Blog auto > Actualités > Renault > L’usine de Douai se prépare à la production du nouvel Espace

L’usine de Douai se prépare à la production du nouvel Espace

L’usine de Douai se prépare à la production du nouvel Espace
02/12/2014

Au terme d’un investissement de 420 millions d’euros, l’usine Renault de Douai sera en mesure produire le nouvel Espace qui répondra aux exigences du haut de gamme.

Davantage crossover que monospace, le Renault Espace de cinquième génération traduit une indéniable montée en gamme. En ce sens, la firme au losange a investi 420 millions d’euros afin de moderniser le site de Douai. L’objectif est de proposer un véhicule irréprochable, bien au-delà de la question de la fiabilité. « Avec ce véhicule, on s’adresse à une clientèle dont l’attente est principalement axée sur le design, la sécurité, le confort, la qualité - en particulier la qualité perçue - et le contenu technologique de la voiture ». explique Philippe Prével, le directeur de la qualité du groupe Renault.

Quality first

À Douai, où l’on fabriquait jusqu’à présent les Mégane Coupé Cabriolet et Scénic, on se forme à travers la mise en oeuvre d’un triple dispositif (Quality First) menant à améliorer la qualité perçue et la fiabilité du Scénic. Cela fut renforcé par un autodiagnostic sur ce qui doit être amélioré sur le site de production ainsi que la mise en place de recommandations (benchmarks) de la part de constructeurs alliés : Daimler et Infiniti. « L’Infiniti Plant Evaluation System est la grille d’évaluation dont nous nous sommes fortement inspirés. Cette grille permet de labelliser une usine pour produire la marque premium de Nissan. Parallèlement, dans le cadre de notre partenariat avec Daimler, Douai a sollicité les spécialistes de Mercedes pour venir coter suivant leurs propres critères le Nouvel Espace à chaque étape de sa mise au point » indique Franck Naro, le directeur de l’usine de Douai. Un directeur heureux que Renault ait pris en 2011 la décision de fabriquer dans le Nord-Pas-De-Calais tous ses véhicules de segment D (plus grands que 4,70 mètres). Depuis le pic de production de 2004 (470 000 Scenic), la production est tombée à 115 000 véhicules en 2013, soit 40% de taux d’utilisation, compromettant alors pour la pérennité du site.

La montée en gamme, c’est aussi un état d’esprit.

Cahier des charges, évaluation, conformité… Tous ces termes traduisent finalement la rencontre entre des nouvelles technologies, une exigence de qualité à tous les niveaux et l’intégration des nouvelles données, techniques et compétences par les personnels. Plus léger de 250 kg, le cinquième Renault Espace inaugure le passage à l’aluminium pour les ouvrants. Il a ainsi fallu former les techniciens à une nouvelle presse d’emboutissage, à une nouvelle ligne de ferrage automatisée en tôlerie et repenser le métier de retoucheur face à un matériau très différent de l’acier. Au terme de ce long processus d’investissement technique et humain, naitra un véhicule très différent de tout ce qu’a pu réaliser Renault jusqu’alors. Le haut de gamme, ce n’est pas seulement une question de volonté.


À propos de l'auteur

Benjamin Philippe

Benjamin Philippe

L'auto, c'est une passion, ma passion ! Rédacteur du blog Autosphere, je partagerai avec vous l'actualité automobile, vous ferai rencontrer nos métiers. Une expérience automobile enrichie, c'est un partage ! Faîtes moi part de vos histoires, nous les mettrons en valeur ! La voiture de mes rêves ? Celle pour y loger toute ma famille et mon labrador ou celle purement égoïste ?

Commentaires