Blog auto > Technologie > L’Europe des batteries lancée par Paris et Berlin

L’Europe des batteries lancée par Paris et Berlin

L’Europe des batteries lancée par Paris et Berlin
24/12/2018

Sur le front de la voiture électrique, la bataille autour des batteries est absolument stratégique. Afin de ne pas dépendre des autres, les Européens ont certainement tout à gagner à s’unir. C’est en ce sens qu’un accord entre la France et l’Allemagne a été trouvé mardi sur une collaboration européenne pour le développement des batteries.

L’Europe est suffisamment critiquée au quotidien pour passer sous silence ce qui pourrait être un succès à dimension historique tant les enjeux sont importants. En marge de la sixième réunion annuelle des Amis de l’Industrie à Paris la semaine passée, où 18 pays de l’Union Européenne étaient présents, il a été acté la création d’un champion européen de la batterie d’ici 2022. Selon l’AFP, l’Allemagne s’est déjà positionnée sur un investissement d’un milliard d’euros par l’intermédiaire du ministre de l’économie, Peter Altmaier. Son homologue français, Bruno Lemaire, n’a pas communiqué la participation de la France dans un contexte de (grand) flou budgétaire. La participation de la Commission Européenne est également attendue.

Quels sont les enjeux ?

Si l’accord de cette européenne de batterie s’articule essentiellement autour de Berlin et Paris, d’autres pays de l’UE devraient pouvoir monter dans le train. Surtout, il est attendu la participation d’acteurs industriels. Mercredi 19 décembre, sur RMC / BFM TV, Bruno Lemaire a ainsi expliqué que cette collaboration se veut être du même poids historique que le programme spatial européen et Airbus. Si Total et Saft sont nommés comme acteurs de cette collaboration, le ministre de l’économie ne dévoile pas les constructeurs automobiles français qui seront de la partie, ni les constructeurs allemands qui pourraient être de la partie. Les regards sont néanmoins tournés vers PSA Groupe.

Le fait est que de leur côté, les Allemands Audi, BMW, Mercedes et Volkswagen en quête de cobalt, mais aussi Renault n’ont pas attendu l’initiative politique pour se positionner face à des concurrents asiatiques. Tout particulièrement la Chine. En effet, ce pays a depuis plusieurs années pris la décision d’anticiper le marché de l’automobile électrique puisque son industrie n’a jamais réussi à convaincre le monde occidental selon les critères mécaniques et esthétiques actuels.

Volontiers comparé à « l’Airbus des batteries », ce projet commun doit voir le jour d’ici 2022. Il devra permettre à l’industrie européenne de conserver son indépendance sur le sujet de la batterie. L’une des enjeux cruciaux des décennies à venir.


À propos de l'auteur

Benjamin Philippe

Benjamin Philippe

L'auto, c'est une passion, ma passion ! Rédacteur du blog Autosphere, je partagerai avec vous l'actualité automobile, vous ferai rencontrer nos métiers. Une expérience automobile enrichie, c'est un partage ! Faîtes moi part de vos histoires, nous les mettrons en valeur ! La voiture de mes rêves ? Celle pour y loger toute ma famille et mon labrador ou celle purement égoïste ?

Commentaires