Blog auto > Sport-auto > Ce week-end, c’est Le Mans !

Ce week-end, c’est Le Mans !

Ce week-end, c’est Le Mans !
12/06/2015

Il y a quelque chose de différent dans l’air depuis le début de la semaine. La température a grimpé puis des nuages chargés d’électricité sont apparus… Pas de doute, les 24 Heures du Mans sont là !

Le constat est évident. Avec l’arrivée (ou le retour) de grands constructeurs (Porsche en plus de Toyota et Audi), le championnat du monde d’endurance (WEC) a considérablement gagné en intérêt et en visibilité. Je trouve cette compétition aujourd’hui plus passionnante que la Formule 1. Mais comme dit l’adage, comparaison n’est pas raison. Pourquoi alors justifier mon amour pour les 24 Heures du Mans par le prisme de la déception engendrée par la F1 depuis des années ?

Pourtant, les contraintes réglementaires de l’endurance sont aussi importantes qu’en Formule 1. Contrôle de la consommation, technologie hybride pour la catégorie reine… Sauf que l’endurance est parvenu à vulgariser la course technologique tant en préservant l’importance du pilotage. C’est d’ailleurs une équipe de pilotes qui mène la voiture à la ligne d’arrivée. Il y a donc l’échange d’informations entre ingénieurs, mécaniciens et pilotes.

Liberté !

Ce qui est beau avec l’endurance et sa course reine, c’est la liberté offerte. Liberté dans le nombre de voiture : Audi aligne 3 voitures, Porsche en aligne une troisième après être revenu avec deux équipages l’année dernière et Toyota demeure avec 2 voitures. Liberté dans la mécanique employée. Audi a développé une technologie e-tron reposant sur la combinaison d’un V6 4,0l diesel à un moteur électrique. Porsche utilise un 4 cylindres essence en association avec le bloc électrique. Toyota emploie un V8 atmosphérique essence avec deux moteurs électriques. Tous arrivent à une puissance cumulée d’environ 1 000 chevaux pour un poids à vide aux alentours des 900 kg. Seules les F1 sont plus rapides, mais l’écart est loin d’être abyssal. Il se dit par exemple qu’une R18 e-tron ne serait plus lente que de 2 ou 3 secondes au tour qu’une Marussia (enfin Manor).

Rien n’oblige à tout suivre.

Bien-sûr, suivre l’intégralité des 24 Heures du Mans est une épreuve physique qui renierait toute forme de plaisir. Même pour les spectateurs sur place. Les 24 Heures du Mans ont ceci en commun avec le sport automobile américain de permettre des moments de convivialité entre les stands des exposants et surtout les apéro-barbecues, ambiance saucisses froides et bière tiède, bien loin des hospitalités des grands constructeurs et sponsors (qui existent aussi).

Ce n’est pas (forcément) le plus rapide qui gagne

Un amusant parallèle avec la fable de Jean De La Fontaine, Le Lièvre et la Tortue, peut être fait avec l’endurance et tout particulièrement les 24 Heures du Mans. Ce n’est pas forcément le plus rapide qui gagne au bout de deux tours d’horloge. Si Porsche a écrasé les séances de qualifications, la performance ne sera belle que si les 919 Hybrides parviennent à maintenir un rythme constant, à l’abris des sorties de piste, des pannes et d’une multitude de défaillances humaines et/ou mécaniques. Finalement, le cocktail d’une super-production américaine.

Passer entre les goutes du circuit des 24 Heures, Audi en a fait une spécialité et pourrait un peu plus encore équilibrer les comptes avec Porsche (13 victoires pour les anneaux contre 16). Loin en performance pure, les Toyota ont raté le coche en 2014. Depuis 30 ans, Toyota ambitionne de ne plus laisser Mazda être le seul constructeur japonais à avoir triomphé dans la Sarthe. Un côté loser qui rend forcément sympathique. D’autant que la communication de Toyota n’a pas hésité à revenir sur ces 30 années de déceptions en vidéo.

Suivre les 24 Heures du Mans

Les 24 Heures du Mans seront diffusées cette année sur France Télévisions (avec des directs et des points course), Eurosport et Eurosport 2 (avec une couverture plus complète). À ceci s’ajoutent l’application officielle, la chaîne Youtube ainsi que l’Eurosport Player.

La course s’élancera samedi aux alentours de 15 heures. Les premiers rouleront normalement plus de 5 000 km.

Les 24 Heures du Mans en 10 dates clés.

Porsche renoue avec son Histoire


À propos de l'auteur

Benjamin Philippe

Benjamin Philippe

L'auto, c'est une passion, ma passion ! Rédacteur du blog Autosphere, je partagerai avec vous l'actualité automobile, vous ferai rencontrer nos métiers. Une expérience automobile enrichie, c'est un partage ! Faîtes moi part de vos histoires, nous les mettrons en valeur ! La voiture de mes rêves ? Celle pour y loger toute ma famille et mon labrador ou celle purement égoïste ?

Commentaires