Blog auto > Actualités > Le Venezuela vers la pénurie de voitures neuves

Le Venezuela vers la pénurie de voitures neuves

Le Venezuela vers la pénurie de voitures neuves
07/10/2014

Bien que possédant la plus grande réserve de pétrole du monde, le Venezuela connait une grave crise économique. La faute au manque de devises étrangères lui empêchant d’importer des matières premières. L’industrie automobile du pays a vu sa production chuter de 82% en seulement un an.

De janvier à septembre 2013, le Venezuela avait produit 58 073 automobiles. Sur la même période en 2014, ce chiffre ne s’élève qu’à 10 286. En septembre, seules 1 778 voitures sont sorties des usines contre 7 106 en septembre 2013. Des chiffres présentés il y a peu par la Chambre de l’Automobile vénézuélienne et relayés par l’AFP lundi. Un effondrement de 82% qui symbolise l’état dans lequel se trouve le pays en proie à diverses contestations, notamment étudiantes. 2014 sera la pire année qu’a connu le secteur, industriels comme syndicats sont d’accord sur ce point. Cela fait à présent cinq mois que les usines Mack et Chrysler n’ont pas sorti le moindre véhicule de leurs chaines.

10 milliards de dollars à récupérer

Si l’industrie automobile (comme beaucoup d’autres secteurs) est au ralenti, pour ne pas dire à l’arrêt, c’est pour une bonne raison. Le manque criant de devises étrangères permettant au Venezuela de se fournir à l’étranger. Un problème qui dure depuis bientôt deux ans. Le gouvernement cumule les retards dans la conversion des bolivares du secteur privé. Ce serait près de 10 milliards de dollars (7,9 milliards d’euros) qu’il manquerait à l’économie vénézuélienne !

Pour l’heure, les immenses ressources pétrolières du pays (et l’indépendance si fièrement affichée) ne servent à rien en dépit d’un litre d’essence coûtant 0,01$ ! Autre effet pervers, la rareté de l’offre fait mécaniquement grimper les prix du marché de l’occasion. Les prix du neuf sont eux réglementés par l’État, mais comme il n’y a plus d’offre… À ce rythme, l'automobile pourrait devenir un produit de luxe dans un pays où l'essence est moins chère que l'eau.

À propos de prix contrôlés par l’État, à Cuba une Peugeot 206 est vendue 91 000 dollars.

Avec AFP


À propos de l'auteur

Benjamin Philippe

Benjamin Philippe

L'auto, c'est une passion, ma passion ! Rédacteur du blog Autosphere, je partagerai avec vous l'actualité automobile, vous ferai rencontrer nos métiers. Une expérience automobile enrichie, c'est un partage ! Faîtes moi part de vos histoires, nous les mettrons en valeur ! La voiture de mes rêves ? Celle pour y loger toute ma famille et mon labrador ou celle purement égoïste ?

Commentaires