Blog auto > Technologie > Californie : 29 voitures autonomes en liberté

Californie : 29 voitures autonomes en liberté

Californie : 29 voitures autonomes en liberté
19/09/2014

Pourvue qu’elle soit dotée d’un volant et de pédales, la Californie n’a rien contre la voiture autonome, bien au contraire ! Depuis le 16 septembre, pas moins de 29 véhicules autonomes sont autorisés à circuler sur les routes de l’État.

Ce n’est pas que pour les jolies photos et le cadre de vie idyllique que de nombreux constructeurs ont choisi la Californie pour développer la voiture autonome, celle qui se conduit toute seule. C’est aussi parce que s’y trouvent de nombreux sites de recherche et développement (R&D) et un pouvoir législatif attentif sur les problématiques légales des nouvelles technologies. Il vaudrait mieux lorsque l’on a sur son territoire des entreprises comme Google, Facebook, Apple, Tesla…

Audi, Google et Mercedes en pôle

Dès 2012, la Californie a légiféré sur l’encadrement des tests des véhicules autonomes. Une loi néanmoins obsolète aujourd’hui, nécessitant un nouveau texte entré en vigueur le mardi 16 septembre faisant de la Californie le troisième État à autoriser les tests des véhicules autonomes après la Floride et le Nevada. Nécessitant une autorisation pour des tests grandeur nature, Audi, Google et Mercedes peuvent d’ores et déjà circuler, du moment que le dépôt de garantie de 5 millions de dollars (3,9 millions d’euros) par véhicule a été perçu ! Un moyen de se prémunir contre les éventuels incidents (victimes et dégâts). Une somme qui n’a pas fait peur à Google, qui met actuellement en circulation pas moins de 25 Google Self Driving Car sur les routes, soit un dépôt de garantie de 125 millions de dollars (près de 97 millions d’euros) tandis que Audi comme Mercedes ne mettent en circulation que deux modèles chacun.

Tout rapporter

Si les véhicules autonomes sont acceptés sur les routes, le gouvernement de Californie entend rester très présent auprès des constructeurs. Le nouveau texte impose qu’un conducteur soit à tout moment capable de reprendre physiquement le contrôle du véhicule (voir par ailleurs), mais aussi que chaque incident, même minime, lui soit rapporté à partir du moment où le conducteur a dû reprendre en main le véhicule. Une procédure très bureaucratique qui semble néanmoins indiquer une certaine frilosité des politiques californiens. À juste titre ?


À propos de l'auteur

Benjamin Philippe

Benjamin Philippe

L'auto, c'est une passion, ma passion ! Rédacteur du blog Autosphere, je partagerai avec vous l'actualité automobile, vous ferai rencontrer nos métiers. Une expérience automobile enrichie, c'est un partage ! Faîtes moi part de vos histoires, nous les mettrons en valeur ! La voiture de mes rêves ? Celle pour y loger toute ma famille et mon labrador ou celle purement égoïste ?

Commentaires