Blog auto > Actualités > Norme Euro 7 : vers un renforcement des normes anti-pollution

Norme Euro 7 : vers un renforcement des normes anti-pollution

Norme Euro 7 : vers un renforcement des normes anti-pollution
20/05/2022

Destinée à imposer de nouvelles restrictions sur les moteurs thermiques afin de diminuer l’impact des émissions polluantes, la norme Euro 7 devrait entrer en vigueur d’ici 2025. Cette norme anti-pollution, qui ne cesse de se durcir depuis 1990, devrait passer un nouveau cap déjà redouté par les constructeurs automobiles en France et en Europe.

Qu’est-ce que la norme Euro 7 ? Quelles sont les nouvelles restrictions ? Quelles conséquences ? On vous explique.

Comprendre la norme euro 7

Prévue pour 2025, la norme Euro 7 est une des nombreuses réformes de la norme antipollution “Euro” à laquelle les constructeurs automobiles doivent se conformer depuis son instauration en 1988.

Une norme antipollution

Depuis 30 ans, la norme mise en place par l’UE cherche à limiter les émissions de polluants liés aux transports routiers. L’objectif est clair et parfaitement expliqué par le ministère de l’Écologie :

“Suivant une approche de développement durable, le transport routier est engagé depuis plusieurs années dans des actions visant à réduire tant les émissions polluantes des véhicules (norme Euro) que les émissions de gaz à effet de serre.”

De plus en plus contraignante, la norme n’a cessé de se complexifier dans le temps et l'arrivée de la norme Euro 7 fait d’ores et déjà trembler les grands groupes auto qui craignent voir la fin des motorisations essence et diesel sur bon nombre de leurs modèles.

Comment fonctionne la norme euro ?

Les normes euros sont un ensemble de règles et de contraintes que doivent respecter les constructeurs automobiles qui commercialisent leurs véhicules en Europe. Ces règles et contraintes concernent principalement le taux de particules fines relâchées par le véhicule dont le seuil maximal est régulièrement revu à la baisse.

Une 7e génération de normes antipollutions européennes pour 2025

Depuis l’apparition de la première norme antipollution en 1993, différentes générations de réglementations européennes se sont succédées. L’année 2025 devrait être marquée par l’entrée en vigueur de la norme Euro 7. Voici l’historique des règles de l’UE pour réduire les impacts environnementaux du secteur automobile :

  • Euro 1 : 1er janvier 1993
  • Euro 2 : 1er janvier 1996
  • Euro 3 : 1er janvier 2001
  • Euro 4 : 1er janvier 2006
  • Euro 5 : 1er janvier 2011
  • Euro 6b puis 6c : 1er septembre 2015 puis 1er septembre 2017

Norme Euro 7 : de nouvelles restrictions attendues

Logiquement, la norme Euro 7 va une nouvelle fois diminuer les seuils tolérés pour chaque polluant – GES et gaz nocifs pour la santé. Bien que rien n’ait été voté par l’UE et que le texte de loi définitif devrait voir le jour avant la fin du premier trimestre 2022, on sait que l’UE a pour volonté de réduire les polluants de 60% à 90%.

Malgré l’absence de chiffres concrets, il semble que les nouvelles restrictions imposées par l’Euro 7 vont imposer un niveau d’exigence auquel le moteur thermique ne pourra certainement pas répondre… sauf dans de rares cas.

Une étude menée par l’ICCT (International Council on Clean Transportation) a estimé les nouvelles limites que pourrait demander la norme Euro 7 et les a comparées avec celles de l’Euro 6. La différence est sans appel et pourrait coûter cher aux constructeurs de voitures.


Euro 7 Euro 6
NOx (oxydes d’azote) 30 mg/km 60 mg/km (essence) et 80 mg/km (diesel)
CO (Monoxyde de Carbone) 100 à 300 mg/km 500 à 1000 mg/km

Aussi, le cycle RDE (Real Drive Emission), un test permettant de confirmer les résultats du test de laboratoire WLTP, devra être vérifié entre des températures allant de -10° à 40°.

Autre nouveauté de la norme Euro 7, les véhicules devront pouvoi r tenir ces chiffres pendant 15 ans ou sur une distance de 240 000 km .

Une réglementation qui inquiète les constructeurs automobiles

À peine a-t-elle été annoncée que les grands groupes automobiles (Volkswagen, FCA, Daimler-Mercedes, Renault-Nissan…) se plaignaient déjà des mesures jugées trop restrictives. Et si les constructeurs redoutent déjà cette nouvelle norme, c’est notamment parce qu’elle constitue une nouvelle montagne de technologie – et pas des moindre – à franchir rapidement.

Un coup dur pour la rentabilité de nombreux modèles

Si les chiffres présentés dans le tableau ci-dessus venaient à se confirmer, la commercialisation de nombreux modèles de véhicules fonctionnant avec un moteur thermique devrait être stoppée. En cause, la norme Euro 7 les rendrait financièrement non viables .

En effet, pour que les moteurs thermiques puissent répondre aux exigences de la norme antipollution européenne, il sera nécessaire d’alourdir les systèmes de dépollution, provoquant l’augmentation du prix de production des véhicules neufs.

Le VDA conteste

L’association des constructeurs allemands VDA – l’équivalent du CCFA en France – estime que la norme Euro 7 est une menace directe pour l’industrie automobile . Selon son président, le cycle RDE est "techniquement impossible à respecter”, même si du côté de la France, l’alliance Renault-Nissan assure avoir développé une nouvelle génération de moteurs essence qui respectera les seuils de l’Euro 7.

Une nouvelle contrainte parmi tant d’autres

Finalement, l’arrivée de la norme Euro 7 ne fait qu’accélérer le compte à rebours pour la fin des moteurs à combustion, car les normes antipollution sont déjà bien présentes, et ce, à toutes les échelles. Il suffit de regarder du côté de la France avec le malus écologique et les ZFE !

Vers une électrification massive des véhicules ?

C’est du moins le but de l’Union européenne. Comme dit précédemment, l’arrivée de la norme Euro 7 devrait entraîner la disparition de bon nombre de voitures thermiques . Parallèlement, et compte tenu de la complexité de mettre au point des systèmes anti-pollution efficaces et rentables, la motorisation électrique n’est désormais plus une alternative, mais bel et bien un passage obligatoire .

Une chose semble sûre : l’électrification des voitures sera bel et bien une obligation d’ici la fin de la décennie. Les constructeurs ont tout intérêt à mettre les bouchées doubles pour avancer de ce côté.


À propos de l'auteur

Florent C.

Florent C.

Commentaires