Blog auto > Actualités > Porsche > Mort de Paul Walker : Porsche se défend

Mort de Paul Walker : Porsche se défend

Mort de Paul Walker : Porsche se défend
19/11/2015

Fille de l’acteur décédé dans un accident de voiture voilà bientôt deux ans, Meadow Rain Walker rejette la responsabilité de la mort son père sur Porsche. Qui compatit, mais ne se laisse pas faire.

Ce n’est certainement pas la première fois qu’un constructeur est accusé de la sorte, mais c’est certainement l’affaire du genre la plus médiatisée. Meadow Rain Walker (16 ans) a eu recours aux services d’un cabinet d'avocats pour constituer un dossier à charge afin de mettre en évidence la responsabilité de Porsche dans le décès se son père, Paul Walker, et Roger Rodas au volant de la Porsche Carrera GT du héros de la saga Fast & Furious. Les faits remontent au 30 novembre 2013.

Au printemps 2014, l’enquête avait conclu à « une vitesse inappropriée compte tenue des lieux », comprenez 149 km/h sur une route limitée à 72 (93 mph au-lieu de 45). L’expertise du véhicule n’a relevé aucun incident ou rupture mécanique, pour autant l’entretient désinvolte du véhicule a été pointé du doigt avec notamment des pneus qui n’avaient pas été changés depuis 9 ans alors que la notice conseille de les changer tous les 4 ans, au plus tard ! Par ailleurs, il est établi par l’enquête que la voiture avait été modifiée et pas par Porsche. Autrement dit, ce tragique accident relève de la responsabilité du propriétaire ainsi que du pilote Roger Rodas.

Paul Walter « assumait les risques et les dangers » selon Porsche

Attaqué, Porsche Cars North America (PCNA) utilise logiquement les conclusions de l’enquête pour répondre aux accusations de Meadow Rain Walker et se défend auprès des médias en ajoutant dans un communiqué publié récemment : « M. Walker assumait sciemment et volontairement tous les risques et les dangers en ce qui concerne l’utilisation de la Carrera GT de 2005. Il en connaissait les risques et les dangers. Il a choisi de s’y exposer en assumant tous les risques liés à l’utilisation de ce véhicule » tout en reconnaissant que Paul Walker était un « utilisateur compétent et habitué de la carrera GT ». Une position que n’entend évidemment pas la défense de Meadow Walker, ses représentants estiment qu’il est « regrettable que Porsche tente de détourner sa propre responsabilité en blâmant la victime pour sa propre mort » comme rapporté dans de nombreux médias. Et d’ajouter « Paul était le passager d’une voiture qui n’a pas été conçue pour protéger ses occupants dans un accident survenu sur une ligne droite sèche, sans circulation, en plein jour et à une vitesse nettement inférieur aux capacités du véhicule. Si Porsche avait créé une voiture véritablement sécurisée, Paul aurait survécu, il serait en train de tourner Fast & Furious 8 et Meadow Walker aurait toujours le père qu’elle aimait tant ». Une défense surréaliste qui consiste donc à accuser PNCA de ne pas avoir créé une voiture capable de résister à des chocs à près de 150 km/h contre un arbre… La qualité des portes, des ceintures de sécurité défectueuses, une vitesse qui ne serait « que » de 115 km/h (max) voici quelques uns des éléments présentés dans le dossier des avocats remis à la justice californienne.

Roger Rodas et Paul Walker étaient conscients des possibilités de cette voiture et même si c’est triste à écrire, on ne gagne pas toujours à défier la mort.

Sous influence ?

Avant Meadow Rain Walker, Kristine Rodas, veuve de Roger Rodas, avait déjà enclenché une procédure à l’encontre de PNCA, c’était en mai 2014. La veuve reprochait pour sa part une suspension défectueuse et l’absence de renforts évitant au réservoir d'essence de s’embraser. En septembre, la justice lui donnait tord à la veuve, estimant qu’elle n’était pas parvenue à démontrer que Porsche avait menti au sujet de la sécurité de ses voitures. Cependant, le tribunal a reconnu que les demandes à propos des défauts de suspensions, l’absence de cellule de survie et de protection du réservoir étaient recevables (ce qui ne veut pas dire que les faits sont établis dans un sens ou l’autre). Il y aura donc bien un procès devant un jury.

Est-ce ces faits qui ont poussé Meadow Rain Walker à entamer une démarche semblable devant la justice ? C’est très probable. La raison est-elle la recherche de la vérité ou bien y-a-t-il une autre raison ? On ne peut s’empêcher de penser qu’à 16 ans, une jeune fille peut être facilement influencée.

Les débris du crash de Paul Walker aux enchères


À propos de l'auteur

Benjamin Philippe

Benjamin Philippe

L'auto, c'est une passion, ma passion ! Rédacteur du blog Autosphere, je partagerai avec vous l'actualité automobile, vous ferai rencontrer nos métiers. Une expérience automobile enrichie, c'est un partage ! Faîtes moi part de vos histoires, nous les mettrons en valeur ! La voiture de mes rêves ? Celle pour y loger toute ma famille et mon labrador ou celle purement égoïste ?

Commentaires