Blog auto > Technologie > Après le Flyboard, Franky Zapata travaille sur une voiture volante !

Après le Flyboard, Franky Zapata travaille sur une voiture volante !

Après le Flyboard, Franky Zapata travaille sur une voiture volante !
06/08/2019

À présent que Franky Zapata est parvenu à traverser la manche avec son pack de turboréacteurs, le génial inventeur français souhaite se lancer dans la voiture volante.

Le second essai fut le bon, dimanche (4 août) Franky Zapata est parvenu à traverser la Manche avec son Flybord, 10 jours après un premier échec. Cet équipement de turboréacteurs lui permettant de voler au-delà des 150 km/h. Il ne lui a fallu qu’une vingtaine de minutes pour ralier Sangatte à St Margaret’s Bay en Angleterre. Mais à peine le Marseillais avait-il atterri que son nouveau projet trouvait un écho médiatique, à savoir la construction d’une voiture volante.

Un prototype déjà fonctionnel, selon Zapata.

« J’ai ma voiture volante à terminer, il faut que ça sorte avant la fin de l’année. Donc on va rentrer, prendre un peu de vacances et puis, avec tout l’équipe, se remettre à fond pour que ce soit prêt à temps » a-t-il lâché devant des journalistes un peu surpris. L’intéressé a d’ailleurs précisé que sa voiture volante serait « le produit de déplacement le plus rapide et le plus léger qui ait existé ». Ce que l’on sait c’est que la même technologie de turboréacteur sera employée. Un arsenal informatique serait de la partie afin d’assister au maximum le pilote au maintien en vol jusqu’à des vitesses de l’ordre de 300 ou 400 km/h sur une distance de 120 km. Ce qui laisse entendre une conduite (un pilotage) à minima semi-autonome.

Des nuages s’annoncent dans le ciel.

Comme beaucoup d’observateurs, nous sommes admiratifs du courage et de la persévérance de Franky Zapata. L’inventeur se trouve dans la même galaxie qu’Elon Musk sans en avoir le millième des moyens. Pour autant, l’idée de se lancer dans la voiture volante apparait comme risquée. Pour l’heure, les quelques projets qui ont aboutis ressemble surtout avec des petits avions type Cessna avec de plus grosses roues et dont le prix dépasse le million d’euros. Si le châssis serait déjà volant, Franky Zapata et sa PME d’une dizaine de personnes n’ont pas encore reçu d’autorisation de vol de la part de la Direction Générale de l’Aviation Civile (DGAC) avant que ne se pose une autre question, celle-ci écologique. Ses turboréacteurs fonctionnent au kérosène, le carburant des avions. Autant de difficultés qui risquent de contrarier les projets de Franky Zapata (en plus des recherches techniques, technologiques, financières…). Mais après tout si c’était facile, quelqu’un l'aurait déjà fait.


À propos de l'auteur

Benjamin Philippe

Benjamin Philippe

L'auto, c'est une passion, ma passion ! Rédacteur du blog Autosphere, je partagerai avec vous l'actualité automobile, vous ferai rencontrer nos métiers. Une expérience automobile enrichie, c'est un partage ! Faîtes moi part de vos histoires, nous les mettrons en valeur ! La voiture de mes rêves ? Celle pour y loger toute ma famille et mon labrador ou celle purement égoïste ?

Commentaires