Blog auto > Technologie > Seat > Le quotidien des robots de l’usine Seat de Martorell

Le quotidien des robots de l’usine Seat de Martorell

Le quotidien des robots de l’usine Seat de Martorell
21/03/2018

125 véhicules autoguidés (ou VAG) aident les 7 000 employés de l’usine Seat de Martorell. Focus sur leur quotidien en chiffres.

Depuis des décennies, la robotique fait partie intégrante de l’industrie automobile. Découpage, soudage, peinture… De nombreuses machines sont chargées des tâches les plus physiques et les plus répétitives afin de fabriquer de la manière la plus uniforme des milliers de véhicules chaque année. Dans les allées de l’usine Seat de Martorell (Catalogne), il y a 125 véhicules autoguidés ou VAG. Ni plus, ni moins que des partenaires pour les 7 000 employés du site. Dès 5 heures du matin, ils embauchent afin de réaliser jusqu’à 2 800 rotations jusqu’au retour à l’entrepôt.

Code-barres et charge utile

Au cours de sa journée, le VAG assure le transport de la bonne pièce au bon endroit. Le balais des code-barres et des capteurs s’organise sur un parcours fléché au sol et magnétique de 40 itinéraires pour acheminer ici des boîtes de vitesses, là des moteurs, là-bas des suspensions, ailleurs des fenêtres. Il faut dire que ces VAG ne rechignent pas à la tâche avec une capacité de charge utile de 1 500 kg. Ainsi, 23 800 pièces sont baladées chaque jour. Mieux, ces 125 VAG parcourent chaque année l’équivalent de la distance Terre-Lune, soit environ 436 000 km.

5 employés pour les guider

D’après Seat, chaque trajet dure de 1 à 7 minutes. Reconnaissables à la lumière bleue qui semble les animer, les VAG ne sont pas têtus et stoppent leur course dès qu’un être humain (ou un obstacle) traverse leur trajectoire directe et le signale par une lumière rouge. 5 personnes sont chargées de veiller au bon fonctionnement de l’équipe des VAG et sont en mesure de configurer leurs paramètres de parcours comme leurs missions. Depuis leur salle de contrôle, ils savent en temps réel la position exacte de chaque élément grâce à un serveur centralisé. Le gain pour Seat ? Il serait d’accroître la productivité de l’usine catalane de 25%.

Source : Seat Media Center


À propos de l'auteur

Benjamin Philippe

Benjamin Philippe

L'auto, c'est une passion, ma passion ! Rédacteur du blog Autosphere, je partagerai avec vous l'actualité automobile, vous ferai rencontrer nos métiers. Une expérience automobile enrichie, c'est un partage ! Faîtes moi part de vos histoires, nous les mettrons en valeur ! La voiture de mes rêves ? Celle pour y loger toute ma famille et mon labrador ou celle purement égoïste ?

Commentaires