Blog auto > Actualités > La Norvège va bannir l’essence et le diesel (chez elle).

La Norvège va bannir l’essence et le diesel (chez elle).

La Norvège va bannir l’essence et le diesel (chez elle).
07/06/2016

Les quatre partis de la coalition au pouvoir en Norvège auraient trouvé un accord afin d’interdire la vente de voitures neuves à motorisation thermique d’ici 2025. La fin du diesel et de l’essence dans un pays qui produit 1,5 million de barils de pétrole par jour ?

En France, on a dit qu’on n’avait pas de pétrole mais des idées. En Norvège, on a les deux ! En effet, grâce à ses riches fonds sous-marins de la mer du Nord et Barens, le pays est l’un des plus importants producteurs (et donc exportateurs) de pétrole. Cette seule production pèse pour un quart du Produit National Brut.

Comme la plupart des pays du Golfe, la Norvège a compris à la fin des années 80 que la rente pétrolière était (au mieux) incertaine à long terme. C’est ainsi qu’est né en 1990 le fond souverain norvégien. Représentant quelques 730 milliards d’euros (vous avez bien lu), il est aujourd’hui le fond le plus important du monde. L’État ne touche pas au capital, mais se sert des intérêts pour équilibrer les comptes du pays et/ou investir pour demain. Notamment en construisant un important réseau de barrages hydroélectriques qui permet de fournir 99% de l’électricité nécéssaire au pays, mais aussi de largement inciter fiscalement les Norvégiens à acheter des véhicules électriques (pas de TVA, stationnement gratuit, circulation dans les couloirs de bus…). 214 millions d’euros, pour la seule année 2015, qui représentent une goutte d’eau des intérêts du fond souverain…

Pour résumer, le pétrole norvégien servant à circuler et polluer un peu partout dans le monde permet de financer la transition écologique des Norvégiens.

La part de marché des voitures électriques en Norvège est de 17% (2015).

Il était difficile de bien comprendre ce qu’il vient de se passer au parlement norvégien (le Storting : Assemblée + Sénat) si je n’avais pas pris le temps de replacer le contexte d’un pays d’un peu plus de 5 millions d’habitants. De gauche comme de droite, les élus ont ainsi voté pour une interdiction de la commercialisation sur le territoire de véhicules neufs qui fonctionnent au gasoil ou à l’essence à l’horizon 2025. Les motorisations thermiques seront ainsi bannis dans 9 ans (si la loi entre bel et bien en vigueur) au profit des véhicules électriques. 26 000 véhicules électriques ont été vendues en 2015, cela représente une part de marché de 17% (1% en France à titre de comparaison). Une mesure qui entre dans l’ambitieux plan visant à réduire les émissions de CO2 de 40% d’ici 2030. Après tout, les Norvégiens ont réussi à immatriculer 50 000 voitures électriques dans le pays avec deux ans d’avance sur l’objectif de 2018…

Pour autant, les propriétaires de véhicules à motorisations thermiques auront toujours le droit de rouler, du moins dans le cadre de la législation. Cette dernière étant de plus en plus rigide en centre-ville.

Elon Musk ravi !

L’orientation prise par la Norvège a de quoi ravir les constructeurs de voitures électriques. À commencer par le plus célèbre d’entres eux : Elon Musk. Le fondateur de Tesla a retweeté la Une du Dagens Naeringsliv qui titrait sur la nouvelle, accompagné du commentaire suivant : « Je viens juste d’apprendre que la Norvège vient d’interdire la vente des voitures thermiques en 2025. Quel formidable pays ! Vous assurez les gars ! »

L'exemple norvégien vous semble-t-il applicable en France ? Le souhaitez-vous ?

Avec La Croix


À propos de l'auteur

Benjamin Philippe

Benjamin Philippe

L'auto, c'est une passion, ma passion ! Rédacteur du blog Autosphere, je partagerai avec vous l'actualité automobile, vous ferai rencontrer nos métiers. Une expérience automobile enrichie, c'est un partage ! Faîtes moi part de vos histoires, nous les mettrons en valeur ! La voiture de mes rêves ? Celle pour y loger toute ma famille et mon labrador ou celle purement égoïste ?

Commentaires