Blog auto > Conseils > Conduire sur la neige

Conduire sur la neige

Conduire sur la neige
22/01/2019

Une belle offensive de l’hiver approche et plusieurs centimètres de neige sont attendus sur une bonne moitié du pays. L’occasion d’une piqûre de rappel sur la conduite sur neige.

De la douceur !

Avec des pneus hiver ou pas, le règle de base pour la conduite sur la neige est la douceur ! Plus que de la prudence, il s’agit de décupler votre douceur avec le volant mais aussi avec les pédales d’embrayage, d’accélération et de frein. Par ailleurs, il est chaudement recommandé d’accélérer une fois les roues bien droites, dans le sens de la route.

Prendre ses distances.

Prenons le cas de la majorité de Français roulant en pneus été même l’hiver. La distance de freinage est multipliée par 2 entre une chaussée sèche et mouillée. Une nouvelle fois multipliée par 2 entre une chaussée mouillée et une chaussée enneigée. Encore une fois multipliée par 2 si le verglas s’en mêle. Distance de freinage à laquelle il faut toujours ajouter le délai de réaction. Par conséquent, même si vous roulez moins vite, il est impératif d’augmenter ses distances de sécurité.

On freine avant le virage.

C’est un principe qui vaut en sport automobile mais aussi sur route sèche. D’autant plus sur de la neige et/ou du verglas. Comme il est important d’avoir les roues droites, c’est en bout de ligne droite qu’il faut freiner et pas en plein virage, auquel cas la perte de contrôle est quasi systématique. Qu’on soit à 2 ou 4 roues motrices.

Frein moteur plutôt que les freins.

Comme il convient d’avoir le pied léger sur la pédale de frein, privilégiez le frein moteur en lâchant la pédale d’accélération et en rétrogradant (avec douceur). Vous en avez largement la place puisque vous avez pris vos distances avec le véhicule vous précédant.

Ne pas attendre le dernier moment pour chaîner.

Si les chaînes s’avèrent nécessaires, l’affichage routier comme les radios vous l’indiquera. N’attendez pas le dernier moment pour chaîner, sur le bas-côté du dernier rond-point avant la montée. Embouteillage et frustration seront au rendez-vous. Par ailleurs, c’est un poncif certes, il est plus aisé de se faire aider et en plein jour que se débrouiller tout seul au milieu de nulle part à la nuit tombée.

Ne pas se surestimer.

C’est peut-être un truc de mec (encore que…) mais dès qu’il neige, on peut avoir tendance à s’emballer et se croire le meilleur pilote du monde, jusqu’à désactiver l’ESP. C’est une erreur qui peut aboutir à la mise en danger d’autrui ou même à un accident. Concédez que comme tout être humain, vous n’êtes pas infaillible.

Désactiver l’ESP ?

Bloqué dans une côte, la désactivation de l’antipatinage peut vous aider à retrouver du grip. Dans l’absolue, il est évidemment préférable de la conserver.

- De nombreux autres conseils sur la conduite en hiver sont à retrouver dans notre dossier thématique.


À propos de l'auteur

Benjamin Philippe

Benjamin Philippe

L'auto, c'est une passion, ma passion ! Rédacteur du blog Autosphere, je partagerai avec vous l'actualité automobile, vous ferai rencontrer nos métiers. Une expérience automobile enrichie, c'est un partage ! Faîtes moi part de vos histoires, nous les mettrons en valeur ! La voiture de mes rêves ? Celle pour y loger toute ma famille et mon labrador ou celle purement égoïste ?

Commentaires