Blog auto > Actualités > Ce qui changera en 2019 avec votre auto

Ce qui changera en 2019 avec votre auto

Ce qui changera en 2019 avec votre auto
31/12/2018

Comme chaque 1er janvier, le changement c’est maintenant ! Et fiscalement parlant, ils devaient être assez copieux ces changements en 2019 même si le gouvernement a reculé sur quelques sujets, crise des gilets jaunes oblige.

Carburants.

Finalement l’augmentation des taxes sur l’essence et le diesel n’aura pas lieu. La décision a été confirmée le 5 décembre après une certaine cacophonie. Mieux, avec des cours du pétrole revus à la baisse ces dernières semaines (87$ le baril le 3 octobre, autour de 53$ ces derniers jours), le prix du litre d’essence démarrera l’année 2019 en étant moins onéreux qu’en 2018. Un exemple trouvé sur prix-carburants.gouv.fr avec la station Intermarché de Saint Desert (Saône-et-Loire) : 1,369 euro le litre de 95 et 1,389 le gazole le 27 décembre. De bonnes nouvelles donc mais pour combien de temps ?

Malus écologique.

Aménagé comme chaque année, le barème du bonus-malus écologique varie en 2019. Il s’adapte surtout à la nouvelle norme de calcul des émissions de CO2 WLTP dont les résultats sont plus élevés que ceux établis par le NEDC puisque devant s’approcher davantage d’une utilisation du véhicule dans des conditions proche de la vraie vie. Cependant, à l’heure où nous écrivons ces lignes, l’Etat n’a pas encore tranché sur la date d’entrée en vigueur de ce barème : 1er janvier ? Mars ? Juillet ? Ce qui est acté par contre, c’est la fin l’exemption de malus écologique et de la TVS pour les particuliers qui achètent un pick-up. Seuls les pick-up véritablement pensés pour un usage professionnel (simple cabine) ne sont pas concernés. Le bonus reste inchangé.

Contrôle Technique.

Mis de côté dans les annonces gouvernementales, le durcissement du Contrôle Technique pour les véhicules diesel au 1er janvier est repoussé au 1 juillet. Ce nouveau CT doit permettre de mieux distinguer les véhicules très polluants (sur les particules fines) parmi les normes Euro 6, Euro 5 ainsi qu’une majorité des véhicules Euro 4 soit dans les 15 millions de voitures ! Autrement dit, les propriétaires de ces vieux diesel ont 6 mois de plus pour prolonger la durée de vie de leur auto de manière moins compliquée et échapper ainsi au changement du filtre à particules qui peut coûter plusieurs milliers d’euros. Ceux disposant d’un modèle plus ancien encore ne sont pas concerné du fait d’un valeur d’opacité théorique indéterminée.

La période probatoire du permis de conduire revue à la baisse

Par le biais d’une journée de formation complémentaire de 7 heures réalisée entre le sixième et le douzième mois de permis et dans un centre certifié par l’État, les jeunes conducteurs pourront voir la période probatoire ramenée de 3 à 2 ans (ou de 2 ans à 18 mois pour la conduite accompagnée). L’idée directrice est de lutter contre le trop plein de confiance des jeunes conducteurs par une piqure de rappel. Les prémices de la formation continue de l’automobiliste ? On vote pour. Ajoutons que les 18-24 ans représentent près de 20% des tués sur les routes alors qu’ils ne représentent que 10% des permis de conduire.

Coup de pouce sur les indemnités kilométriques

Si vous travaillez avec votre voiture et que vous bénéficiez des indemnités kilométriques, le barème sera majoré. En tout cas pour les modèles 3 CV et moins (+10%) et 4 chevaux fiscaux (+5%). Sont donc concernées les petites citadines et citadines : Peugeot 108, Citroën C1, Toyota Yaris ou Renault Clio. On parle là de 4 et 2 centimes de mieux du kilomètre.

Paris : Les vieux véhicules repoussés au-delà de l’A86

D’ici le 1er juillet, la mairie de Paris et la région Île-de-France vont mettre en place une politique discriminante à l'encontre des véhicules les plus polluants. Seront exclus d’un périmètre formé par l’A86, du lundi au vendredi inclus, les véhicules non éligibles à la vignette Crit’Air ainsi que ceux ayant le macaron 5. Cela va jusqu’à la vignette Crit’Air 4 pour Paris intramuros.

Prime à la conversion.

Le mouvement des gilets jaunes a généré de l’incertitude autour de la prime à la conversion. Cependant, on en connait désormais les contours. Une super-prime à la conversion de 4 000 euros voit le jour (contre 2 000 pour les ménages non-imposables en 2018) pour l’achat d’un véhicule neuf ou d’occasion parmi les moins polluants. Ce montant monte à 5 000 euros pour les voitures électriques ou hybrides rechargeables. Un décret d’application doit prochainement formaliser les règles, nous reviendrons dessus.

Assurances auto.

Selon Assurland.com, les tarifs des assurances automobiles devraient augmenter en 2019. De l’ordre de 1 à 1,5%. Comment expliquer cette croissance ? En partie par la hausse continue des prix des pièces détachées (3 à 4% par an) et ceci en dépit d’une amélioration globale de la sécurité routière ces dernières années. Mais aussi par les besoins de financement du FGAO, le fonds de garantie ayant vu le jour afin d’indemniser les victimes d’accidents provoqués par des conducteurs en défaut d’assurance. Selon l’ONISR, ils seraient 700 000 en France, obligeant le FGAO à gérer près de 28 000 dossiers. Ce dernier a également redistribué plus de 85 millions d’euros. Cependant, les poursuites contre les non-assurés ne permettent pas d’équilibrer le fonds. D’où un appel à une participation plus élevée… des assurés.

Les péages, l’augmentation s’annonce lourde

Dès le mois de novembre, il se lisait que la traditionnelle augmentation des tarifs aux péages pourrait être plus importante que ces dernières années du fait du plan d’investissement autoroutier (700 millions d’euros selon le JDD). Avec le manque à gagner et le bad buzz de Vinci, les opérations péages gratuits et les destructions en marge du mouvement de gilets jaunes, cela pourrait être une augmentation encore plus importante (Entre 1,33 et 1,39% selon les réseaux en 2018). Réponse le 1er février. Par ailleurs, un nouveau fichier des véhicules assurés (FVA) va voir le jour devant permettre aux forces de l’ordre de mieux réparer les voitures et les conducteurs non-assurés, notamment par la lecture automatique des plaques d’immatriculation.

Et les radars automatiques ?

À l’origine, le projet de loi de Finances pour 2019 ne prévoyait pas d’augmenter le parc de radars automatiques. Le 80 km/h devant faire ses preuves en complément de la privatisation des voitures radar. Pour autant, leurs recettes devaient être plus importantes et dépasser le milliard d’euros. Pour autant, certains périphériques vont passer de 90 à 70 km/h comme à Lille et Lyon. Il ne serait pas étonnant que de nouvelles cabines fleurissent. Quid des centaines de radars détruits ou lourdement dégradées en marge du mouvement des gilets jaunes ? L’idée de remplacer le matériel détruit par des voitures banalisées circulent ces derniers jours.


À propos de l'auteur

Benjamin Philippe

Benjamin Philippe

L'auto, c'est une passion, ma passion ! Rédacteur du blog Autosphere, je partagerai avec vous l'actualité automobile, vous ferai rencontrer nos métiers. Une expérience automobile enrichie, c'est un partage ! Faîtes moi part de vos histoires, nous les mettrons en valeur ! La voiture de mes rêves ? Celle pour y loger toute ma famille et mon labrador ou celle purement égoïste ?

Commentaires