Blog auto > Conseils > Les 5 bonnes raisons de rouler en essence

Les 5 bonnes raisons de rouler en essence

Les 5 bonnes raisons de rouler en essence
24/06/2019

Depuis quelques années, les motorisations essence sont à nouveau à la mode. La faute au diesel gate, à la prise de conscience écologique, à la remise à plat de la fiscalité sur les carburants mais aussi parce que les constructeurs ont fait d’immenses progrès. Tour d’horizon des avantages de rouler en essence en 5 principes.

Parce que vous ne roulez pas tant que cela.

Durant les années 1990 et 2000, nous avons vu des générations de citadines fonctionner au gasoil. Des voitures qui faisaient rarement plus de 10 000 km par an. Un non-sens absolu alors que la voiture diesel était prévue pour être économiquement viable à partir de 20 000 km par an. Pourquoi ? Parce qu’il y avait une demande de la part du grand public. De nombreux français se sont retrouvés à acheter des voitures diesel pour l’unique raison que le carburant coûtait moins cher que l’essence. Le contexte était qu’il fallait soutenir les constructeurs français. Ces derniers ne communiquaient qu’au diesel. Pourtant, le véhicule était plus cher à l’achat, demandait davantage d’entretien et était généralement plus cher à assurer qu’une essence. Paradoxe français.

Depuis le scandale des émissions truquées, la prise de conscience écologiste et la remise à plat de la fiscalité du diesel, les ventes de voitures essence sont reparties à la hausse. Au point de dépasser celles du diesel en 2017. Pourtant, en 2012, la part de marché du diesel en France était de 73,7%. Ne nous ne leurrons pas, si l’essence est revenue à la mode, surtout parce que le diesel a très mauvaise presse depuis le scandale lié au logiciel truqueur.

Toutes nos occasions essence révisées et garanties

Un moteur essence consomme moins qu’avant

Moins cher, le gasoil fait aussi la différence sur la consommation. S’il existe toujours une différence notable, les moteur essence d’aujourd’hui ont singulièrement réduit l’écart grâce aux importants progrès des constructeurs. Sous le terme générique de « downsizing », sont apparus des blocs 3 cylindres, de moindre cylindrée, consommant moins, émettant moins de rejets tout en proposant de très intéressantes performances par le biais de la suralimentation (turbo). Le bicylindre 0,9l TwinAir affiche jusqu’à 85 chevaux dans une Fiat 500. Le 3 cylindres 1,0l EcoBoost permet à une Fiesta d’offrir jusqu’à 140 chevaux. Même les constructeurs les plus prestigieux y sont venus. Mercedes qui a par exemple troqué son V8 atmosphérique de 6,2l pour un V8 biturbo de 4,0l.

Le principe de fond était surtout de répondre aux exigences des normes NEDC (en termes d’émissions et de consommations) et faire diminuer les émissions de CO2. Avec le nouveau système de calcul WLTP, il apparait que les moteurs downsizés ne sont pas aussi vertueux, notamment s’agissant de la consommation. C’est toutes les limites du downsizing. Du reste, certains constructeurs s’en sont passés, comme Mazda qui a préféré miser sur le taux de compression de ses moteurs sans fondamentalement réduire la cylindrée.

Quelle motorisation choisir ? Notre dossier

Un gage de sportivité ?

Plus coupleux, le moteur diesel dispose d’une meilleure force de traction pour un véhicule supposé plus lourd. Une voiture essence est censée être plus légère et donc moins compliquée à mouvoir. Si les voitures essence ont généralement moins de couple, à cylindrée égale, elles offrent davantage de puissance grâce à un plus important régime moteur. Voilà pourquoi on considère qu’une voiture essence a des dispositions plus sportives que son homologue à gasoil. S’ajoute une sonorité plus agréable à l’accélération comme à la décélération. Il sera toujours plus aisé d’en profiter avec une boîte de vitesses manuelle même si les constructeurs les plus sportifs misent sur la boîte automatique (avec palettes au volant) pour des questions de consommations et de fiabilité.

La côte d’une essence baisse moins qu’un diesel

Dans l’actuel contexte de controverse autour des moteurs diesel, il faut bien réfléchir avant d’acheter une voiture diesel. Par conséquent, revendre aujourd’hui un tel véhicule est devenu plus compliqué. Ce qui occasionne une perte de valeur. À l’inverse, les voitures essence sont plus recherchées qu’avant, y compris d’occasion. Cela permet de limiter la perte de valeur.

Inversement, les prix pour l’achat d’un véhicule diesel d’occasion (ou neuf) sont en baisse ces dernières années tandis que les voitures essence sont un peu plus chères. Au point de vous encourager à vous interroger sur la pertinence de rouler au gasoil et dans tous les cas de privilégier une location (LLD ou LOA) au lieu d’un achat pur et simple.

C’est plus facile à entretenir

Si la mécanique d’un moteur essence est généralement moins compliquée que celle d’un moteur diesel, son moindre coût d’entretien est surtout dû au fait que les visites d’entretien ont un intervalle plus espacé accentué par le fait que vous roulez moins.

Bonus : Est-ce qu’un moteur essence pollue vraiment moins ?

Face au diesel bashing, on croirait presque le moteur essence vertueux et inoffensif. C’est faux. Qu’on roule au SP95 ou 98, la combustion de l’essence génère des rejets de CO2 et des gaz à effet de serre généralement plus importants qu’un moteur diesel. Si autrefois le CO2 et le trou de la couche d’ozone étaient au centre des préoccupations écologiques, ce sont de nos jours les émissions de particules fines (PM10, PM2,5, NO2 et NOx en particuliers) qui sont plus particulièrement montrées du doigts. Effectivement, sur ce registre, un moteur essence en émet moins.


À propos de l'auteur

Benjamin Philippe

Benjamin Philippe

L'auto, c'est une passion, ma passion ! Rédacteur du blog Autosphere, je partagerai avec vous l'actualité automobile, vous ferai rencontrer nos métiers. Une expérience automobile enrichie, c'est un partage ! Faîtes moi part de vos histoires, nous les mettrons en valeur ! La voiture de mes rêves ? Celle pour y loger toute ma famille et mon labrador ou celle purement égoïste ?

Commentaires