Blog auto > Actualités > La CRADE, la commission qui va interdire les voitures moches.

La CRADE, la commission qui va interdire les voitures moches.

La CRADE, la commission qui va interdire les voitures moches.
01/04/2019

En toute discrétion, une nouvelle mission a été confiée à la commission des affaires économiques, de l’environnement et du territoire de l’Assemblée Nationale. À compter du 1er janvier 2024, tout futur modèle automobile commercialisé en France subira l’évaluation de la Commission de Révision Automobile et Déontologie Esthétique, la CRADE. Pour résumer, si la voiture est jugée trop laide, elle ne sera pas commercialisée.

Les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas ? Et bien s’agissant d’automobiles vendues en France, désormais on dira « si ». En effet, les parlementaires de la commission des affaires économiques, de l’environnement et du territoire de l’Assemblée Nationale pourront poser leur véto sur un modèle automobile sur le point d’entrer en production et cela dès le 1er janvier 2024. Date de l’entrée en fonction de la CRADE. La Commission de Révision Automobile et Déontologie Esthétique.

Le « plus jamais ça » des Fiat Multipla et Renault Modus.

L’idée aurait été soufflée par un grand dirigeant de Groupe PSA. Par le biais du législateur, la laideur automobile n’aurait plus le droit de rouler chez nous. Dans un premier temps, seuls les véhicules des marques françaises sont concernés. « On travaille d’arrache-pied avec nos homologues allemands et italiens afin de concrétiser ce projet au niveau européen » a annoncé Basile Daliénet, député LREM, avant de se montrer confiant sur l’issue des discussions : « Avec le Brexit, on a désormais l’assurance de tous tirer dans le même sens esthétique ».

Mais alors de quoi s’agit-il concrètement ? La commission composée d’un président, de 4 vice-présidents, 4 secrétaires et de 135 membres statuera par vote sur les qualités esthétiques d’une voiture devant entrer en production avant sa commercialisation sur le territoire français. Pour cela, des outils d’analyses objectives seront mis à disposition afin de permettre de faire la différence entre un véhicule esthétiquement acceptable et une horreur absolue. « Nous ne pouvons plus nous permettre en France, pays de la mode et de l’art de vivre, de voir circuler des voitures comme la Modus ou le Multipla » revendique Nathalie Effarante, autre député LREM.

Le guide pour une voiture esthétiquement acceptable

Avec quels éléments objectifs les députés vont-ils pouvoir évaluer quelque-chose d’aussi subjectif comme la beauté ou la laideur supposée d’une voiture ? En tant que professionnels de l’automobile, nous avons parcouru les centaines de pages du guide de la CRADE qui détermine la beauté d’une citadine, d’une berline, d’un SUV ou même d’une voiture de sport. Sachez par exemple qu’une citadine, même électrique, ne pourra pas mesurer plus de 1,55 mètre de haut. Ce qui en l’état élimine le duo Peugeot iOn et Citroën C-Zéro (1,60 toutes les deux). Les crossovers urbains devront nécessairement faire plus de 1,80 mètre de large. De quoi craindre le pire pour le Renault Captur. Plus généralement, les feux arrière verticaux sont bannis avec Volvo dans le viseur mais aussi le Scénic. Idem pour les véhicules aux lignes trop rectilignes. Si les constructeurs allemands devraient passer le cut, un député LR nous a confirmé en off que la mesure visait surtout Lexus et Toyota.

Autre considération, la couleur. Si les Français raffolent du blanc, du noir et du gris, il est écrit qu’il ne sera plus admis de circuler avec une automobile dont la couleur serait trop tape à l’œil ou jugée vulgaire. On retient dans la liste fournie par le service de presse de l’Assemblée l’ensemble des couleurs fluos, les dérivés de rose, de jaune mais aussi le blanc Ivoire, le gris Champagne, le Spritz, le Omaha Orange ou encore les variantes de doré, couleur dont le rejet serait unanime dans les couloirs de l’Assemblée Nationale !

Des éléments plus techniques interviennent. Par exemple, l’emploi d’une matière plastique grossière pour les coques de rétroviseur sera éliminatoire. De même pour les passages de roue. Les jantes acier seront proscrites au même titre, forcément, que les enjoliveurs. « À terme, même la plus abordable des Logan devra avoir à minima des jantes alu et des rétroviseurs couleur carrosserie » précise Charles Tarrand, député NC. Député LFI, François Dayeurs y voit forcément une montée en gamme pour les modèles les plus accessibles mais craint aussi « une importante inflation des prix. Beaucoup de nos compatriotes ne demandent pas à rouler dans une belle voiture mais juste d’avoir une voiture pour répondre à leurs besoins et vaquer à leurs occupations ». 

Pour autant, les industriels se disent prêts à jouer le jeu sans augmentation des coûts. Un haut gradé de Renault nous a indiqué que « le rejet précoce de véhicules à l’esthétique insuffisamment soignée est générateur d’économies qui doivent permettre à terme de ne pas augmenter plus que de raison le prix des véhicules. Même les plus accessibles ». Et d’ajouter, « il n’y a pas un constructeur qui ne se soit pas loupé sur au moins un modèle sur les 20 dernières années en dépit de toutes nos études et analyses de marché, du marketing. Certains ne s’en sont pas relevés comme Saab ou Chrysler Europe ».

Cette commission de l’esthétique automobile (et son futur pendant européen) est-elle la garantie qu’à terme nous n’aurons plus à subir la laideur du Dacia Lodgy, de la Fiat 500L ou encore Bentley Bentayga ?

I>O


À propos de l'auteur

Benjamin Philippe

Benjamin Philippe

L'auto, c'est une passion, ma passion ! Rédacteur du blog Autosphere, je partagerai avec vous l'actualité automobile, vous ferai rencontrer nos métiers. Une expérience automobile enrichie, c'est un partage ! Faîtes moi part de vos histoires, nous les mettrons en valeur ! La voiture de mes rêves ? Celle pour y loger toute ma famille et mon labrador ou celle purement égoïste ?

Commentaires