Blog auto > Conseils > Est-il temps d’acheter une voiture électrique ?

Est-il temps d’acheter une voiture électrique ?

Est-il temps d’acheter une voiture électrique ?
01/07/2019

Face à l’évolution de l’offre automobile, de la règlementation et de la fiscalité, vous vous posez la question de la pertinence de l’achat en neuf ou d’occasion d’une voiture électrique ? Nous y répondons.

Comment fonctionne une voiture électrique ?

Sous la robe d’un VE se trouve un ou plusieurs moteurs électriques. Il peut y en avoir un pour l’ensemble du véhicule, un par essieu ou même un par roue. Cette énergie permet aussi bien la mobilité de l’auto que l’alimentation de l’ensemble des équipements. Plusieurs types de moteurs électriques existent. Citons le moteur continu doté d’un stator à aimant et associé à une bobine. Le moteur synchrone conjuguant un stator bobiné à un rotor magnétique. Enfin le moteur électrique alternatif asynchrone (induction) qui est le plus courant. Contrairement aux motorisations essence ou diesel, un bloc électrique n'émet aucun rejet polluant et constitue avec le progrès technologique une alternative automobile au diesel et à l'essence.

Le moteur électrique est alimenté en énergie par des batteries lithium-ion, le plus communément. Ces accumulateurs sont usuellement présents dans les planchers des modèles les plus répandus afin de maitriser le centre de gravité du véhicule : Nissan Leaf, Renault Zoe, Volkswagen e-Golf, Smart Fortwo ED, Tesla Model S et X. La solution de la batterie lithium-ion apparaît comme celle offrant actuellement le meilleur rapport qualité/prix bien que soulevant des questions sur les conditions d’extraction du lithium (en Argentine, Bolivie, Chili et Chine) mais aussi sur leur recyclage.

D’autres formules existent. Notamment la batterie LMP commune aux productions Bolloré ainsi que la E-Méhari qui est la dérivée Citroën de la BlueSummer. Cependant, cette batterie n’a pas d’effet mémoire. Ainsi-il nécessaire de la recharger plus que d’usage sous peine de voir sa capacité décroître au bout de 3 jours du fait de son refroidissement. Une autre solution concrète existe grâce aux travaux de Hyundai/Kia, la batterie lithium-ion polymère. Présentée comme plus résistante au refroidissement, elle a également l’avantage d’être plus légère et aisément modulable (grâce à l’électrolyte polymère). Les Kia Soul EV et Hyundai Ioniq témoignent de cette efficacité.

Pourquoi mesure-t-on la puissance d’une voiture électrique en kW ?

Alors qu’il est d’usage d’évoquer la puissance maximale d’un véhicule thermique en chevaux vapeur (à ne pas confondre avec les chevaux fiscaux – cv), c’est en kW que l’on évoque celle des voitures électriques. À l’origine, James Watt détermina la puissance nécessaire à un cheval pour faire tourner son moulin à grain en comparaison à une machine de propulsion vapeur ou moteur à combustion. Pour la suite, son nom (Watt) fut donné à l’unité de puissance électrique. Cependant, il existe deux unités « cheval ». L’une européenne (ch), l’autre britannique (hp ou horsepower). Ainsi 1 ch = 735,5 W tandis que 1 hp = 746 W. De fait, il est plus pertinent de présenter une voiture électrique comme possédant une puissance de 73,55 kW même si culturellement nous aurions tendance à la présenter comme disposant de 100 ch (ou 98,6 hp).

Comment recharger sa voiture électrique ?

Que se soit à la maison, dans la rue, dans un parking, au travail ou lors de longs trajets, la question de la recharge de votre voiture électrique se posera et selon deux grands principes :

- Les types de recharge

4 modes de recharges sont proposés aujourd’hui. La plus courante (et de loin) est celle effectuée à domicile. Dans son garage, par exemple, il est possible de tirer une prise électrique domestique standard via le câble de recharge mis à disposition par le constructeur (de série ou en option). Il est également possible d’installer un wallbox comme recommandé par la plupart des constructeurs, notamment pour des raisons de sécurité. Par ailleurs, la wallbox permet une recharge plus rapide puisque d’une intensité plus élevée. Néanmoins, ce matériel a un coût, comptez de 500 à 1 200 euros en plus de l’installation par un professionnel et dont montant variera fonction de la disposition de votre garage ou habitation. Notez qu’un crédit d’impôt de l’ordre de 30% est proposé pour ce type de travaux.

En dehors de votre domicile, votre voiture électrique pourra être rechargée sur une bonne publique. On en trouve aussi bien sur la voie publique que dans les parkings. Plusieurs types de bornes existent entre les bornes de charge ou les stations de charge. Leur puissance est généralement indiquée, de même que le type de prise employée.

- Les types de prise de recharge

Si le prise domestique de 3 kW AC monophasé reste la plus courante pour la charge d’un VE, d’autres types de connexion sont proposée. Le prise Type 1 dispose d’une puissance de 3 à 7 kW AC monophasée et correspond à la plus plupart des véhicules électriques français (C-Zero, iOn, Kangoo) mais aussi la Toyota Prius, la Nissan Leaf ainsi que les véhicule hybrides rechargeables.

