Blog auto > Actualités > Péages gratuits : Le bluff de Vinci ?

Péages gratuits : Le bluff de Vinci ?

Péages gratuits : Le bluff de Vinci ?
18/12/2018

La nouvelle a de quoi surprendre, la société Vinci a annoncé vouloir faire payer les automobilistes qui n’ont pas payé leur passage au péage lors d’opérations menées par les gilets jaunes. Comment le géant du BTP compte s’y prendre ?

6 bâtiments et 15 échangeurs et plateformes de péages incendiés. 33 véhicules détruits ou encore plusieurs centaines de tonnes de détritus… plus de 250 sites ont été impactés (plus ou moins quotidiennement) par des violences en marge du mouvement des gilets jaunes. Le montant des dégradations est estimé « à plusieurs dizaines de millions d’euros » dixit le communiqué de presse de Vinci Autoroutes, même le montant final est toujours en cours de calcul. Mardi matin encore, on a appris que 17 personnes ont été mis en garde à vue en réaction à l’incendie du péage de Bandol (83).

Accès au SIV

Le concessionnaire autoroutier Vinci a également annoncé vouloir récupérer le manque à gagner occasionné par les opérations « péages gratuits » menés par des gilets jaunes depuis plusieurs semaines. On note l’emploi des pincettes lorsqu’il est indiqué la volonté de faire payer « ceux qui n’ont pas pu le faire » tout en précisant que « l’acquittement du péage est une obligation… s’y soustraire est une infraction » comme l’indique effectivement l’article R421-9 du code de la route. L’amende de deuxième classe n’est pas prévue, encore heureux !

Comment Vinci Autoroutes compte s’y prendre pour régulariser les automobilistes qui ont bénéficié des opérations des gilets jaunes aux barrières de péage ? Tout d’abord par l’identification des véhicules grâce aux caméras présentes sur les sites. Des caméras placées pour des raisons évidentes de sécurité mais aussi pour lutter contre la fraude. Il faut s'interroger si ces installations n’ont été pas bâchées ou détruites. Néanmoins, Vinci autoroutes a effectivement accès au Système d’Immatriculation des Véhicules (le SIV) du ministère de l’intérieur en sa qualité de concessionnaire autoroutier. Les automobilistes identifiés recevront ainsi une simple lettre (sans amende). La procédure n’a rien de contraignant tant que Vinci Autoroutes n’engage pas des poursuites. Cela semble apparaître comme trop lourd au regard des sommes demandés (parfois 3 euros). Au mieux, une lettre de relance. Reste à savoir si les personnes concernées paieront de bonne foi ou non. Ce sera votre cas ?

"Reculade"

Devant le tollé général que cette annonce a généré. Vinci Autoroutes a décidé de renoncer à réclamer la paiement des "péages gratuits".

Augmentation prévue le 1er février

Comme chaque année, les sociétés d’autoroutes devraient annoncer de nouvelles augmentations des tarifs. Voilà qui n’arrangera pas le déficit d’image de la société déjà très (très) lourd.

Sources : Vinci, LegiFrance, le Dauphiné Libéré et Ouest-France pour l’illustration.


À propos de l'auteur

Benjamin Philippe

Benjamin Philippe

L'auto, c'est une passion, ma passion ! Rédacteur du blog Autosphere, je partagerai avec vous l'actualité automobile, vous ferai rencontrer nos métiers. Une expérience automobile enrichie, c'est un partage ! Faîtes moi part de vos histoires, nous les mettrons en valeur ! La voiture de mes rêves ? Celle pour y loger toute ma famille et mon labrador ou celle purement égoïste ?

Commentaires