombreux médias automobiles… et la curiosité de tout le monde depuis que nos téléphones prennent des photos. Pour autant, les testeurs ne sont pas toujours très malins… Ils vont sur la Nordschleife où ils savent bien que des photographes y font du camping à l’année. Empruntent assez souvent les mêmes routes, dans les mêmes régions (par exemple autour d’Arjeplog, en Suède). Et puis lorsqu’on parle de vous, on ne parle pas des autres ! Voilà qui peut être considéré comme de la publicité, capable de générer sinon de l’attente, au moins de la curiosité chez les clients potentiels. Alors qui si un modèle doit rester confidentiel, la plupart des constructeurs ont des centres de développement dont il ne sort rien qui ne soit validé par les bureaux techniques et marketing.

Effet d’optique

Avec Ford, un nouveau cap est franchi dans la guéguerre avec les spyshooters avec la mise au point d’une nouvelle tenue de camouflage en forme d’empilage de cylindres et très logiquement baptisé… « brick ». Avec le mélange du noir, du gris et du blanc, Ford nous assure que son nouveau camouflage génère « une perturbation optique » rendant « extrêmement difficile pour les yeux de se concentrer sur les grands lignes ». Cet effet 3D a demandé 2 mois de travail aux équipes de Ford pour, il est vrai, troubler notre acuité visuelle par la confusion des champs entre le clair et le sombre. L’ovale bleu de préciser qu’une version sable existe également pour les essais en Australie et en Amérique du Sud.

Certainement qu’un passant ordinaire pourrait se faire avoir. Pour autant, je ne suis pas convaincu que les photographes puissent être à ce point bernés. Les formes du véhicules conjuguées à un calendrier des futures productions à jour font que ces professionnels sont rarement pris à défaut. Le véhicule lui, n’en devient pas invisible pour autant !

Reste que l’art du camouflage est de montrer ce qu’on doit voir et ce qu’on ne doit pas voir. Un bricolage devenu high-tech dont on retrace l’histoire ici

Source : Ford


À propos de l'auteur

Benjamin Philippe

Benjamin Philippe

L'auto, c'est une passion, ma passion ! Rédacteur du blog Autosphere, je partagerai avec vous l'actualité automobile, vous ferai rencontrer nos métiers. Une expérience automobile enrichie, c'est un partage ! Faîtes moi part de vos histoires, nous les mettrons en valeur ! La voiture de mes rêves ? Celle pour y loger toute ma famille et mon labrador ou celle purement égoïste ?

Commentaires