Plus sophistiquée, la prise de Type 2 peut offrir une puissance de 3 à 43 kW AC triphasé. Elle est la plus courante en Europe. Elle correspond aux véhicules précédemment cités ainsi que la Renault ZOE, la Smart ED ou encore la Tesla Model S.

À l’inverse, la prise de Type 3 (3 – 22 kW AC triphsé) n’est presque plus utilisée. Avec la Prise Type 4 CHAdeMO (pour CHArge de MOve), la puissance est 50 kW (charge rapide). Compatible par exemple avec la Nissan ou la Kia Soul EV, elle a pour particularité de se connecter à la borne. Idem pour la prise Type 4 Combo. Sa puissance grimpe jusqu’à 100 kW. Elle est également une référence européenne adaptée aux BMW i3, Hyundai Ioniq ou encore Volkswagen e-Golf. Elle a pour avantage de combiner les possibilités de recharge lent (de nuit par exemple) et rapide (80% de l’autonomie en 20 à 30 minutes).

Quelle est l’offre de véhicules électriques ?

Par le déclin des motorisations thermiques, la fiscalité et le progrès technologique, l’offre de voitures électriques en France progresse très vite, y compris sur le marché de l’occasion.

Les voitures électriques disponibles en France

Une trentaine de modèles électriques sont disponibles en France. La plus connue et la mieux vendue est la Renault ZOE. Elle est par conséquent le modèle le plus disponible en occasion. À l’échelle du monde, c’est la Nissan Leaf. D’autres modèles sont très reconnaissables comme les Volkswagen e-Golf et e-Up !, la Smart Electric Drive. Plus récemment, des modèles à l’habitabilité accrue sont apparus sont la BMW i3, la Hyundai Ioniq Electric, la Kia e-Niro. Il existe également des utilitaires comme le Nissan e-nv200 Evalia.

Les constructeurs premium et luxe sont également présents. Outre la gamme Tesla et Mercedes EQ, Jaguar propose la I-Pace, Audi la e-tron tandis que Porsche propose sa première voiture électrique avec la Taycan.

Des centaines d'occasion électriques révisées et garanties

Faut-il louer la batterie ?

Selon les constructeurs, la batterie peut être comprise dans l’achat du véhicule ou bien à louer dans le cadre d’un contrat de location spécifique. On parle alors d’un achat intégral (chez BMW, Volkswagen ou Kia) tandis que Renault est connu pour sa politique de location. Des constructeurs comme Nissan, Peugeot et Citroën propose les deux formules.

La différence entre l’achat intégral et la location de la batterie est de l’ordre 4 à 6 000 euros pour un véhicule neuf tandis que le loyer de la location peut varier de 60 à 150 euros par mois. Il y a également une différence notable en cas de problème. Si la batterie est louée, à priori, elle sera prise en charge en cas de dysfonctionnement. Ce qui ne sera pas le cas si la batterie vous appartient (sauf contre-indication liée à la garantie).

Les voitures électriques les moins chères, les plus chères.

Début 2019, l’offre électrique s’articule autour d’une vingtaine de modèles. Hormis la Twizy (le petit quadricycle Renault), la voiture électrique la moins chère est sans doute la Smart Fortwo Electric Drive à 23 250 euros (hors bonus écologie de 6 000 euros). Sans grande surprise, les électriques les moins abordable sont les Tesla. Le premier prix d’une Model 3 est de 42 600euros. Comptez 82 200 euros pour le Model X (début juillet 2019).

Par rapport à un diesel, à une essence ?

De part le surcoût qu’impose l’achat d’un véhicule électrique par rapport à une motorisation essence ou diesel, il incombe de rouler un certain nombre de kilomètres afin de s’y retrouver financièrement. Notez que la décote d’un VE est toujours moins rapide qu’un véhicule thermique. Cependant, l’autonomie et les délais de recharge impose parfois de limiter certains déplacements. Les récentes augmentations de la fiscalité sur les carburants fossiles renforçant le constat que sur le long terme (au-delà de 100 000 km), le coût de revient d’une voiture électrique (batterie incluse) est plus économique même si l’investissement initial est plus conséquent.

Bilan

Plus que le préoccupation écologique, l’achat d’un véhicule électrique neuf reste un investissement conséquent en dépit des multiples aides de l’État mais en voie de démocratisation. C’est avec cette démocratisation que l’offre de voitures électriques d’occasion s’élargira, des modèles les plus prestigieux aux plus pratiques au quotidien comme pour partir en vacances.

Découvrez toutes nos occasions électriques


À propos de l'auteur

Benjamin Philippe

Benjamin Philippe

L'auto, c'est une passion, ma passion ! Rédacteur du blog Autosphere, je partagerai avec vous l'actualité automobile, vous ferai rencontrer nos métiers. Une expérience automobile enrichie, c'est un partage ! Faîtes moi part de vos histoires, nous les mettrons en valeur ! La voiture de mes rêves ? Celle pour y loger toute ma famille et mon labrador ou celle purement égoïste ?

Commentaires